Louvergny

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Louvergny
Image illustrative de l'article Louvergny
Blason de Louvergny
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Champagne-Ardenne
Département Ardennes
Arrondissement Vouziers
Canton Le Chesne
Intercommunalité Communauté de communes de l'Argonne Ardennaise
Maire
Mandat
Jean-Pierre Lelarge
2014-2020
Code postal 08390
Code commune 08261
Démographie
Population
municipale
75 hab. (2011)
Densité 8,4 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 33′ 10″ N 4° 44′ 25″ E / 49.5529, 4.740349° 33′ 10″ Nord 4° 44′ 25″ Est / 49.5529, 4.7403  
Altitude Min. 172 m – Max. 249 m
Superficie 8,95 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Louvergny

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Louvergny

Louvergny est une commune française, située dans le département des Ardennes en région Champagne-Ardenne. Les habitants de Louvergny sont les Marinettes.

Géographie[modifier | modifier le code]

Louvergny est situé aux confins de l'Argonne sur des crêtes préjurassiques qui séparent géologiquement le département en deux.

Une grande forêt s'étend entre Louvergny au sud et Omont et Vendresse au nord. Le territoire, qui compte un grand nombre de sources, dont deux lavoirs dans le village même, est arrosé par le ruisseau des Prés. Celui-ci alimente le lac de Bairon au sud-est du village.

Louvergny est à 5 km du Chesne, 8 km de Tourteron et 17 km de Poix-Terron.

Histoire[modifier | modifier le code]

Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (décembre 2006). Pour l'améliorer, ajouter en note des références vérifiables ou les modèles {{Référence nécessaire}} ou {{Référence souhaitée}} sur les passages nécessitant une source.

Quelques indices laissent penser que le village a une assez haute antiquité, ne serait-ce que la racine gauloise *vern- (l'aulne) que certains retrouvent dans son nom. D'autres ont proposé de former le toponyme à partir du nom germanique Leubrannos suivi du suffixe -iacum. Il est possible aussi que la Villa Loeium mentionnée dans une charte ancienne du comté de Rethel désigne Louvergny. Mais ce ne sont que des hypothèses. Le village n'entre réellement dans l'histoire qu'au tout début du XIIIe siècle. La forme latinisée de Louvergny est alors variable d'un document à l'autre. Au XVIIe siècle, un érudit local, Dom Ganneron, proposera de restituer Luperniacum, mais cette réfection savante n'est nulle part attestée dans la documentation. Pendant plus de deux siècles, des seigneurs locaux, vassaux des comtes de Rethel, portent le nom de Louvergny : Jean de Louvergny en 1234, Raymond et Estevin de Louvergny en 1322, Richard de Louvergny en 1397. On sait également d'eux qu'ils tiennent les arrière-fiefs de la Tonnelle et des Sarts.

Au XVIIe siècle, le nom de Louvergny est passé à une branche de la famille Moët qui s'est éteinte en 1797. Jean Moët écuyer, seigneur de Louvergny, Mont-Saint-Pierre et du Thiloy, lieutenant au régiment du Dauphin, écuyer de Mme la duchesse d’Orléans épouse en 1669 Madeleine Coquebert (née en 1646 à Reims).

XIXe siècle[modifier | modifier le code]

Par une loi du 26 mars 1829 [1], le roi Charles X proclame qu'une partie du territoire de la commune de Bairon-Mont-Dieu, démembrée, est rattaché à Louvergny : les fermes de Courte-Soupe et de Court-Gillot.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 en cours Jean-Pierre Lelarge[2]    
juin 1995 mars 2001 Élisabeth Henriot    
mars 1989 juin 1995 Élisabeth Henriot    
mars 1983 mars 1989 Pierre Simonet    
mars 1977 mars 1983 Pierre Simonet    
mars 1971 mars 1977 Pierre Simonet    
1967 mars 1971 Pierre Simonet    
1942 1967 René Cadet    
1930 1942 Georges Emon    
1922 1930 Henri Lecoq    
1884 1922 Henri Delétang    
1872 1884 Alphonse Vézy de Beaufort    
1858 1872 Charles Lenoir    
17XX 179X Louis-François de Gentil    
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 75 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
348 394 407 378 415 425 429 458 447
1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901 1906
348 332 314 295 282 262 230 204 192
1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968
194 172 179 158 138 150 134 140 111
1975 1982 1990 1999 2006 2008 2011 - -
93 95 90 75 77 77 75 - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[3] puis Insee à partir de 2004[4].)
Histogramme de l'évolution démographique


Héraldique[modifier | modifier le code]

Armes de Louvergny

Les armes de Louvergny se blasonnent ainsi :

d’azur à l’agneau pascal d’argent, la tête contournée, portant dans sa pattée senestre une croix à longue hampe du même à laquelle pend une banderole aussi d’argent chargée d’une croisette de gueules au chef cousu du même[5]

Prieuré de Saint-Guillaume[modifier | modifier le code]

Au lieu-dit l'Abbaye, il ne reste aujourd'hui plus rien de ce qui a été jadis la première fondation guillemite en France, sinon une croix dite de Saint-Guillaume placée là où se trouvait le chœur de l'église abbatiale.

Le prieuré fut créé en 1249 par Jehan Ier, comte de Rethel, peut-être avant son départ pour la grande croisade de Saint Louis. L’ordre de Saint-Guillaume, ou « Guillemites », comptait alors un grand nombre de monastères en Flandre et en Allemagne, mais aucun en France. Celui de Louvergny fut ainsi le premier fondé en France et subsista le dernier jusqu’en 1643. Un autre prieuré avait été fondé à Montrouge en 1256, qui s’unit à la congrégation de Saint-Vanne et Saint-Hydulphe à partir de 1618.

En 1643, le prieuré de Louvergny passe aux religieuses de Sainte-Marie de Mouzon. Dans la seconde moitié du XVIIIe siècle, les bâtiments sont devenus une ferme exploitée par un notable. Ils figurent encore sur le cadastre napoléonien avant de disparaître.

Église[modifier | modifier le code]

Il ne subsiste plus rien de l'ancienne église romane du XIIe siècle qui était située au centre du cimetière. Menaçant ruine, elle a été remplacée en 1896 par l'église actuelle, de style néo-gothique, construite aux frais de M. Noiret, un riche filateur de Rethel originaire de la commune, en mémoire de son fils Hippolyte[6], normalien, membre de l'École française de Rome, décédé prématurément à Venise. La paroisse est consacrée à Saint-Nicaise.

Au nord du village, dans un bosquet au milieu des champs, une chapelle de Saint-Roch rappelle les vertus guérisseuses prêtées à l'eau d'une source qui sourd à quelques mètres.

Écarts[modifier | modifier le code]

Il existe deux corps de ferme isolés : la ferme de Courtesoupe au sud et la ferme des Courgillots au sud-est, non loin du lac de Bairon. Quant à la ferme de Beauséjour, en direction du Chesne, elle ne compte plus aucun occupant. Le corps de ferme ancien a été victime d'un incendie il y a quelques années.

Du château de Touly (XVIe siècle), sur la route entre Louvergny et Sauville, un incendie en 1900 n'a épargné que les dépendances et un vieux pigeonnier dont il ne reste plus que la base. Son occupant le plus célèbre fut Louis-François de Gentil, juge de paix du canton en 1793 et maire de Louvergny, dont on dit qu'il arbora le drapeau blanc de la royauté lors du passage des émigrés en 1792. Le hobereau fut sauvé par le 9-Thermidor. Le dernier occupant de ce château fut Ernest Vézy de Beaufort (Mézières (Ardennes), 1860 - Montgon, 1905), conseiller général des Ardennes, pour le canton de Tourteron, en mars 1905. Il fit bâtir, pour remplacer Touly, en 1902, le château de Longwé à Montgon, château aujourd'hui ruiné.

Les Rencontres de Louvergny[modifier | modifier le code]

En 1994, suite à une discussion autour de l'accès à la musique à la campagne, l'idée de réunir des artistes et des villageois a émergé et germé autour du photographe Jean-Marie Lecomte. Dès l'été 94 les premières rencontres ont accueilli des artistes de l'opéra d'Ostrava, la soprano Eva Drizgova, le baryton Ludek Golat et la pianiste Jana Hajková. Le succès était au rendez-vous de ce festival et au fil des ans il a pris de l'ampleur, passant à deux semaines et essaimant dans le reste du Vouzinois et de l'Argonne. Si la soprano Eva Drizgova est présente chaque année depuis le début, tous les ans de nouvelles recrues de la scène lyrique internationale, aussi bien des chanteurs que des musiciens, viennent prendre quelques jours de détente dans les Ardennes.

La population de Louvergny étant à l'époque de 90 personnes et 1000 vaches, les Rencontres ont été d'emblée placées sous le signe de la vache ; ainsi le logo des Rencontres est un panneau routier de danger signalant du bétail, et l'espèce bovine sera représentée par Blanche, une charolaise[7].

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. A. Guyot & Scribe, Collection complète des Lois, Décrets, Ordonnances, Réglements, Avis du Conseil d’État, t. 29, Paris,‎ 1838, 2e éd., p. 30
  2. Conseil général des Ardennes consulté le 23 juin (fichier au format PDF)
  3. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  4. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2008, 2011
  5. Banque du Blason
  6. Son portrait orne l'un des vitraux de l'église : c:File:Louvergny-FR-08-église-vitrail-15.jpg
  7. (fr) (en) « Les rencontres de Louvergny », Rencontres de Louvergny,‎ ? (consulté le 09 janvier 2012)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]