Loup d'Abyssinie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir kebero.

Canis simensis

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Loup d'Éthiopie ou Cabéru

Classification
Règne Animalia
Embranchement Chordata
Classe Mammalia
Ordre Carnivora
Famille Canidae
Genre Canis

Nom binominal

Canis simensis
Rüppell, 1840

Statut de conservation UICN

( EN )
EN C2a(i);D : En danger

Répartition géographique

alt=Description de l'image Ethiopian Wolf-area.png.


Le loup d'Éthiopie (Canis simensis), encore appelé Loup d'Abyssinie[1] en raison de l'ancien nom utilisé pour désigner l'Éthiopie, Cabéru, Chacal du Simien ou même kebero en amharique, est le deuxième canidé le plus rare au monde (après le Loup rouge) : il en reste moins de 500 individus à l'état sauvage, dont 300 dans le parc national du mont Balé (au centre de l’Éthiopie, dans les Bale Mountains, à environ 4 500 m d'altitude) et aucun en captivité.


Il est classé En danger par l'UICN.

Habitat, répartition[modifier | modifier le code]

Dans les montagnes du Parc national du Simien
Crâne. L'espace entre les dents des deux mâchoire pourrait être une adaptation à la capture des rongeurs

Cette espèce est endémique des hauts plateaux éthiopiens (3 000 mètres d'altitude environ).

Alimentation[modifier | modifier le code]

Ces loups, qui se nourrissent essentiellement de rongeurs (notamment en chassant le rat-taupe géant) vivent en groupes familiaux.

Pressions sur l'espèce[modifier | modifier le code]

Une partie importante des derniers représentants de l'espèce ont été victimes dans le Parc national du mont Balé d'une épizootie.
Entre fin septembre 2003 et janvier 2004, la rage a tué 65 individus parmi les loups, soit plus des trois quarts de la population de la région de la vallée du Web. La rage pourrait avoir été introduite par les chiens de bergers qui viennent faire paître leurs troupeaux dans le parc.

Gravement menacés par cette épizootie de rage, un programme de vaccination soutenu financièrement par la CEPA a été mis en place dans la Vallée du Web dès novembre 2003 par le Programme de conservation du loup d'Éthiopie[2]. Nyala Productions "Media for the protection of wildlife" (www.nyalaproductions.com) tente de soutenir EWCP dans son travail via la publication de reportages photographiques, de mini-films, de conférence, entre autres. Un projet de livre de photographies sur la région du Parc National des Montagnes de Bale est également en cours pour attirer l'attention sur la fragilité des écosystèmes de cette région de la corne de l'Afrique.

Leurs effectifs ont été considérablement diminués ces dernières années, principalement du fait des maladies transmises par les chiens et l'augmentation de l'activité pastorale sur les hauts plateaux. Il ne resterait à l'heure actuelle qu'une douzaine de meutes, représentant environ 500 individus.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. D'après les biologistes responsables de EWCP (Ethiopian Wolf Conservation Programme), l'appellation « loup d'Abyssinie » est erronée. L'appellation exacte devrait être « loup d'Éthiopie ».
  2. (en) Ethiopian Wolf Conservation Programme.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Vidéographie[modifier | modifier le code]

  • Documentaire, série Les expéditions d'Arte, Arte.
  • Abyssinie, l'appel du loup, documentaire de Vincent Munier et Laurent Joffrion, Grandeur Nature, diffusé sur France 2.
  • Loup d'Abyssinie, documentaire français réalisé par Charles-Antoine de Rouvre en 2007, diffusé sur Planète +.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :