Louise de La Fayette

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Lafayette.
Page d'aide sur l'homonymie Pour les autres membres de la famille, voir Famille Motier de La Fayette.

Louise de La Fayette

alt=Description de l'image Louise de La Fayette.jpg.
Nom de naissance Louise Angélique Motier de La Fayette
Naissance 8 novembre 1618
Vésigneux
Décès 11 janvier 1665
Paris
Nationalité Drapeau du Royaume de France Royaume de France
Famille

Louise Angélique Motier de La Fayette, née le 8 novembre 1618 à Vésigneux et morte le 11 janvier 1665 à Paris, est une aristocrate française du XVIIe siècle qui a été l'objet d'un amour platonique du roi Louis XIII.

Biographie[modifier | modifier le code]

Elle naquit dans une famille de quatorze enfants, fille de Jean, comte de la Fayette, et de Marguerite de Bourbon-Busset. C’est par sa grand-mère, Louise de Bourbon-Busset, dame d’honneur de la reine Anne d’Autriche, qu’elle fut introduite à la cour de France.

En 1635, son frère épouse Madeleine Pioche de La Vergne, une demoiselle d'honneur de la reine, cousine de la marquise de Sévigné, qui deviendra un écrivain célèbre.

Peu auparavant, le 18 février 1635, à l'occasion des fêtes du Mardi gras, le roi Louis XIII, trentenaire marié trop tôt, taciturne, prude, timide et pieux dont le mariage va à vau-l'eau et qui n'a toujours pas d'héritier, la remarque. Épris de la grande beauté, du charme, et de la douceur de cette jeune fille de 17 ans, il la convie deux mois plus tard à asssiter à une de ses chasses autour de son pavillon de Versailles, .

Le cardinal de Richelieu, qui espérait détacher le roi de Marie de Hautefort, mit Louise de La Fayette au premier plan. Il espérait faire d’elle son espionne. Mais la jeune fille, qui aimait Louis XIII avec désintéressement, refusa.

Richelieu résolut alors d’écarter Louise, au début de l’an 1636. Connaissant la droiture de Louise et usant de son prestige d’ecclésiastique- Cardinal, il est " prince de l'Eglise" , il lui proposa d’entrer en religion plutôt que faire tomber le roi (et elle-même) dans l'adultère. Cette dernière n’avait rien contre le projet, mais le roi redoutait la séparation. Finalement, Louise, toujours amoureuse de Louis, y renonça au début de l’été suivant.

Une brutale invasion espagnole en Picardie détourna alors le roi de ses amours. Les troupes ennemies espéraient prendre la capitale d’assaut, mais Louis XIII réagit à temps pour les contrer. En novembre, les troupes de Philippe IV d'Espagne avaient quitté le royaume.

Au retour, le roi eut pour Louise de La Fayette un regain d’intérêt qui dura jusqu’en janvier 1637. Le timide souverain la délaissa à nouveau pour Marie de Hautefort.

Au début du printemps suivant, la douce Louise, préférant une vie monacale à une vie dans l'adultère, prit alors la décision définitive d’entrer au couvent. Le roi, qui lui était toujours attaché, ne cessait de faire différer la permission de quitter la cour et l’entrée de Louise en vie consacrée. Elle renonça à son souhait initial, celui de devenir carmélite, pour entrer dans un ordre moins rigide, celui de la Visitation.

Cependant le roi, en larmes, dut consentir à exaucer les vœux de celle qu'il aimait et le 19 mai 1637, Louise fit ses adieux à la famille royale. Elle aurait dit alors, enfreignant le protocole, qui interdit de désigner le roi par un pronom[réf. nécessaire], « Hélas, je ne le reverrai plus ! ».

Cependant, Louis XIII vint plusieurs fois au parloir du couvent s’entretenir avec celle qui fut sa chaste favorite.

Madame de Motteville a prétendu [1] que c'est grâce à Louise que le roi se réconcilia avec son épouse, Anne d’Autriche. Elle ajoute [2] même que certains ont affirmé que c’est suite à une visite du roi chez la visitandine, le 5 décembre 1637, que le couple royal conçut le futur Louis XIV[3].

Devenue supérieure de sa communauté en 1657, Louise de la Fayette meurt le 11 janvier 1665.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Madame de Motteville, Mémoires, édition Riaux, tome I, page 63
  2. Idem
  3. http://books.google.fr/books?id=cSeyAAAAMAAJ&pg=PA413 Étienne Oroux, Histoire ecclésiastique de la cour de France, tome II, p. 413, Paris 1777

Annexes[modifier | modifier le code]

Sources et bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]