Louise d'Aumont

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Princesse Louise de Monaco

Louise Félicité Victoire d'Aumont duchesse de Mazarin naquit le 22 octobre 1759 à Paris et y mourut le 13 décembre 1826.

Elle est la fille de Louis Marie Guy d'Aumont de Rochebaron, duc d'Aumont 1732-1799 et de Louise-Jeanne de Durfort, duchesse de Mazarin (1735-1781).

Titulature[modifier | modifier le code]

Mademoiselle Louise d'Aumont, duchesse de Mazarin, de Mayenne et de La Meilleraye, comtesse de Ferrette, de Belfort, de Thann, de Rosemont, baronne d'Altkirch, princesse de Château-Porcien, marquise de Guiscard, dame d'Issenheim, comtesse de Longjumeau, marquise de Chilly et baronne de Massy.

Son Altesse Sérénissime la princesse Louise de Monaco (à son mariage).

Son Altesse Sérénissime la princesse de Monaco (théoriquement pendant trois années, du décès de son beau-père jusqu'à son divorce d'avec son mari, bien qu'à cette époque Monaco se trouvait déjà annexé à la France révolutionnaire et les privilèges des Grimaldi abolis).

Mariage et enfants[modifier | modifier le code]

Elle épousa le 15 juillet 1771 le prince Honoré IV de Monaco, dont elle divorça en 1798, après lui avoir donné deux fils qui régnèrent à tour de rôle, le prince Honoré V de Monaco 1778-1841 et le prince Florestan Ier 1785-1856.

Elle épousa en secondes noces, le 6 février 1801, René-François Tirnand d'Arcis. Ce second mariage se termina également par un divorce, en 1803.

Elle eut aussi deux enfants illégitimes[1], Amélie Célestine d'Aumont, née en 1794 et morte en 1820, et Jeanne Marie d'Aumont, morte en 1842, de père inconnu (ou de pères inconnus) :

  • Amélie Célestine Victoire d'Aumont épousa en 1814, au château de Lametz, Louis Augustin Musnier de Mauroy (seul enfant du mariage d'Augustin Musnier de Mauroy et de Marie Françoise Legras de Vaubercey, et demi-frère de Caroline Gibert de Lametz, princesse consort de Monaco), fait baron en 1817, chef de bataillon en 1834, lieutenant colonel en 1836, colonel en 1840, officier de la Légion d'honneur, né à Coulommiers le 31/3/1788, décédé à Paris le 31/3/1851 : Dont elle eut trois enfants (Louis ; Gabriel ; Victor, né en 1820)

D'après certains chroniqueurs de l'époque, Amélie Célestine serait la fille de Mgr de Malvin de Montazet, archevêque de Lyon.

  • Jeanne Marie Pétronille d'Aumont (décédée en 1842) épousa le 15/3/1794 Auguste Pierre Charles Bizot du Coudray, né à Essertennes en Haute-Saône le 22/6/1751, chevalier de l'Empire par décret du 19/3/1808 et lettre d'investiture du 20/8/1809, de donataire, colonel du génie, maréchal de camp honoraire en 1815, décédé le 10/3/1827 : Dont elle eut une fille (Antoinette Joséphine née en 1797 et morte en 1872, épouse d'Alphonse Louis Joseph Colle, capitaine d'artillerie, chef de bataillon d'artillerie de la Garde nationale de Metz en 1830 ; Médaille de Ste-Hélène, Chevalier de St-Louis (1828), Officier de la Légion d'honneur (6/8/1850), né le 7/5/1784 à Lille, mort le 11/3/1861 à Charleville en Ardennes).

La princesse et la Révolution[modifier | modifier le code]

Chapelle au Père-Lachaise.

Louise d'Aumont était la descendante d'Hortense Mancini, nièce du Cardinal Mazarin.

Par le jeu des alliances, elle hérita des titres des ducs "de La Meilleraye-Mazarin", qui avaient le privilège de se transmettre par les femmes quand la lignée masculine s'éteignait.

L'actuel prince de Monaco les revendique (voir l'article sur les titres des Grimaldi à ce sujet).

Héritière de l'une des plus premières fortunes de France qu'elle apporta en dot à son mari le prince Honoré IV de Monaco, elle reprit ses biens lors de leur divorce en 1798, sans en profiter puisqu'à la Révolution française, elle fut emprisonnée.

Ses revenus et ses terres furent alors mis sous séquestre et elle ne put rien récupérer lors de la Restauration.

À sa mort (1826) elle fut inhumée au cimetière du Père-Lachaise (39e division)[2], mais son petit-fils, Charles III de Monaco, ordonna en 1885 son transfert dans la cathédrale de Monaco.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

  1. http://users.skynet.be/am035431/pages/Les Premiers Seigneurs d'Aumont/aumont.html
  2. Paul Bauer, Deux siècles d'histoire au Père Lachaise, Mémoire et Documents,‎ 2006 (ISBN 978-2914611480), p. 68