Louise Richardson

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Louise Richardson, 2009.

Louise Richardson, née en 1958 dans le Comté de Waterford, en Irlande est une politologue et principal et vice chancellor de l'université de St Andrews. Elle était auparavant employée à l'université Harvard où elle était doyenne adjointe du Radcliffe Institute for Advanded Study. Elle est aussi professeur honoraire à la School of International Relations et membre du Centre for the Study of Terrorism and Political Violence[1].

Jeunesse[modifier | modifier le code]

En février 1972, alors âgée de 14 ans, elle souhaite participer à la marche de protestation contre le Bloody Sunday, mais ses parents l'en empêchent[1].

Lorsqu'elle étudiait l'histoire au Trinity College de Dublin, elle fut approchée par l'organisation étudiante de l'IRA mais n'y entra pas[1]. Elle passa son master à l'université de Californie, puis son doctorat à Harvard. Elle gagna le Summer Prize pour sa thèse.

Carrière[modifier | modifier le code]

De 1989 à 2001, elle enseigna la sécurité internationale à Harvard. En 2006, elle publie What terrorists want, un essai sur la violence politique. Le 3, elle a été nommée à la tête de l'université St Andrew, succédant à Brian Lang. Elle est la première femme et la première catholique à occuper cette place[2].

Positions sur le terrorisme[modifier | modifier le code]

Pour Richardson, les terroristes "se voient dans le rôle de David contre Goliath, comme des personnes nobles et altruistes qui visent leurs objectifs de façon rationnelle". Elle considère que l'un des attraits des groupes terroristes est qu'ils "procurent le sentiment d'entrer dans une communauté culturelle forte[1]".

Publications[modifier | modifier le code]

  • Louis Richardson When Allies Differ: Anglo-American Relations in the Suez and Falkland Crises, 1996
  • (en) Louise Richardson, What terrorists want: Understanding the enemy, containing the threat, Random House,‎ 2006
  • Louise Richardson et Robert Art, Democracy and Counterterrorism: Lessons from the Past, United States Institute of Peace, Washington DC 2007

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c et d http://www.courrierinternational.fr/article.asp?obj_id=95952 LOUISE RICHARDSON • A deux doigts du terrorisme (Ennie Erdal in Courrier International n°960 du 26 au 31 mars 2009)
  2. "In Scotland, New Leadership Crumbles Old Barrier" article by Raymond Bonner in The New York Times March 27, 2009

Lien externe[modifier | modifier le code]