Louise Augusta de Danemark

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Portrait de la princesse Louise Augusta enfant. Pastel de H.P. Sturz, 1771. Château de Rosenborg, Danemark.
Portrait de la princesse Louise Augusta par Anton Graff, 1791. Château de Rosenborg, Danemark.

Louise Augusta de Danemark, duchesse d'Augustenborg (7 juillet 1771 - 13 janvier 1843) était officiellement la fille du roi Christian VII de Danemark et de la reine Caroline Mathilde. Mais il est largement admis que son père naturel était Johann Friedrich Struensee, médecin du roi et régent de facto du pays à l'époque de sa naissance. Elle fut parfois appelée « la petite Struensee ».

Louise Augusta est née au château de Hirschholm, dans l'actuelle municipalité de Hørsholm (Danemark). Après l'arrestation de Struensee et de la reine Caroline Mathilde le 17 janvier 1772, suivie de l'exécution de Struensee et du bannissement de sa mère, elle fut élevée à la Cour de Danemark, au château de Christiansborg, à Copenhague, avec son frère aîné le prince héritier Frédéric, sous la surveillance de la reine douairière Juliane Marie.

En février 1779, le ministre Andreas Peter Bernstorff mit au point un plan pour le mariage de la jeune princesse. Dans la mesure où son éventuel fils pourrait hériter un jour de la couronne, il lui parut avantageux de marier la princesse au sein de la famille royale danoise, en lui faisant épouser Frédéric Christian, fils aîné du duc d'Augustenborg, membre de la branche cadette de la maison régnante d'Oldenborg. Une telle union devait permettre de resserrer les liens entre les deux branches, et donc d'écarter le risque d'éclatement du royaume, mais aussi d'éviter une union dans la maison royale de Suède.

L'arrangement fut conclu l'année suivante et, au printemps 1785, Frédéric Christian, alors âgé de 20 ans, vint à Copenhague. Les fiançailles furent annoncées, et le mariage eut lieu un an plus tard, le 27 mai 1786, au château de Christiansborg.

Le château fut détruit par un incendie en 1794. Le duc Frédéric Christian Ier étant mort la même année, les époux s'installèrent alors au château d'Augustenborg, vivant aussi en été sur l'île d'Als et à Gråsten. La princesse était le centre des activités de la Cour, et fut qualifiée de « Vénus du Danemark ».

Les époux eurent trois enfants :

Un conflit se développa entre le mari et le frère de Louise Augusta, à propos notamment de la relation entre les duchés de Schleswig et de Holstein et le royaume de Danemark. Très proche de son frère, elle resta loyale à la monarchie danoise. En 1810, elle s'employa activement à mettre un terme aux tentatives du duc d'être désigné comme héritier du trône de Suède.

Le couple finit par se briser, et Frédéric Christian tenta de limiter l'influence de sa femme sur l'avenir de leurs enfants. Mais il mourut le 14 juin 1814.

Jusqu'à sa mort en 1843, Louise Augusta résida au château d'Augustenborg.

Deux portraits de la princesse furent peints par l'artiste danois Jens Juel. Le premier, qui date de 1784, se trouve dans la collection royale, à Londres. Le second, de 1787, est au musée du château de Frederiksborg. Un autre portrait, par Anton Graff, fait partie des collections du château de Sønderborg.

L'écrivain danois Maria Helleberg a écrit un roman historique basé sur la vie de Louise Augusta. Intitulé Kærlighedsbarn (« Enfant de l'amour »), il a inspiré une exposition sur la vie de la princesse au château de Rosenborg.

Parmi les actuels souverains régnants, seul le roi Charles XVI Gustave de Suède est un descendant direct de Louise Augusta. Constantin II de Grèce, ancien roi des Hellènes, l'était aussi. Sa sœur Sofía est reine d'Espagne et mère de l'héritier de la couronne d'Espagne.

Source[modifier | modifier le code]