Louise-Élisabeth de Bourbon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Louise Élisabeth de Bourbon)
Aller à : navigation, rechercher
Louise-Élisabeth de Bourbon
Louise-Élisabeth  de Bourbon par Pierre Gobert.
Louise-Élisabeth de Bourbon par Pierre Gobert.

Titre princesse de Conti (1713-1727)
princesse douairière (1727-1775)
Autre titre comtesse de Sancerre (1740-1775)
Biographie
Naissance 22 novembre 1693
Versailles
Décès 27 mai 1775 (à 81 ans)
Paris
Père Louis III de Bourbon-Condé (1668-1710)
Mère Louise-Françoise de Bourbon (1673-1743)
Conjoint Louis-Armand de Bourbon-Conti (1695-1727)
Enfants Louis de Bourbon (1715-1717) comte de La Marche
Louis-François Ier de Bourbon (1717-1776)
Louis-Armand de Bourbon (1720-1722) duc de Mercœur
Charles de Bourbon (1722-1730) comte d'Alais
Louise-Henriette de Bourbon (1726-1759)

Louise-Élisabeth de Bourbon, princesse de Conti (1713-1727) puis princesse douairière de Conti (1727) et comtesse de Sancerre (1740-1775), est une aristocrate française [1] née à Versailles le 22 novembre 1693 et morte à Paris le 27 mai 1775.

Biographie[modifier | modifier le code]

Cette section ne cite pas suffisamment ses sources. Pour l'améliorer, ajouter en note des références vérifiables ou les modèles {{Référence nécessaire}} ou {{Référence souhaitée}} sur les passages nécessitant une source.

Fille de Louis III de Bourbon-Condé, prince de Condé, et de la princesse née Louise-Françoise de Bourbon (1673-1743), et par celle-ci, petite-fille de Louis XIV.

Jolie femme, d'un caractère très doux et de manières agréables, elle soigna son mari lorsqu'il fut atteint de la petite vérole en août 1716. Son mariage n'en fut pas moins malheureux : non seulement le prince trompait sa femme ouvertement, mais encore, à demi-fou, il faisait preuve d'une jalousie maladive et violente.

Nonobstant, elle savait faire montre de suffisamment de courage et de fierté pour dire à son mari : « Souvenez-vous que je puis faire des princes du sang sans vous alors que vous ne pouvez en faire sans moi. » En effet, la princesse, de son côté, n'avait pas tardé à prendre pour amant le marquis de La Fare (1687-1752)[2], un cavalier de belle allure, futur maréchal de France, sans prendre la peine de dissimuler cette liaison. Conti se mit à battre sa femme et l'on dut à deux reprises appeler un chirurgien.

Elle finit par s'enfuir pour se réfugier chez sa mère, puis dans un couvent. Le prince en appela au Parlement pour tenter de récupérer sa femme. Celle-ci finit par réintégrer le domicile conjugal en 1725. Conti commença par l'enfermer dans son château de L'Isle-Adam mais, à force de séduction et de persuasion, elle finit par le convaincre de rentrer à Paris en 1727. Souffrant d'une fluxion de poitrine, le prince ne tarda pas à mourir.

En 1732, la princesse douairière maria son fils à sa cousine Louise-Diane d'Orléans (1716-1736), fille du feu Régent, ce qui permit la réconciliation des branches cadettes de la famille de France, rivales depuis la fin du règne de Louis XIV.

En 1745, elle accepta de présenter officiellement à la Cour la marquise de Pompadour, le roi réglant en échange le montant de ses dettes.

Elle possédait à Louveciennes le château de Voisins. L'architecte Claude-Nicolas Ledoux donna un projet de reconstruction de ce château, gravé vers 1790 sous le titre Maison de campagne pour la princesse de Conti à Louveciennes.

En 1734, l'architecte Nicolas Simonnet aménagea pour la princesse l'hôtel de La Vrillière au no 14 de la rue Saint-Dominique à Paris.

Ascendance[modifier | modifier le code]

Mariage et descendance[modifier | modifier le code]

Louise-Élisabeth de Bourbon-Condé épousa le 9 juillet 1713 son cousin Louis-Armand de Bourbon-Conti (1695-1727), prince de Conti. Ils eurent cinq enfants :

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Membre de la famille royale par naissance et par mariage, elle est à double titre, princessse du sang et reçoit à la cour les honneurs dus à son rang
  2. Fils du poète Charles-Auguste de La Fare (1644-1712), de nombreux contemporains n'ont pas douté qu'il ait été le véritable père de Louis-François de Bourbon-Conti, qui n'avait pas hérité de la « bosse » des Conti.