Louise-Adéone Drölling

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Portrait d’enfant dans un intérieur.

Louise-Adéone Drölling, dite Madame Joubert, née le 29 mai 1797 et morte le 30 mars 1834, âgée de 37 ans est une femme peintre française.

Biographie[modifier | modifier le code]

Troisième et dernier enfant de Martin Drolling (1752-1817) et de Louise Elisabeth Belot son épouse, elle est la sœur du peintre Michel Martin Drolling (1789-1851) et de Marius Drölling (27 février 1794 - †....), sans doute décédé enfant. Toute jeune elle servit de modèle à son père, ainsi que son frère Michel-Martin. C'est son père qui va l'encourager à devenir peintre. A trente ans, elle participe à son premier Salon et décroche une Médaille d'Or en 1827. Elle fait des portraits et de la peinture de genre, tout comme son père. Disparue trop tôt, elle n'a que peu produit.

D'origine alsacienne, la véritable orthographe de son nom est Drölling[1].

Louise-Adéone Drölling dite « Madame Joubert. En premières noces épouse en 1819 l'architecte Jean-Nicolas Pagnierre de Montel ( - août1821), en secondes noces Nicolas Roch Joubert (1797 -1866), fut l'une des rares peintres femmes de son époque (œuvres aux musée des Invalides, Carnavalet, et Saint-Louis dans le Missouri).

Œuvres[modifier | modifier le code]

Liste non exhaustive.

Dessins, aquarelles[modifier | modifier le code]

Peintures[modifier | modifier le code]

  • 1814 - La Confession , hst, s, dim; h:73 cm × l: 60 cm
  • 1827 - Intérieur avec une femme calquant une fleur, hst, sd, dim; h: × l: (Médaille d'Or au Salon de 1827, collection du Musée Saint-Louis, Missouri, États-Unis)[2]
  • s. d. - Portrait du général de Lafayette, dans le Parc du Château de La Grange Bléneau , hst, s, dim: h: × l:
  • s. d. - Portait d'enfant dans un intérieur, hst, dim; h: × l:
  • s. d. - Jeune femme assise devant sa fenêtre, hst, dim; h: × l
  • s. d. - Un couple dans intérieur avec vue sur l'église St Eustache, hst, s, dim: h:71 cm × l:58 cm
  • s. d. - La leçon de dessin , hst, s, dim; h: 33,5 cm × l: 24,5 cm
  • s. d. - Eine zeichnende Dame im Gespräch mit einer Betrachterin, hst, s, dim; h: 33,5 cm × l: 25 cm
  • s. d. - Portrait d'Eugénie Mirgon, née Cormaz, hst, s, dim; h: 22 cm × l: 16 cm

Gravures, lithographies[modifier | modifier le code]

Salons[modifier | modifier le code]

  • 1827 - Salon : Intérieur avec une femme calquant une fleur (Médaille d'Or au Salon)
  • 1831 - Salon :

Expositions, galeries[modifier | modifier le code]

Prix, récompenses[modifier | modifier le code]

  • 1827 - Médaille d'Or du Salon lors de sa première exposition avec Intérieur avec une femme calquant une fleur.

Musées, monuments[modifier | modifier le code]

Iconographie[modifier | modifier le code]

  • 1813 ca - Portrait de Louise-Adéone ou Jeune femme assise buvant le café, hst, dim: h: × l: par son père Martin Drolling.
  • 1813 ca - Jeune femme décalquant à sur le carreau de sa fenêtre , hst, dim; h: × l: par son père Martin Drolling

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Bénézit
  • Artprice
  • Léonce Bénédite, Histoire des Beaux-Arts 1800-1900, éd. Flammarion, sd, [1909].
  • Sur la famille Drölling, on consultera Le Nécrologe Universel du XIXe siècle, dirigé par E. de Saint-Maurice Cabany, t. 6, Paris, 1851, p. 291-298. Disponible sur Google livres [1].
  • Laetitia Levrat, Martin Drolling thèse [2], 2009-2010.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

6 tableaux de l'artiste

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. En allemand le « ö » se prononce « eu » ; il signe d'ailleurs parfois Drelling/
  2. Laetitia Levrat, op.cit, p.40.

Sur les autres projets Wikimedia :