Louisa May Alcott

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Alcott.

Louisa May Alcott

Description de cette image, également commentée ci-après

Portrait de Louisa May Alcott

Autres noms A. M. Barnard
Activités Écrivain
Naissance
Germantown, Pennsylvanie, Drapeau des États-Unis États-Unis
Décès (à 55 ans)
Boston, Massachusetts, Drapeau des États-Unis États-Unis
Langue d'écriture anglaise
Genres Roman

Œuvres principales

Louisa May Alcott (29 novembre 1832 à Germantown en Pennsylvanie - 6 mars 1888 à Boston) est une romancière américaine, connue surtout pour son roman Les Quatre Filles du docteur March (Little Women).

Biographie[modifier | modifier le code]

Deuxième d'une fratrie de quatre filles, elle est éduquée par un père philosophe dont les vues sur la manière d’élever des enfants sont exigeantes, et par Henry David Thoreau, le poète et enseignant ; elle a aussi pour maître le philosophe Ralph Waldo Emerson, mais ne fréquentera aucune école. Elle écrit des contes dès son plus jeune âge et, dès seize ans, rédige son premier livre : Fables de fleurs. Le tempérament parfois violent de son père et l'incapacité de celui-ci à pourvoir correctement aux besoins de sa famille, donne lieu à des conflits entre les parents de Louisa May et l'oblige, ses sœurs et elle, à travailler à un jeune âge. Elle sera tout à tour professeur occasionnel, couturière, gouvernante, aide domestique et écrivain. Sa mère travaillera également aux œuvres sociales auprès des immigrants irlandais.

Adulte, elle défend la cause de l'abolition de l'esclavage et de l'émancipation des femmes. Elle publie un livre sur son expérience d'infirmière durant la Guerre de Sécession, et un premier roman en 1864. Trois ans plus tard, elle accepte de diriger un journal pour enfants et de composer une histoire à l'intention des jeunes lectrices. Ce sera Les Quatre Filles du docteur March (Little Women), parue en 1868. Tableau de la vie américaine dans la seconde moitié du XIXe siècle, le livre remporta un si vif succès qu'elle en publia une suite : Le Docteur March marie ses filles (Good Wives) en 1869. Deux autres livres sur les sœurs March existent également : Le Rêve de Jo March et La Grande Famille de Jo March. Ses modèles étaient ses parents, ses sœurs, ses amis de la Nouvelle-Angleterre et d'Europe. Elle s'était peinte fidèlement, dit-on, sous les traits de Jo.[réf. nécessaire]

Ayant contracté la fièvre typhoïde durant son service pendant la guerre de Sécession, elle souffrira de problèmes de santé chroniques. Elle meurt à Boston l'âge de 55 ans, deux jours après le décès de son père.

Au début de sa carrière, parallèlement à ses livres pour les enfants, Louisa May Alcott a également écrit des romans noirs gothiques sous le pseudonyme de A. M. Barnard. Elle a également écrit des œuvres plus sombres telles que Les Yeux de Lady MacBeth. Son journal intime et sa correspondance ont également été publiés.

Œuvres[modifier | modifier le code]

Note : Les titres sont suivis de la 1re date de parution en France, lorsque celle-ci est connue.

Sous le nom de Louisa May Alcott[modifier | modifier le code]

  • The Inheritance, 1849.
  • Flower Fables, 1854.
  • Hospital Sketches, 1863.
  • Rose et ses sept cousins (The Rose Family: A Fairy Tale, 1864). Hachette, coll. Bibliothèque verte, 1950. Illustré par Pierre Probst.
  • Moods, 1865.
  • Secrets de famille (A Nurse's Story, 1885). Éditions Interférences, 2003; traduit par Véronique David-Marescot; 196 p.; In-16-Bassac; ISBN 2-909589-07-2.
  • Morning-Glories and Other Stories, 1867 .
  • The Mysterious Key and What it Opened, 1867.
  • Les Quatre Filles du docteur March (Little Women or Meg, Jo, Beth and Amy, 1868). Éditions J. Hetzel, coll. "Bibliothèque d'éducation et de récréation"; Dessins de Adrien Marie; adapté par P.-J. Stahl. In-8; 266 p; 1880.
  • Three Proverb Stories, 1868.
  • Le Docteur March marie ses filles puis Les Filles du docteur March se marient (Good Wives, 1869). Éditions Hachette; illustré par Albert Chazelle; In-8 Carré; broché ; 184 pages; 1951.
  • An Old Fashioned Girl, 1870.
  • Jo et sa tribu (Titre original inconnu, 1965). Éditions des deux coqs d'or, collection Étoile d'or n°13. Illustrations de B. Bodini.
  • Le Rêve de Jo March (Little Men: Life at Plumfield with Jo's Boys, 1871). Éditions Casterman, coll. Des grands classiques à découvrir ou à redécouvrir. Série bleue no 16; traduit par Claude Lauriot-Prévost; 252 p.; 1994. ISBN 2-203-13546-8.
  • Aunt Jo's Scrap-Bag, 1872-1882.
  • Work : A Story of Experience, 1872.
  • La Petite Rose, ses six tantes et ses sept cousins puis Rose et le clan des Campbell (Eight Cousins or The Aunt-Hill, 1875). Éditions J. Hetzel; 1887; In-18; 315 p.
  • Beginning Again, Being a Continuation of Work, 1875.
  • Silver Pitchers, and Independence : "A Centennial Love Story", 1876.
  • Les Vingt Ans de Rose (Rose in Bloom : A Sequel to Eight Cousins, 1876). Éditeur Hachette, coll. Idéal-Bibliothèque no 139, 1957. Traduit par Olivier Séchan. Illustrations d'Albert Chazelle.
  • Sous les lilas (Under the Lilacs, 1878). Éditions Hachette", coll. Bibliothèque rose illustrée; traduit par Mme S. Lepage; In-16; 1880.
  • Jack et Jane puis Gilles et Jacotte (Jack and Jill : A Village Story, 1880). Éditions J. Hetzel, coll. "Bibliothèque d'éducation et de récréation"; Traduit par Stahl et Lermont; In-18, 321 p.; 1885.
  • La Grande Famille de Jo March (Jo's Boys and how they turned out : A Sequel to "Little Men", 1886). Éditions Casterman, coll. Des grands classiques à découvrir ou à redécouvrir. Série bleue no 25; traduit par Claude Lauriot-Prévost; 250 p.; 1995. ISBN 2-203-13556-5.
  • Lulu's Library, 1886-1889.
  • A Garland for Girls, 1888.
  • Comic Tragedies, 1893.
  • Les Yeux de Lady MacBeth (A pair of eyes or Modern magic). Éditeur: Interférences, coll. Domaine anglo-saxon, 2004; traduit par Véronique David-Marescot; In16-Bassac; 79 p.; ISBN 2-909589-10-2.

Sous le nom de A. M. Barnard[modifier | modifier le code]

  • Derrière le masque (Behind a mask : or a woman's power, 1866). Éditions Interférences, 2002; traduit par Véronique David-Marescot; 213 p.; In-16-Bassac; ISBN 2-909589-06-4.
  • Pour le meilleur et pour le pire, et pour l'éternité (A long fatal love chase, 1866); Éditeur: Le Grand livre du mois, Paris; traduit par Anouk Neuhoff; 280 p.; 1996.
  • The Abbot's Ghost, or Maurice Treherne's Temptation (1867)

Adaptations[modifier | modifier le code]

Cinéma[modifier | modifier le code]

Télévision[modifier | modifier le code]

Animation[modifier | modifier le code]

Hommages[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. (en) Working Group for Planetary System Nomenclature, Gazetteer of Planetary Nomenclature 1994, Washington, International Astronomical Union, United States Government Printing Office,‎ 1995, 295 p. (lire en ligne), p. 12.

Source[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Gregory Eiselein et Anne K. Phillips (dir.), The Louisa May Alcott encyclopedia, Greenwood Press, Westport, Conn., 2001, 418 p. (ISBN 0-313-30896-9)
  • (en) Elizabeth Lennox Keyser, Whispers in the dark : the fiction of Louisa May Alcott, University of Tennessee press, Knoxville, 1995, 228 p. (ISBN 0-87049-906-8)
  • (en) Martha Saxton, Louisa May Alcott : a modern biography, Farrar Straus and Giroux, New York, 1995 (éd. rév.), 428 p. (ISBN 0-374-19210-3)
  • (en) Madeleine B. Stern, Louisa May Alcott : a biography, with an introduction to the new edition, Northeastern University Press, Boston, 1999, 422 p. (ISBN 1-555-53417-1)
  • (fr) Pascale Voilley, Louisa May Alcott : petites filles modèles et femmes fatales, Belin, Paris, 2001, 126 p. (ISBN 2-7011-3036-0)
  • (fr) Charline Bourdin, "Louisa May Alcott ou la véritable histoire de Josephine March", Du Devin, France, 2012, 222p. (ISBN 979-1090896024)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :