Louis de Santangel

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Luis de Santángel, financier de Christophe Colomb.

Louis de Santángel (ou Luis de Santángel ou de Santander) (mort à Valence en 1498), juif baptisé ou nouveau chrétien (« converso ») qui fut le trésorier d'Aragon et le ministre le plus proche des Rois catholiques. Il soutient personnellement Christophe Colomb et c'est par son intermédiaire qu'Isabelle de Castille accepte de financer une partie du premier voyage de Colomb. Par la suite, il sert d'intermédiaire dans la correspondance officielle entre les Rois catholiques et le navigateur.

Financement du voyage de Christophe Colomb[modifier | modifier le code]

En 1486, on a présenté le plan de Colomb à Ferdinand et Isabelle, et après consultation auprès de conseillers et de savants, ils rejettent ce projet. Afin de garder Colomb en Espagne et d'éviter ainsi de donner son idée à un autre monarque, Ferdinand et Isabelle lui présentent une rente de 12 000 maravedis (environ 840$)[réf. nécessaire] et en 1489, lui fournissent un document qu'il pourrait utiliser pour obtenir de la nourriture et un hébergement dans toutes les villes d'Espagne.

Quand Christophe Colomb fut las du traitement qu'il recevait de la part de la royauté espagnole, il commença à prendre des dispositions pour son voyage à la cour du roi de France, Charles VIII, en janvier 1492. C'est à ce moment que Louis de Santangel est intervenu au nom de Colomb pour persuader Isabelle et l'a convaincue de la perspective de la conversion au christianisme en Asie et que faire le voyage valait le risque.

Toujours est-il que nous lisons dans le livre Les conquistadors espagnols que « peu à peu, Colomb s'assura l'appui d'autres dignitaires de la cour, en particulier de Santángel, Valencien d'origine juive, trésorier associé de la Sainte-Hermandad, contrôleur et agent comptable de la maison royale, fonctions qui lui donnaient un contact étroit avec la reine. Santangel avait aussi servi Ferdinand dans plusieurs affaires financières, prêts d'argent compris »[1]. De plus, il avait également affermé les douanes maritimes.

Il ressort de l'ouvrage de Serrano y Sanz que Santangel ne sortit pas l'argent de sa bourse, mais plutôt que la partie manquante « fut prise dans les caisses de la Sainte-Hermandad »[2].

L'Inquisition espagnole[modifier | modifier le code]

La famille de Santangel fut persécutée pendant l'Inquisition espagnole. Son cousin plus âgé et homonyme, fut décapité lors de l'inquisition. En raison de son service à l'Espagne, le 30 mai 1497, Ferdinand proclama par un décret royal que Louis de Santangel et sa famille, présente et future, devaient être protégés de l'Inquisition.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • F.A. Kirkpatrick, Les conquistadors espagnols, Paris, Payot,‎ 1935
  • Serrano y Sanz, Origenes de la dominación española en América, Bailly-Bailliere, Madrid, 1918.