Louis de Noailles

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les autres membres de la famille, voir Maison de Noailles.
Louis de Noailles
Louis de Noailles (1713-1793), maréchal de France, École française, XVIIIe siècle, Château de Versailles.
Louis de Noailles (1713-1793), maréchal de France, École française, XVIIIe siècle, Château de Versailles.

Titre 4e Duc de Noailles et pair de France
(17661793)
Prédécesseur Adrien Maurice de Noailles
Successeur Jean Louis Paul François de Noailles
Allégeance Drapeau du Royaume de France Royaume de France
Grade militaire Maréchal de France
Commandement Noailles-Cavalerie
1re compagnie des gardes du corps du Roi
Gouverneur du Château de Saint-Germain-en-Laye
Gouvernement militaire Gouverneur du Roussillon
Conflits Guerre de Succession de Pologne
Guerre de Succession d'Autriche
Guerre de Sept Ans
Distinctions Chevalier du Saint-Esprit
Chevalier de Saint-Louis
Biographie
Dynastie Maison de Noailles
Naissance
Versailles
Décès (à 80 ans)
Saint-Germain-en-Laye
Père Adrien Maurice de Noailles
Mère Françoise Charlotte d'Aubigné (en)
Conjoint Catherine de Cossé-Brissac

Orn ext maréchal-duc et pair OSE.svg
Blason gueules-bande or.svg

Louis de Noailles, comte d'Ayen puis (1737-1766) 1er duc d'Ayen puis (1766) 4e duc de Noailles, marquis de Montclar et de Maintenon, comte de Nogent-le-Roi, baron de Chambres, est un maréchal de France, né à Versailles le et mort à Saint-Germain-en-Laye le .

Famille[modifier | modifier le code]

Catherine de Cossé-Brissac (1727-1794).

Fils du maréchal Adrien Maurice de Noailles (1678-1766) et de la duchesse née Françoise Amable d'Aubigné (1684-1739), il épouse le 25 février 1737[1] Catherine Françoise Charlotte de Cossé-Brissac (1724-1794), fille aînée du 6e duc de Brissac. Ils ont quatre enfants :

  1. Jean Louis Paul François de Noailles (1739-1824), duc d'Ayen puis duc de Noailles ;
  2. Adrienne Catherine de Noailles (1741-1814), qui épouse (1755) René Mans de Froulay (†1814), comte de Tessé ;
  3. Emmanuel Marie Louis de Noailles (1743-1822), comte de Noailles, dit le marquis de Noailles et de Maintenon ;
  4. Philippine Louise Catherine de Noailles (1745-1791) qui épouse (1763) Louis Antoine Armand de Gramont, duc de Lesparre (†1795).

Biographie[modifier | modifier le code]

Militaire, ses états de service sont impressionnants. À seize ans, il est déjà mestre de camp du régiment Noailles-Cavalerie (). Comme capitaine de la Compagnie écossaise (1731-1776), il se bat au siège de Kehl (1733), puis en Italie aux batailles de Parme et de Guastalla en 1734. Promu brigadier le 1er janvier 1740 et maréchal de camp le 14 mai 1743, il combat à la bataille de Fontenoy en 1745 et à la bataille de Lauffeld en 1747. Lieutenant général le 1er janvier 1748, il se bat à Hastenbeck en 1757 avant d'être élevé à la dignité de maréchal de France le , davantage en considération de son nom et du nombre de ses campagnes que de son génie militaire. Il succède à son père comme gouverneur du Roussillon en 1766, restant en poste jusqu'en 1791.

Excellent courtisan, il sait se faire admettre dans les bonnes grâces de Louis XV dont il devient l'intime. Partageant la passion du Roi pour la botanique, il lui fait souvent les honneurs de son jardin expérimental à Saint-Germain-en-Laye. Il est également à ses côtés en deux circonstances essentielles : comme aide de camp à la bataille de Fontenoy et comme capitaine des gardes du corps de service le soir de l'attentat de Damiens. Ses bons mots et ses saillies amusent Louis XV, même lorsqu'ils s'exercent parfois à ses dépens. On rapporte ainsi que le Roi, lui disant au début de sa liaison avec Mme du Barry : « Je sais que je succède à Saint-Foye », Noailles lui répondit : « Oui, Sire, comme Votre Majesté succède à Pharamond ». Pourvu d'une jolie voix, il était le seul courtisan que Mme de Pompadour admettait à jouer avec elle de petits opéras.

En 1789, il est nommé gouverneur du Château de Saint-Germain-en-Laye. Lorsque la Révolution française éclate, il refuse d'émigrer et meurt de vieillesse avant que la Terreur n'atteigne son apogée, ce qui lui permet d'échapper à la guillotine. Sa veuve, âgée de 70 ans, sera en revanche guillotinée le 4 Thermidor, en même temps que leur bru, la duchesse d'Ayen, et que leur petite-fille, la vicomtesse de Noailles.

Il est fait chevalier de l'Ordre du Saint-Esprit le et chevalier de l'Ordre royal et militaire de Saint-Louis avant 1740.

Armoiries[modifier | modifier le code]

De gueules à une bande d'or[2].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Chronologies[modifier | modifier le code]

Précédé par Louis de Noailles Suivi par
Titre de noblesse
Érection du comté d'Ayen en duché (non pair)
Blason famille fr Ducat de Noailles.svg
1er Duc d'Ayen
1737-1766
Jean Louis Paul François de Noailles
Pairie de France
Adrien Maurice de Noailles
4e Duc de Noailles
1766-1793
Jean Louis Paul François de Noailles
Fonctions militaires
Adrien Maurice de Noailles
French Gardes du Corps 1st Company Standard.jpg
Capitaine-commandant
1re Cie des Gardes du corps du Roi
1731–1758
Jean Louis Paul François de Noailles