Louis de Crevant

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Crevant et Humières (homonymie).
Louis de Crevant
Duc d'Humières
Louis de Crevant, maréchal d'Humières
Louis de Crevant, maréchal d'Humières

Naissance 1628
Décès 30 août 1694 (à 66 ans)
à Versailles
Origine Drapeau du Royaume de France Royaume de France
Grade Maréchal de France
Conflits Guerre de Trente Ans
Guerre de Hollande
Guerre de la Ligue d'Augsbourg
Distinctions Pair de France
Chevalier des Ordres du Roi
Autres fonctions Grand maître de l'artillerie de France
Gouverneur de Bourbonnais, puis de Flandre, Hainault, des villes de Lille et de Compiègne, et autres pays conquis

Louis de Crevant, quatrième du nom, marquis, puis premier duc d'Humières, vicomte de Brigueuil, baron de Preuilly en Touraine, né en 1628 et mort le 30 août 1694 à Versailles, est un gentilhomme et militaire français du XVIIe siècle. Il est nommé maréchal de France en 1668 et appelé ensuite le maréchal d'Humières.

Biographie[modifier | modifier le code]

Origines et famille[modifier | modifier le code]

Il est le fils de Louis III de Crevant, seigneur d'Argy, puis marquis d'Humières (v. 1606-1648), gouverneur de Compiègne et de sa femme Isabelle Phélippeaux (1611-1642), de la branche des Phélippeaux d'Herbault, fille de Raymond Phélypeaux d'Herbault[1]. De cette union naissent neuf enfants, six fils et trois filles. Son frère cadet Raymond-Louis de Crevant s'engage dans la Marine royale et sa carrière avec la dignité de lieutenant général des armées navales.

Carrière militaire[modifier | modifier le code]

Le marquis d'Humières est nommé gouverneur de Compiègne par Louis XIV le 11 juin 1646, après la démission de son père, Louis, seigneur d'Argy, puis marquis d'Humières. Le 4 septembre 1650, il est créé maréchal de camp.

En 1653 et 1654, il sert aux sièges et à la prise de Mouzon et de Sainte-Menehould, à l'attaque d'Arras et à la prise du Quesnoy et en 1655 à celle de Landrecies, de Condé, de Saint-Guillain (1655), Hombourg, Bitche, Courtrai, la Capelle et lors de la bataille de Cassel. Promu au grade de lieutenant général des armées du roi en 1656, il participe à la bataille des Dunes en 1658. La même année, il participe également à la prise de Dunkerque, de Bergues, de Furnes et de Dixmude ainsi qu'à celle de Audenarde et de Ypres, dont il est nommé gouverneur.

En 1667, il sert comme lieutenant général à l'armée du roi et participe à la prise de Tournai, de Douai puis de Lille. En 1668, après le traité d'Aix-la-Chapelle, il est nommé gouverneur général de Flandre et s'établit à Lille où il est nommé gouverneur. Il est créé maréchal de France la même année.

En 1672, il part en exil pour avoir refusé de prendre ses ordres auprès du maréchal de Turenne, qui venait d'être nommé par Louis XIV capitaine général, et ne rentrera en grâce qu'après avoir fait acte d'obéissance.

En 1676, capitaine des cent gentilshommes de la maison du roi, il prend la place de Condé et quelques mois plus tard, celle de Aire et le fort de Linck. L'année suivante, avec le maréchal de Luxembourg, il emporte la place de Valenciennes, puis participe à la bataille de la Peene, gagnée par le duc d'Orléans sur le prince d'Orange. La même année, il prend Saint-Guillain et l'année suivante la ville de Gand.

En 1683, lors de la Guerre des Réunions alors commandant de l'armée des Flandres, il prend les villes de Courtrai et de Dixmude, puis, l'année suivante, détruit la ville d'Audenarde.

Lieutenant de roi en Picardie, après le Traité des Pyrénées, il est nommé Grand maître de l'artillerie de France par Louis XIV en 1685 et est fait chevalier des Ordres du Roi (Ordre du Saint-Esprit et Ordre de Saint-Michel) en 1688.

En 1689, il est battu devant Walcourt par le prince de Waldeck. Il est alors rappelé par Louvois.

Louis XIV élève néanmoins sa terre de Monchy-Humières en Picardie en duché par lettres du mois d'août 1690, qui portent que le duché passerait au mari de Julie de Crevant, sa troisième fille. Le Roi le nomme commandant général dans toute la Flandre. Il commande encore l'armée sur la Lys et, en 1692, participe au siège de Namur.

Il meurt à Versailles, le 30 août 1694.

Descendance[modifier | modifier le code]

II épousé en 1653 Louise Antoinette Thérèse de la Châtre, dame du palais de la reine, fille d'Edme de la Châtre, comte de Nançay, et de Françoise de Cugnac-Dampierre, dont il a :

  • Henri-Louis de Crevant, marquis d'Humières, tué au siège de Luxembourg en 1684 ;
  • Louis-François-Roger, comte de Brigueuil, mort le 7 septembre 1679 ;
  • Marie-Thérèse de Crevant, mariée le 10 février 1677 à Jean de Gand, dit Vilain, prince d'Isenghien ;
  • Marie-Louise, abbesse de Mouchi ;
  • Anne-Louise-Julie de Crevant, mariée le 1er août 1682 à Louis-Alexandre, comte de Vassé, vidame du Mans et à Charles-Louis de Hautefort, marquis de Surville, lieutenant-général des armées du roi.

Armoiries[modifier | modifier le code]

Figure Blasonnement
Blason Louis de Crevant (1632-1694) orn ext.svg Armes de Louis de Crevant (1632-1694), duc d'Humières, maréchal de France, Grand maître de l'artillerie de France (1685), Chevalier du Saint-Esprit (reçu le 31 décembre 1688)

Écartelé : au I et IV, contre-écartelé d'argent et d'azur (Crevant) ; au II et III, d'argent fretté de sablé (Humières).[2],[3]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Très influent, son grand père est successivement, secrétaire de la Chambre du Roi, trésorier de l'épargne, conseiller d'État, secrétaire d'État, membre du parti catholique, ministre d'État et secrétaire d'État aux Affaires étrangères.
  2. Michel Popoff et préface d'Hervé Pinoteau, Armorial de l'Ordre du Saint-Esprit : d'après l'œuvre du père Anselme et ses continuateurs, Paris, Le Léopard d'or,‎ 1996, 204 p. (ISBN 2-86377-140-X)
  3. Source : www.heraldique-europeenne.org

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • De la représentation du Prince : la bataille de Cassel vue par Mignard, L'Oreiller du Roy n° 5
  • Guerre et propagande au XVIIe siècle, l’affaire du maréchal de Humières, Histoire mondiale des conflits, n° 17, déc.2004-janv.2005, pp. 28-31

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :