Louis de Bussy d'Amboise

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Bussy.
Portrait fictif de Bussy d'Amboise par Édouard Pingret, 1835

Louis d'Amboise, seigneur de Bussy (1549-1579), arrière-petit-fils de Jean IV d'Amboise et petit-neveu du cardinal Georges II d'Amboise, est le gentilhomme typique de l'époque d'Henri III, rempli de bravoure et de panache, fier, violent et provocateur.

Biographie[modifier | modifier le code]

Lors du massacre de la Saint-Barthélemy (1572), il assassine Antoine de Clermont, son parent[1], avec qui il était en procès. Il s'empare ensuite de son château.

Comme son cousin François d'Amboise, il accompagne le duc d'Anjou (futur roi Henri III) en Pologne pour son élection à la royauté. Il entre ensuite au service du duc d'Alençon, frère cadet et rival du roi Henri III, et devient son favori. Il se fait très rapidement connaître à la cour où il s'impose et parvient à devenir le galant de Marguerite, la sœur du roi et du duc d'Alençon.

En 1576, François d'Alençon reçoit l’Anjou en apanage. Monsieur, désormais duc d'Anjou, nomme Bussy gouverneur de son duché et commandant du château d'Angers.

Par son attitude méprisante et provocatrice à l'égard des partisans du roi, Bussy participe aux tensions qui règnent à la cour entre le roi et son frère. Bussy se moque ouvertement des mignons du roi avec qui il se bat fréquemment en duel. Il aide le duc d'Alençon à s'enfuir de la cour où Henri III le retient.

Armoiries famille d’Amboise.

Bussy est finalement victime de son arrogance. Le 19 août 1579, dans l'ex-château, détruit en 1825, de La Coutancière à Brain-sur-Allonnes, alors qu'il tentait de séduire la dame de Montsoreau, il est tué dans le piège que lui avait tendu le mari de celle-ci, Charles de Chambes, comte de Montsoreau.

Bussy d'Amboise a été mis en scène par le dramaturge anglais George Chapman dans sa pièce The Tragedy of Bussy D'Ambois (1607). Il est surtout le héros, très idéalisé, de La Dame de Monsoreau d'Alexandre Dumas.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • André Joubert, Un mignon de la cour de Henri III. Louis de Clermont, sieur de Bussy d'Amboise, gouverneur d'Anjou, Paris, Librairie E. Lechevalier, 1885, 280 p.
  • Léo Mouton, Bussy d'Amboise et Madame de Montsoreau, d'après des documents inédits, Paris, Librairie Hachette et Cie, 1912. 358 p.
  • Claude Derblay, Une Héroïne de Brantôme : Renée de Bussy d'Amboise, maréchale de Balagny, princesse de Cambrai, Paris, Plon, 1935.
  • Jacques Levron, La Véritable histoire de la Dame de Montsoreau, 6e éd. Angers, H. Siraudeau, 1956.
  • Mémoires de Pierre de L'Estoile pour servir à l'histoire de France et Journal de Henri III et de Henri IV, Paris, 1825.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Charles Théodore Beauvais de Préau & Antoine-Alexandre Barbier, Biographie universelle classique, Charles Gosselin, 1829, Volume 1, p.413.