Louis d'Orléans (1845-1866)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur les redirections Cet article concerne le dernier prince de Condé, fils du duc d’Aumale. Pour l’ensemble des princes ayant reçu ce titre, voir Liste des princes de Condé.
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Louis, prince d’Orléans.

Louis d’Orléans

Description de cette image, également commentée ci-après

Le prince de Condé, par Charles Jalabert (vers 1865).

Biographie
Titulature Prince d’Orléans
Prince de Condé
Dynastie Maison d’Orléans
Naissance 15 novembre 1845
Saint-Cloud (France)
Décès 24 mai 1866 (à 20 ans)
Sydney (Australie)
Sépulture Nécropole royale de Dreux
Père Henri d’Orléans, duc d’Aumale
Mère Marie-Caroline des Deux-Siciles
Religion Catholicisme romain

Louis Philippe Marie Léopold d’Orléans, prince de Condé, né le 15 novembre 1845 à Saint-Cloud, en France, et décédé le 24 mai 1866 à Sydney, en Australie, est un prince français de la maison d’Orléans, fils du duc d’Aumale, et premier membre de sa famille à visiter l’Australie.

Famille[modifier | modifier le code]

Louis-Philippe Marie Léopold d’Orléans est le premier fils de Henri d’Orléans, titré duc d’Aumale par Louis XVIII à sa naissance et de son épouse, Marie-Caroline de Bourbon-Siciles, princesse des Deux-Siciles.

Par son père, il est le petit-fils de Louis-Philippe, roi des Français et de Marie-Amélie de Bourbon-Siciles, princesse des Deux-Siciles ; tandis que par sa mère, il est le petit-fils de Léopold de Bourbon-Siciles, fils du roi Ferdinand Ier des Deux-Siciles et de Marie-Caroline d'Autriche, fille de Marie-Thérèse d’Autriche.

Biographie[modifier | modifier le code]

Enfance[modifier | modifier le code]

Louis est né le 15 novembre 1845 au château de Saint-Cloud. Il reçoit dès sa naissance le titre de prince de Condé, en tant que fils aîné du duc d’Aumale, héritier des princes de Condé. Le dernier des Condé, Louis VI s’étant suicidé en 1830, il laisse son immense fortune à son filleul, le père de Louis. Il est rapidement surnommé « le petit Condé » par la famille royale[1].

Après le déclenchement de la révolution de février 1848, sa famille s’exile en Angleterre auprès de la reine Victoria. L’ancienne famille royale s’établit près de Twickenham, et ne tarde pas à y acheter une demeure qui deviendra l’Orleans House. Il étudiera à la Royal High School d’Édimbourg, où il aura notamment pour professeur Leonhard Schmitz[1].

Voyage en Australie[modifier | modifier le code]

À 20 ans, son père lui arrange un tour du monde en dix-huit mois ; il espérait qu’un séjour dans des climats non-européens améliorerait la santé fragile de son fils. En collaboration avec son médecin, le docteur Paul Gingeot, Louis et son cousin Ferdinand d’Orléans, duc d’Alençon, embarquent le 4 février 1866 à Southampton sur le Mongolia, un navire de l’armateur britannique P&O à destination de l’Égypte. L’itinéraire prévoyait des escales à Ceylan, en Australie, en Nouvelle-Zélande, à Java, en Chine, au Japon et aussi aux Indes. Louis était particulièrement intéressé par l’Australie, notamment à cause de sa nature exotique, pour laquelle il vouait une fascination.

En 1866, le canal de Suez n’était pas encore achevé, ils ont donc débarqué à Alexandrie pour prendre un train jusqu’à Suez via Le Caire, où ils rejoindraient un navire plus modeste de la P&O, le Bengal. Son cousin le duc d’Alençon les abandonne à Alexandrie pour visiter le pays, tandis que Louis et le docteur Gingeot poursuivent leur voyage jusqu’à Manille, après un court séjour à Ceylan.

Ils continuèrent à bord du Bombay[1] et le 8 avril 1866, ils atteignent la baie de King George Sound sur la côte sud-ouest de l’Australie. Louis est accompagné jusqu’à Albany par Alexander Campbell, magistrat et riche homme d’affaires originaire du Queensland.

L’hôtel Petty de Sydney où mourut le prince de Condé en 1866.

Le 13 avril 1866, ils a atteignent Melbourne. Louis, pressé d’arriver à Sydney, décide de visiter la ville sur le chemin du retour. Ils poursuivent donc leur route, en passant par l’Australie méridionale et Victoria, ils atteignent la Nouvelle-Galles du Sud après être passé par le cap Howe et les Alpes australiennes. Le 16 avril 1866 ils accostent à Port-Jackson, Louis est très impressionné par la ville et la compare avec les vieilles villes d’Europe.

Bien que le gouverneur de Nouvelle-Galles du Sud, le baron Lisgar, ait offert un logement à Louis et à sa petite suite, il décide de s’installer à l’hôtel Petty, non loin de l’église Saint-Philippe de Sydney. Durant cinq semaines, l’état de santé de Louis s’améliore, lui permettant de visiter la ville, et notamment l’université de Sydney, l’Australian Museum, les jardins botaniques et le Sydney Hospital. Là, il rencontre des personnalités locales comme Édouard Thomson, le chancelier de l’université de Sydney, et Charles Moore, le directeur des jardins botaniques. Il mène d’autres excursions à Parramatta, à Windsor et à Kurrajong.

Décès et enterrement[modifier | modifier le code]

Le 12 mai 1866, il apprend dans les journaux la mort de sa grand-mère Marie-Amélie de Bourbon-Siciles. Cette nouvelle l’accable, et le froid n’arrange rien à son état. Le docteur Gingeot lui ordonne alors de prendre du repos, mais Louis ignore la prescription.

Après une brève amélioration, son état de santé s’est rapidement détérioré. Finalement, Louis décède dans la soirée du 24 mai 1866, d’une tuberculose, en présence du docteur Gingeot, de son valet et de l’archidiacre McEncroe, qui lui donne l’extrême-onction. Après sa mort, Marie-Caroline reste tuberculose. Après sa mort, le titre de prince de Condé ne sera plus jamais porté. Sa mère restera inconsolable.

Le 2 juin 1866, le Sea Star appareille en direction de Londres avec les restes du prince ; il arrive à Londres le 11 septembre 1866. En 1871, après de la Commune de Paris, la famille d’Orléans rentre en France et en 1885, l’urne contenant le cœur du prince de Condé est placé dans la chapelle du château de Chantilly placé. Ses restes sont transférés dans la chapelle Saint-Louis de Dreux, nécropole de la famille d’Orléans. Louis d’Orléans est resté dans l’histoire comme le premier prince à avoir posé le pied sur le sol australien, puisque la première visite d’un membre de la famille royale britannique n’interviendra qu’en 1867 : c’est le prince Alfred du Royaume-Uni, à l’occasion de son tour du monde, qui le second débarquera en Australie.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c (en) Ivan Barko, « Le petit Condé : mort à Sydney du premier visiteur royal de l’Australie », Explorations - Journal of French-Australian Connections, no 35,‎ décembre 2003, p. 26–32 (lire en ligne).

Sur les autres projets Wikimedia :