Louis d'Orléans-Bragance

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Louis Marie Philippe Pierre d'Alcantara Gaston Michel Raphaël Gonzague d’Orléans-Bragance, prince du Grão-Para, est un prince Brésilien, né le 26 janvier 1878 à Petrópolis (Brésil) et décédé le 26 mars 1920, à Cannes (France). C'est un descendant de Louis-Philippe Ier, roi des Français, donc issu de la maison d'Orléans, et un écrivain brésilien de langue française. Il est par ailleurs à l'origine de la branche de Vassouras de la Maison d'Orléans-Bragance.

Famille[modifier | modifier le code]

Louis d'Orléans-Bragance, prince du Grão-Para

Louis d'Orléans-Bragance est le deuxième fils d'Isabelle de Bragance (1846-1921), princesse impériale du Brésil et plusieurs fois régente de son pays, et de son époux le prince Gaston d'Orléans (1842-1922), comte d'Eu.

Le 3 novembre 1908, le prince Louis s’unit[1] à Maria-Pia de Bourbon-Siciles (1878-1973), princesse des Deux-Siciles, elle-même fille d'Alphonse de Bourbon-Siciles (1841-1934), comte de Caserte, et de son épouse Maria-Antonieta de Bourbon-Siciles (1851-1938).

De cette union naissent 3 enfants :

Biographie[modifier | modifier le code]

Élevé au Brésil pendant le règne de son grand-père, l'empereur Pierre II du Brésil, le prince Louis d'Orléans-Bragance part en exil avec sa famille lorsqu'est proclamée la République, en 1889. Le prince, qui n'est alors que troisième dans la ligne de succession au trône (juste après sa mère et son frère aîné), réalise donc ses études en France au Collège Stanislas et c'est également dans ce pays qu'il se marie, en 1908.

La même année, dom Louis d'Orléans-Bragance devient prince du Grão-Para -et donc héritier présomptif de la couronne brésilienne- lorsque son frère aîné, Pierre d'Alcantara d'Orléans-Bragance (1875-1940) contracte un mariage inégal avec la comtesse tchèque Élisabeth Dobrzensky de Dobrzenicz (1875-1951).

Au début du XXe siècle, le prince noue des liens avec les chefs du mouvement monarchiste brésilien et tente un retour dans son pays natal, malgré la loi d'exil qui lui interdit de s'y rendre. Le 12 mai 1906, le prince arrive donc dans le port de Rio de Janeiro, à bord de l' Amazone. Mais son débarquement est interdit par les autorités républicaines qui refusent de reconnaître sa demande d' habeas corpus. Dépité, Dom Louis d'Orléans-Bragance retourne donc en Europe par le même bateau : il ne reverra plus jamais le Brésil.

Pendant la Première Guerre mondiale, le prince est autorisé par le roi George V d'Angleterre à s'engager dans l'armée britannique pour combattre aux côtés des Alliés. Mais il est blessé pendant le conflit et garde de profondes séquelles, qui causeront sa mort deux années seulement après la fin des hostilités.

Ironiquement, l'exil de la famille impériale du Brésil prend fin en 1920, année où meurt le prince du Grão-Para. Il est enterré avec son épouse dans la chapelle royale de Dreux en France.

Œuvres[modifier | modifier le code]

Louis d'Orléans-Bragance est l'auteur de plusieurs livres et articles de voyage écrits en français :

  • « Au Mont-Blanc, 15-16 septembre 1896 » dans la Revue du Mont-Blanc, A. Dubouloz, 1897.
  • Dans les Alpes, 1896-1899, Plon, Paris, 1901.
  • Tour d'Afrique : de Paris à Lourenço Marques, au camp des Boers, chasse et retour..., Plon, Paris, 1902.
  • Sous la Croix-du-Sud, Brésil, Argentine, Chili, Bolivie, Paraguay, Uruguay, Plon, Paris, 1912.


Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (pt) Teresa Malatian, Dom Luís de Orléans e Bragança, Peregrinação de impérios, Alameda, 2011 (ISBN 978-85-98325-96-5)