Louis Vola

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Louis Vola

Naissance 6 juillet 1902
La Seyne-sur-Mer, France
Décès 15 août 1990
Paris
Genre musical Jazz manouche, Latin jazz, free jazz
Instruments Contrebasse

Louis Vola né le 6 juillet 1902 à La Seyne-sur-Mer, France et mort le 15 août 1990 à Paris, est un contrebassiste français de jazz[1]. Il est à l'origine de la fondation du Quintette du Hot Club de France, né de la formation qu'il dirigeait aux thés dansants de l'hôtel Claridge à partir de 1932-33[2].

Débuts[modifier | modifier le code]

Le Balajo, un des bals-musette où Louis Vola a fait ses premières armes à la batterie

De parents piémontais, il a passé sa petite enfance à Gênes avant d'étudier le solfège, le violon et la batterie en France. Il joue dans de petits orchestres de la Côte d'azur, puis dans les années 1920, il vient chercher du travail à Paris. Chez Citroën, il est tourneur-fraiseur, et les samedis-dimanches il joue de la batterie dans les bals-musette de Nogent-sur-Marne ou de la rue de Lappe[1].

Pendant un séjour de trois ans en Yougoslavie, il apprend l'accordéon et la contrebasse. C'est ce dernier instrument qu'il préfère. De retour en France, il fait la connaissance de Django et Joseph Reinhardt qu'il engage dans son orchestre du cabaret du Palm Beach à Cannes en 1932. Puis à Paris, il les fait entrer dans la formation qu'il dirige et qui anime les thés dansants de l'hôtel Claridge. De cet orchestre naît le Quintette du Hot Club de France[2]

Carrière[modifier | modifier le code]

Jusqu'en 1939, il part en tournée avec le quintette qui remporte de grands succès en France et à l'étranger. Vola est alors un des contrebassistes les plus recherchés. Il accompagne Benny Carter, Coleman Hawkins, Bill Coleman, Willy Lewis et la chanteuse Adelaïde Hall. Appelé sous les drapeaux en 1940, il est démobilisé la même année et il entre dans l'orchestre de Ray Ventura avec lequel il part en Amérique du sud. Il reste en Argentine jusqu'en 1948. À Buenos Aires, il forme un quintette qu'il intitule « Le Quintette du HCF ».

De retour en France il continue sa carrière à Nice, à Paris. Il a notamment participé avec Boulou Ferré à la commémoration de vingt cinquième anniversaire de la mort de Django Reinardt (1978).

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]