Louis Van Lint

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Lint.

Louis Van Lint

Description de cette image, également commentée ci-après

Louis Van Lint en 1984

Nom de naissance Louis Noël Van Lint
Naissance 25 décembre 1909
Bruxelles, Belgique
Décès 27 décembre 1986
Bruxelles, Belgique
Nationalité Belge
Activités Peintre
Formation Académie des beaux-arts de Saint-Josse-ten-Noode

Louis Van Lint est un peintre belge, né à Bruxelles, le 25 décembre 1909 et mort à Bruxelles, le 27 décembre 1986, chef de file de l'abstraction lyrique en Belgique. Il fut membre fondateur de La Jeune Peinture Belge, inspira certains membres du mouvement CoBrA et participa à leurs recherches[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Louis Noël Van Lint naît à Bruxelles d'un père flamand et d'une mère hennuyère. Très jeune, il commence à travailler dans la petite entreprise en bâtiment familiale. Dès 1924, il s'inscrit à l'Académie des beaux-arts de Saint-Josse-ten-Noode afin d'y suivre des cours de dessin et de peinture sous la tutelle d'Henri Ottevaere, puis de Jacques Maes. Il fréquentera l'académie jusqu'en 1937. Il a étudié aussi la sculpture (1935) et l'architecture. Dans ses œuvres de jeunesse, scènes d'intérieurs, paysages urbains et campagnards, il développe un style réaliste avec un travail de coloriste tout à fait remarquable.

En 1934, il épouse Marguerite Lutte, une jeune fille qu'il connaît depuis l'enfance.

Il fait ses débuts à l'exposition Art Jeune (1938) et, en 1940, il fonde le groupe La Route libre avec Gaston Bertrand et Anne Bonnet[2]. De 1941 à 1948, il remporte plusieurs prix, participe à de nombreuses expositions, dont sa première exposition personnelle en 1942 au Palais des beaux-arts de Bruxelles.

Il adhère à l'animisme (prise de conscience des valeurs humaines...) et participe avec ses tenants aux expositions de la Galerie Apollo. Mais dès 1943, comme en témoigne L'écorché, véritable manifeste, il fait volte-face et se libère de l'animisme. Commence une période pleine d'un univers carnavalesque qui rappelle Ensor. Il exécute des décors pour Le Baladin du monde occidental de Synge (1944) et pour l'Histoire du soldat de Ramuz (1945).

À partir de 1944-1945, son expression devint plus virulente (Autoportrait, 1944). En 1945, il cofonde avec Anne Bonnet et Gaston Bertrand la Jeune Peinture belge, dont Ensor devient le Président d'honneur. Cette association d'artistes, à la recherche d'une nouvelle vision de la peinture, se poursuivra jusqu'en 1949. En 1946, son épouse donne naissance à leur fille unique, Martine.

Sous l'influence de Bazaine, il évolue rapidement vers la Non-Figuration lyrique ("Symphonie en rouge", 1949), et collabore à des manifestations du groupe CoBrA (1948-1951)[3]. De 1952 à 1954, il tente l'expérience de l'Abstraction géométrique (Urbanisme, 1954), avant de renouer avec un lyrisme inspiré par la nature. Il s'inspirera de plus en plus de la frénésie de la nature dont il emprunte le dynamisme de la couleur et de la matière (Sauvagerie automnale, 1960).

En 1958, la Solomon R. Guggenheim Foundation lui décerne une distinction. En 1960, il est élu membre de l'Académie royale de Belgique et remporte le prix international de peinture Marzotto à Lugano[4]. Entre 1958 et 1973, il fait de nombreux voyages (France, Grèce, Portugal, Tunisie, Espagne, Italie) qui sont autant de sources d'inspiration pour son œuvre.

Au début des années 1960, il fait la connaissance de Marcel Stal, propriétaire de la galerie Carrefour et collectionneur avisé, qui étend la renommée de l'artiste. Il lui présente en outre Hergé, avec qui Van Lint se liera d'amitié. Van Lint initiera Hergé à l'art abstrait et sera pendant un an son professeur de peinture particulier[5].

En 1974, il fait face à de graves problèmes de santé. En 1977, première d'une série d'expositions à la galerie Armorial, dirigée par l'historien de l'art Serge Goyens de Heusch.

En 1981, plusieurs de ces œuvres sont acquises par la Maison Grand-Ducale de Luxembourg. En 1982, il est promu grand officier de l'Ordre de Léopold et le Sénat belge acquiert sa grande composition Ballet ou Conflit.

Louis Van Lint s'éteint le 27 décembre 1986, une semaine à peine après avoir terminé sa dernière toile, Seuil de l'Inexploré.

Van Lint collectionneur[modifier | modifier le code]

Louis Van Lint a, tout au long de sa vie, collectionné les outils anciens, choisis pour leurs formes harmonieuses. Une partie de la collection ornait un mur de sa demeure et suscita souvent l'intérêt et le questionnement des personnalités en visite chez le peintre[6] et [7].

Prix[modifier | modifier le code]

  • Prix du journal Le Soir, 1941
  • Prix de l'art populaire, Bruxelles, 1943
  • Prix Picard de la Libre Académie de Belgique, 1948
  • Prix international de peinture de Santa Margherita Ligure, 1950
  • Prix de La Jeune Peinture belge, 1950
  • Prix de dessin de Lugano, 1952
  • Médaille d'or de la 2e Biennale de peinture de Menton, 1953
  • Prix de la critique d'art belge de Bruxelles, 1954
  • Prix de la Guggenheim Foundation, New York, 1958
  • Grand Prix de la critique d'art, Charleroi, 1958
  • Prix international de peinture Marzotto, Lugano, 1960
  • Prix de la critique belge, 1961
  • Prix de peinture, Cagnes-sur-Mer, 1971

Sociétés artistiques[modifier | modifier le code]

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • L'écorché, 1943.
  • Autoportrait, 1944.
  • Cabines, 1945.
  • Le Poulailler, 1946.
  • Symphonie en rouge, 1949.
  • Chartres, 1950.
  • Miroir marin, 1958.
  • Zonnig Nieuwpoort - Nieuport ensoleillé.
  • Soleil Revelateur, 1968.
  • Ballet ou Conflit/La mer, 1982.
  • Circonvolutions astrales, au musée de l'art wallon, à Liège.

Muséographie[modifier | modifier le code]

  • Musées royaux des beaux-arts de Belgique - Koninklijke Musea voor Schoone Kunsten van België, Bruxelles
  • Musée d'Ixelles - Museum van Elsene, Bruxelles
  • Stedelijk Museum voor Actuele Kunst (SMAK), Gent
  • Museum Voor Moderne Kunst (PMMK), Ostende
  • Musée de Louvain-la-Neuve
  • Musée d'art moderne et d'art contemporain, Liège
  • Musée d'art wallon, Liège
  • Œuvres aux musées d'Anvers, Brooklyn, New York (Guggenheim), Pittsburgh (Carnegie Institute) et São Paulo.

Expositions[modifier | modifier le code]

Expositions Individuelles[modifier | modifier le code]

  • Hommage à Louis Van Lint, Espace Art du 20e siècle, musée de Louvain-la-Neuve, 2009
  • Louis Van Lint : gouaches, aquarelles, dessins, Fondation pour l'Art belge contemporain, Bruxelles, 2003
  • Rétrospective Louis Van Lint, musée d'Ixelles - Museum van Elsene, Bruxelles, 2003
  • Exposition promotionnelle de la monographie de Van Lint par P. Robert-Jones, musées royaux des beaux-arts de Belgique, Bruxelles, 1983
  • Galerie Campo, Anvers, 1982
  • Galerie Armorial, Bruxelles, 1981, 1979, 1977
  • Faculty Club, Louvain, 1975
  • Traders House, Anvers, 1975
  • Hommage à Van Lint par le groupe Zist-Zest, palais des beaux-arts, Charleroi, 1974
  • Galerie Carrefour, Bruxelles, 1973
  • Galerie Pieter Coecke, Aalst, 1972
  • Galerie Imago, Tielt, 1972
  • Galerie Carrefour, Bruxelles, 1969, 1967
  • Brangwijnmuseum, Bruges, 1966
  • Mullem, Oostende, 1965
  • Galerie Le Zodiaque, Bruxelles, 1964
  • APIAW, Liège, 1963
  • Palais des Beaux-Arts, Bruxelles, 1962
  • Musée des Beaux-Arts, Verviers, 1962
  • Galerie Géo Michel, Bruxelles, 1961
  • Galerie Sistina, São Paulo (avec Paul Van Hoeydonck), 1961
  • Cercle artistique et littéraire de Gand, 1959
  • Palais des Beaux-Arts, Bruxelles, 1958
  • Palais des Beaux-Arts, Charleroi, 1958
  • Pavillon belge, XXVIIIe Biennale de Venise, 1956
  • Galerie Apollo, Bruxelles, 1954
  • Galerie de Verneuil, Paris (avec Anne Bonnet), 1954
  • Kunsthandel Martinet & Michiels, Amsterdam, 1951
  • Palais des Beaux-Arts, Bruxelles, 1950
  • Galerie de Verneuil, Paris, 1950
  • Galerie Apollo, Bruxelles, 1947
  • Palais des Beaux-Arts, Bruxelles, 1945
  • Galerie l'Atelier, Bruxelles, 1943
  • Galerie l'Atelier, Bruxelles, 1942
  • Palais des Beaux-Arts, Bruxelles, 1942

Expositions collectives[modifier | modifier le code]

  • Art Jeune, Salle Atrium, Bruxelles,1938.
  • La Route libre, Galerie de la Toison d'Or, Bruxelles, 1940.
  • Salon annuel Apport, Galerie Apollo, Bruxelles, 1941-42-43.
  • La Jeune Peinture Belge, Galerie Apollo, Bruxelles, 1944.
  • La Jeune Peinture Belge, Cercle Interalliés, Ostende, 1945.
  • La Jeune Peinture Belge, Galerie Plaats, La Haye , 1947.
  • La Jeune Peinture belge, Stockholm, 1947.
  • Biennale de Venise, 1948.
  • International Watercolor Exhibition, Fourteenth Biennial, Brooklyn Museum, New York, 1948.
  • Cobra, Amsterdam, 1949, Bruxelles, 1950, Rotterdam, Liège, 1951, Bruxelles, 1962, Charleroi, 1964, Rotterdam, 1966, Bruxelles, 1974, Sint-Niklaas, Namur, 1975, Schelderode, 1978, Salon de Mai, Paris, 1953, 1965.
  • 2ème exposition internationale d'art expérimental, Palais des beaux Arts, Liège, 1951.
  • La Jeune Peinture Belge, 10 ans après, Galerie Apollo, 1951.
  • Biennale de São Paulo, 1951-1953.
  • Carnegie Institute, Pittsburgh, 1952.
  • Peinture belge contemporaine, Bâle, Bergen, Tokyo, Séoul, 1952,

Afrique du sud, 1953, Milan, 1954, Luxembourg, Leyde, 1955, Poznan, 1957, Exposition Universelle de Bruxelles, 1958, Munich, 1959, Arlon, 1960, New York, Valdagno, 1960, Chicago, Tolède, Cincinnati, 1961, Castres, La Haye, Madrid, Washington, Vienne, Eindhoven, 1962, Bochum, Stuttgart, 1963, Rio de Janeiro, 1965, Madrid, 1966, Bucarest, Sofia, Budapest, 1967, Florence, 1971, Odense, Budapest, Pragues, 1973, Reims, 1974, Tunis, 1975, New York, 1980.

  • Guggenheim Museum, New York, 1954.
  • Bertrand, Bonnet, Van Lint, Bruxelles, 1955.
  • Hedendaagse Belgische en Nederlandse schilderkunst, La Haye, 1956.
  • Carnegie Institute, Pittsburgh, 1958.
  • L'art du XXe siècle, Palais des Beaux-Arts de Charleroi, 1958.
  • Documenta 2, Documenta, Cassel, 1959.
  • Contrast, Casino, Blankenberge, 1960.
  • Art Vivant, Mechelen, 1960.
  • Biennale de Tokyo, 1961.
  • Forum 62, Sint-Pietersabdij, Gent, 1962.
  • Cultureel Centrum de Beyerd, Breda, 1964.
  • Figuratie-Defiguratie, Museum voor Schone Kunsten, Gent, 1964.
  • Biennale de Tokyo, 1965.
  • Kontrasten 47/67, Koninklijk Museum voor Schone Kunsten, Antwerpen, 1968.
  • Abstraction II, International Art Gallery, Lasnes, 1978.
  • The sixties - Art in Belgium, SMAK Stedelijk Museum voor Actuele Kunst, Gent, 1979.
  • Presentation of the collection, SMAK Stedelijk Museum voor Actuele Kunst, Gent, 1982.
  • Autoportraits en Belgique depuis 1945, Namur, 1991.
  • La peinture abstraite en Belgique 1920-1970, Crédit communal, Bruxelles, 1996.
  • La pittura flaminga e olendese, Venise, 1997.
  • Tuinieren na de Oorlog. Deel 1. Witte zaal, Gent, 1999.
  • L'abstraction en Communauté française au XXe siècle, Centre le Botanique, Bruxelles, 2003.
  • De Cobra à l’abstraction. La Collection Thomas Neirynck, Centre Wallonie – Bruxelles, Paris, 2006.
  • Geschilderd, Benoot Gallery, Oostende, 2007.
  • Cobra Passages – La collection Neyrinck, BAM, Mons, 2008.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Monographies

  • Serge Goyens de Heusch, Louis Van Lint, Gent, 2002. ISBN 978-2930117225
  • Jo Delahaut, Notice Biographique (sur) Louis Van Lint, membre de l'Académie royale de Belgique, Académie royale, Bruxelles, 1989.
  • Philippe Roberts-Jones, Van Lint, ministère de la Communauté française, Bruxelles, 1983.
  • Karel Van Acker, Monografie Louis Van Lint,mémoire de licence à l'Universiteit Gent, 1981 (inédit).
  • Patrick Grooters, La Vie et l’œuvre de Louis Van Lint, mémoire de graduat à l'Institut supérieur d'histoire de l'art et d'archéologie de Bruxelles, 1979 (inédit).
  • Léon-Louis Sosset, Louis Van Lint, éditions Sikkel, Anvers, 1951.

Sélection d'ouvrages généraux

  • 25 ans de patrimoine, Fondation Roi-Baudouin, Bruxelles, 2012, 79 p. ISBN 978-2-87212-667-5
  • Pierre Assouline, Charles Ruas, Hergé: The Man Who Created Tintin, Oxford University Press, USA, 2009, 288 p. ISBN 978-0195397598
  • Michel Draguet, et Anne Adriaens-Pannier, COBRA, Bruxelles, 2008.
  • Denis Laoureux, Camille Brasseur, CoBrA passages, collection Thomas Neirynck, La Renaissance du Livre, Bruxelles, 2008 ISBN 978-287415-903-9
  • Nathalie Aubert, Pierre-Philippe Fraiture, Patrick McGuinness, From Art Nouveau to Surrealism: Belgian modernity in the making, Londres, 2007. (ISBN 978-1-904350-64-4)
  • Michael Farr, The Adventures of Herge, creator of Tintin, Last Gasp, San Francisco, 2007, 127 p. (ISBN 978-0719567995)
  • Serge Goyens de Heusch, Art belge au XXe siècle, Collection de la Fondation Serge Goyens de Heusch, Bruxelles, 2006.
  • Paul F. State, Historical dictionary of Brussels, Scarecrow Press, USA, 2004. ISBN 0-8108-5075-3
  • Peter Shield, Graham Birtwistle, Cobra: Copenhagen, Bruxelles, Amsterdam, Hayward Gallery, London, 2003, 107 p. ISBN 978-1853322310
  • Sara Pendergast, Tom Pendergast, Contemporary Artists: A-K, St. James Press, 2002.
  • Flor Bex, L'Art en Belgique depuis 1975, Fonds Mercator, 2001.
  • Michael Palmer, Ensor to Alechinsky, the Simon Collection of Belgian Art, United Kingdom, 1998.
  • Serge Goyens de Heusch, Michel Draguet et Philippe Robert-Jones, La Jeune Peinture belge 1945-1948, cat. exp. Crédit Communal, Bruxelles, 1992.
  • Liliane Thorn-Petit, Portraits d'artistes, Paris-Luxembourg, 1987.
  • Jean Clarence Lambert, Cobra, Abbeville Press, New York, 1984, 261 p. ISBN 978-0896594166
  • Serge Goyens de Heusch, L'Abstraction en Belgique : confrontation 1920-1945, Bruxelles, 1983.
  • Wim Van Mulders, L'Art en Belgique depuis 1945, Fonds Mercator, 1983.
  • René Huyghe, L'art et le monde moderne, t. 2 : de 1920 à nos jours, Paris, 1970.
  • Michel Seuphor, Abstract painting: 50 years of accomplishment, from Kandinsky to the present, Abrams, New York, 1967, 192 p.
  • S.A., Van Lint, Louis, in Dictionnaire Universel de l'Art et des Artistes, Paris, 1967.
  • Will Grohmann, Sam Hunter, New art around the world: painting and sculpture, H. N. Abrams, New York, 1966, 509 p.
  • Marcel Brion, Art since 1945, Washington Square Press, New York, 1962, 336 p.
  • Guggenheim international award, Solomon R. Guggenheim Foundation, 1958, 30 p.
  • Robert Grenaille, La peinture en Belgique, de Rubens aux surréalistes, Paris, 1958.
  • Gordon Bailey Washburn, The 1958 Pittsburgh International Exhibition of Contemporary Painting and Sculpture, Department of Fine Arts, Carnegie Institute Press, Pittsburgh, 1958
  • Michel Seuphor, Peintres abstraits, Paris, 1957.
  • Alex Salkin, Modern Paintings in Belgium, New York, 1950.

Catalogues et dictionnaires

  • Catalogue Cobra, Hôtel de Ville de Bruxelles, 1974.
  • Catalogue Zist-Zest - Autour de Louis Van Lint, Charleroi, 1974.
  • Catalogue Collectie van het Museum voor Hedendaagse Kunst, Gent, 1982.
  • Catalogue Musées Royaux des Beaux-Arts de Belgique. Le Musée d'Art moderne, Bruxelles, 1988.
  • Catalogue A selection of Belgian Works of Arts 1870-1970 (Galerie Patrick Derom), Bruxelles, 1993.
  • Catalogue Collection de la Province de Hainaut, 1913-1993, La Louvière, 1993.
  • Dictionnaire biographique. Arts plastiques en Belgique, t. 3, Arto, Antwerpen, 2000.
  • Dictionnaire de la peinture flamande et hollandaise, Larousse, Paris, 1989.
  • Dictionnaire biographique des artistes belges de 1830 à 1970, Bruxelles, 1978 et 1987.
  • Grand dictionnaire encyclopédique Larousse, Paris, 1982.
  • Dictionnaire Bénézit, tome 6, Paris, 1976.
  • Dictionnaire universel de l'art et des artistes, Paris, 1967.
  • Dictionnaire de la peinture abstraite, Paris, 1957.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Joseph Noiret in Cobra, s.1., 1972, pp. 33-34
  2. La Jeune Peinture belge 1945-1948, Crédit communal, Bruxelles, 1992, p. 26, (ISBN 2-87193-170-4)
  3. La peinture abstraite en Flandre, Michel Seuphor, éditions Arcade, Bruxelles, 1963, p. 210
  4. Louis Van Lint, Serge Goyens de Heusch, Marot-Tijdsbeeld, Gent, 2003 p. 119, (ISBN 2-930117-22-2)
  5. Hergé collectionneur d'art, Pierre Sterckx, La Renaissance du Livre, Bruxelles, 2006 (ISBN 2-87415-668-X)
  6. Van Lint, Philippe Robert-Jones, Ministère de la Communauté française, 1983 p. 133-134
  7. http://www.vanlintcollection.org

Liens externes[modifier | modifier le code]