Louis Philippe Joseph de Roffignac

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Louis Philippe Joseph de Roffignac, né le 13 septembre 1773 à Angoulême et mort le 29 août 1846 à Coulounieix-Chamiers (près de Périgueux), fut élève-officier à l'école de Brienne le Château, émigré en Espagne puis en Louisiane où il devint député et maire de La Nouvelle-Orléans.

Biographie[modifier | modifier le code]

Louis Philippe Joseph de Roffignac, né en France, était le fils de René-Annibal de Roffignac. Ce dernier,"mestre de camps dans le "Régiment de Chartres" sous Louis XVI, en 1783, fut envoyé avec ses troupes en Espagne et participa en 1792 au siège de Gibraltar où il s'illustra. Ayant décidé de s'installer définitivement en Espagne, il en prit la nationalité et fut nommé Général dans l'armée espagnole. Il est aussi connu pour avoir adressé au comité de la Révolution une lettre dans laquelle il offrit sa tête en échange de celle de Louis XVI, sans résultat évidemment!

Lorsque l'Espagne déclara en mai 1793 la guerre aux révolutionnaires français, René-Annibal de Roffignac prit part aux combats contre les Français sous l'autorité du généralissime Don Ventura Caro. En juillet 1793, il fut fait prisonnier par les révolutionnaires à proximité d'Irun. Il fut transféré à Paris pour y être jugé et guillotiné comme « émigré ». Sur intervention des autorités espagnoles et après deux ans de captivité dans les geôles des révolutionnaires, il fut acquitté et libéré en août 1795. Il retourna en Espagne et mourut le 27 septembre 1807 à Madrid, "Grand d'Espagne", Général des dragons et commandant en chef des troupes espagnoles situées sur la côte Cantarabique.

Louis Philippe Joseph de Roffignac fut envoyé, en 1786 à l'école militaire de Brienne-le-Château, d'où il sortit sous-lieutenant d'artillerie en 1790, comme un certain Buonaparte quelques années plus tôt... La Révolution ayant éclaté, Joseph rejoignit l'armée des Princes à Coblence et participa avec l’armée austro-prussienne du Duc de Brunswick à la tentative de reconquête qui se termina par la victoire des français à la Bataille de Valmy le 20 septembre 1792. Il émigra alors en Espagne pour y rejoindre son père. Il prit la nationalité espagnole et entra comme lieutenant des Dragons de la Reine et participe aux combats menés par l'Espagne contre la France.

En août 1796, sous la menace d'une expulsion d'Espagne exigée par l'ambassadeur de France Dominique Pérignon, il est de nouveau contraint de s'exiler et obtient des autorités espagnoles une mutation dans un régiment des dragons du Mexique basé à Vera Cruz. Il est rapidement promu capitaine pour sa valeur au combat et se rend successivement en Floride, puis en Louisiane, à La Nouvelle-Orléans, encore sous administration espagnole, en 1800. En 1803, lorsque la France reprend pour quelques mois possession de la Louisiane, Joseph de Roffignac retrouve de fait sa nationalité française d'origine, avec toutes les nouvelles incertitudes liées à son passé, mais le premier Consul Bonaparte revend rapidement la Louisiane aux Américains. Il bénéficie alors des dispositions prévues dans le traité de 1803, qui prévoyait l'incorporation automatique des habitants du territoire cédé dans l'Union des États-Unis.

Article détaillé : Vente de la Louisiane.

En 1812, date effective de la "naissance" du 18ème Etat de l'Union, Joseph de Roffignac démissionna de l'armée espagnole et fut élu député de la Louisiane. Il siégea à la Chambre des Représentants de cet Etat de 1812 à 1824. Il prit part à la Défense de La Nouvelle-Orléans lors de l'attaque anglaise de 1814-1815, au sein du "Comité de Défense", au nom duquel, il présenta le 2 janvier 1815 une motion pour la défense de la ville sous le nom de Joseph Rouffignac.

Il fut ensuite maire de La Nouvelle-Orléans de 1820 à 1828 sous son vrai nom de Joseph Roffignac[1]. Durant son mandat, il remit de l'ordre dans les finances de la ville, fit paver les rues principales, en organisa la propreté et fit planter de nombreux arbres sur les places et voies publiques. Il fit installer l'éclairage dans les principales artères, fit consolider et allonger les digues de protection, s'efforça de règlementer les jeux d'argent et réorganisa la police et les pompiers. En 1826, il accueillit le Marquis de La Fayette lors de sa visite du 10 avril 1825 et reçut en 1826 le général Andrew Jackson, héros national et futur Président des États-Unis, sur la place d'Armes, qui prit ensuite le nom de Place Jackson.

C'est aussi durant son mandat qu'il créa le Cocktail Roffignac, à base de Cognac, liqueur issue de la région qui l'a vu naître.

Louis Philippe Joseph de Roffignac démissionna de son mandat de maire en 1828 pour revenir s'installer en France, où il mourut, victime d'un accident, le 29 août 1846, à l'âge de 73 ans.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Le fabuleux destin de Louis Philippe Joseph de Roffignac (1773-1846)