Louis Norblin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Norblin.

Louis Norblin

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Louis Pierre Martin Norblin.
Lithographie de Julien Léopold Boilly.

Nom de naissance Louis Pierre Martin Norblin
Naissance 2 décembre 1781
Varsovie, Chorągiew królewska króla Zygmunta III Wazy.svg République des Deux Nations
Décès 9 mars 1870 (à 88 ans)
Connantre, Drapeau français Empire français
Activité principale violoncelliste, pédagogue
Lieux d'activité Paris
Collaborations Société des concerts du Conservatoire
Formation Conservatoire de Paris
Maîtres Charles Baudiot, Pierre-François Levasseur
Enseignement Conservatoire de Paris
Élèves Jacques Offenbach, Auguste-Joseph Franchomme, Charles Lebouc, François Hainl, Hippolyte Seligmann
Ascendants Jean Pierre Norblin de La Gourdaine
Descendants Alphonse Émile Norblin
Famille Sébastien Norblin (demi-frère)

Louis Pierre Martin Norblin, né à Varsovie (Pologne) le 2 décembre 1781 et mort à Connantre (Marne) le 14 juillet 1854, est un violoncelliste français, fils du peintre Jean Pierre Norblin de La Gourdaine et demi-frère de Sébastien Norblin.

Biographie[modifier | modifier le code]

Venu à Paris en 1798, il étudie le violoncelle au Conservatoire, où il a pour professeurs Charles Baudiot puis Pierre-François Levasseur. En 1803, il est premier prix de violoncelle.

En 1809, il entre dans l'orchestre du Théâtre italien de Paris, et deux ans plus tard, il est nommé soliste du Grand Opéra. Il le restera jusqu'en 1841. De 1826 à 1846, il est également professeur de violoncelle au Conservatoire et compte parmi ses élèves Jacques Offenbach, Auguste-Joseph Franchomme, Charles Lebouc, François Hainl, Hippolyte Seligmann.

En 1824, après d'intenses recherches en Allemagne, il retrouve un manuscrit de la partition des Suites pour violoncelle de Bach, dont il publie la première édition chez Janet et Cotelle à Paris.

En 1828, il est sociétaire fondateur, aux côtés de François-Antoine Habeneck, de la Société des concerts du Conservatoire pour laquelle il donne quelques concerts, en solo et en orchestre.

Dans les années 1820-1830, il joue régulièrement avec Pierre Baillot et il est membre de son quatuor :

Son fils Alphonse Émile Norblin (2 avril 1821-18 août 1880), également violoncelliste et compositeur, reçut lui aussi un premier prix de Conservatoire. Il se consacra néanmoins davantage à l'enseignement, bien que participant aussi aux concerts du Conservatoire.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Joël-Marie Fauquet (direction) (préf. Joël-Marie Fauquet), Dictionnaire de la Musique en France au XIXe siècle, Paris, Fayard,‎ 2003, 1405 p. (ISBN 2-213-59316-7), p. 873