Louis Napoléon Lannes

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Lannes et Montebello.
Page d'aide sur l'homonymie Pour les autres membres de la famille, voir Famille Lannes de Montebello.
Napoléon Lannes de Montebello
Image illustrative de l'article Louis Napoléon Lannes
Fonctions
Royal Standard of King Louis XIV.svg Royaume de France
Drapeau français Royaume de France
Membre de la Chambre des pairsnote
27 juillet 1827juillet 1848
Monarque Charles X de France
Louis-Philippe Ier
Ambassadeur de France à Copenhague
Drapeau du Danemark Royaume de Danemark
18331834
Prédécesseur Baron Mortier Page d'aide sur l'homonymie
Successeur Charles de Talleyrand-Périgord
Ministre plénipotentiaire à Berlin
drapeau du Royaume de Prusse en 1803 Royaume de Prusse
Ambassadeur de France en
Drapeau de la Suisse Suisse
1836
Prédécesseur Marie-Hippolyte de Rumigny
Ambassadeur de France à Naples
Flag of the Kingdom of the Two Sicilies (1816).svg Royaume des Deux-Siciles
18381839
Ministre des Affaires étrangères
1er avril 183912 mai 1839
Gouvernement Gouvernement de transition
Prédécesseur Louis-Mathieu Molé
Successeur Nicolas Jean-de-Dieu Soult
Ambassadeur de France à Naples
Flag of the Kingdom of the Two Sicilies (1816).svg Royaume des Deux-Siciles
18401847
Ministre de la Marine et des Colonies
9 mai 1847février 1848
Gouvernement Gouvernement Soult III,
Gouvernement Guizot
Prédécesseur Ange René Armand de Mackau
Successeur François Arago
Drapeau français République française
Député de la Marne à l'Assemblée législative
13 mai 18492 décembre 1851
Drapeau français Empire français
Ambassadeur de France à Saint-Pétersbourg
Romanov Flag.svg  Empire russe
18581864
Monarque Napoléon III
Prédécesseur Alphonse de Rayneval
Successeur Charles de Talleyrand-Périgord
Sénateur du Second Empire
5 octobre 18644 septembre 1870
Conseiller général du canton d'Ay
Biographie
Nom de naissance
Louis Napoléon Auguste Lannes
Date de naissance 30 juillet 1801
Lieu de naissance Paris
Drapeau français République française
Date de décès 18 juillet 1874 (à 72 ans)
Lieu de décès Château de Mareuil-sur-Ay (Marne)
Drapeau français France
Parti politique Légitimiste
Doctrinaire
Père Jean Lannes (1769-1809)
Mère Louise de Guéhéneuc (1782-1856)
Conjoint Eleonor Jenkinson (1810-1863)
Enfant(s) Jeanne (1832-1905)
Napoléon (1835-1876)
Charles (1836-1922)
Gustave (1838-1907)
Fernand (1843-1917)
Mathilde (1846-1925)
Adrien (1851-1935)
Liste des ministres français des Affaires étrangères
Liste des ministres français de la Marine et des Colonies
Liste des députés de la Marne
Liste des conseillers généraux de la Marne
Liste des sénateurs du Second Empire

Louis Napoléon Auguste Lannes, né à Paris le 30 juillet 1801[1] et mort au château de Mareuil-sur-Ay (Marne) le 18 juillet 1874, 2e duc de Montebello, est un diplomate et homme politique français du XIXe siècle.

Biographie[modifier | modifier le code]

Fils aîné de Jean Lannes, 1er duc de Montebello (mortellement blessé à la bataille d'Essling), et de sa seconde épouse, Louise de Guéhéneuc, Napoléon Lannes fut fait pair de France à la seconde Restauration « en considération des services rendus par son père », mais il ne prit séance au Palais du Luxembourg qu'après la Révolution de 1830.

Chambre des pairs et diplomatie[modifier | modifier le code]

Polytechnicien démissionnaire (X1821[2],[3]), il voyage beaucoup, notamment aux États-Unis, puis avait été attaché à l'ambassade de France à Rome auprès du vicomte de Chateaubriand.

Il parut d'abord, par ses votes, se rattacher au parti légitimiste, mais il ne tarda pas à se rallier pleinement à la monarchie de Juillet et vota dès lors avec les doctrinaires. Il siège régulièrement à la Chambre des pairs (1830-33), prit la parole dans un grand nombre de discussions concernant la liberté de la presse, l'hérédité de la pairie (1831), la contrainte par corps, le budget, l'avancement Page d'aide sur l'homonymie dans l'armée (1832).

Rentré dans la diplomatie, il fut envoyé en mission au Danemark près la cour de Copenhague (1833), puis nommé ministre plénipotentiaire à Berlin[réf. à confirmer][4].

À la Chambre des pairs, il appuya l'amendement Cousin à la loi abrogeant la journée de deuil en l'honneur de Louis XVI du 21 janvier. Partisan des lois de septembre 1835, il les soutint à la tribune et proposa à ses collègues de traduire devant eux le gérant du journal La Tribune.

En 1836, il fut nommé ambassadeur de France près la Confédération suisse en remplacement du marquis de Rumigny, jugé trop favorable aux démocrates helvétiques. Le duc de Montebello ayant des sympathies opposées, sa nomination était destinée à plaire à l'Autriche, dont la France cherchait alors à se rapprocher tant pour rompre son isolement en Europe que pour assurer l'établissement matrimonial du duc d'Orléans. Il obtint des autorités confédérales l'internement des réfugiés politiques pouvant troubler la sécurité des États voisins ainsi que l'expulsion du prince Louis-Napoléon Bonaparte, qui résidait en territoire helvétique, au château d'Arenenberg, mais la manière dont cette demande fut présentée faillit amener la guerre entre les deux pays.

Il fut ensuite chargé de représenter la France à Naples, auprès du roi des Deux-Siciles, Ferdinand II (1838).

Il fut appelé, le 1er avril 1839, à remplacer Louis-Mathieu Molé comme ministre des Affaires étrangères dans le ministère provisoire qui fut dissous le 12 mai suivant. Il remit alors son portefeuille au maréchal Soult et rentra dans la Chambre des pairs où il parla sur la propriété littéraire, sur la Légion d'honneur, sur l'emprunt grec, sur le travail des enfants dans les manufactures.

Il repartit pour Naples comme ambassadeur en 1840, où il négocia le mariage du duc d'Aumale avec Marie Caroline de Bourbon, princesse de Salerne (1844).

Le 9 mai 1847, le duc de Montebello remplaça l'amiral-baron de Mackau comme ministre de la Marine et des Colonies dans le gouvernement Guizot. Il présenta, en cette qualité, un rapport au roi dans lequel il se prononçait contre l'émancipation des esclaves, et quelques projets de loi relatifs à la juridiction des cours d'assises aux colonies, aux corps de l'administration du contrôle et de la comptabilité de la marine et participa aux débats sur le budget, sur les défrichements, sur l'enseignement et l'exercice de la médecine et de la pharmacie, etc.

Deuxième République et Second Empire[modifier | modifier le code]

Il quitta le pouvoir après la Révolution de 1848. Ses opinions conservatrices et monarchistes le firent élire, le 13 mai 1849, le 7e sur 8[5], dans la coalition des « anciens partis », député de la Marne, département dans lequel il possédait des vignobles considérables, à l'Assemblée législative. Il fit partie de la commission dite « de prorogation »[6] et se borna à voter constamment avec la majorité : pour l'expédition de Rome, pour la loi Falloux-Parieu sur l'enseignement libre, pour la restriction du suffrage universel, etc. Il siège au sein de la Commission sur l'assistance et la prévoyance publiques présidée par Thiers.

Il n'adhéra pas d'emblée au coup d'État du 2 décembre 1851, éleva même des protestations et se tint quelque temps à l'écart. C'est vers cette époque qu'il participa[7], à la fondation[8] de la Compagnie générale des eaux (devenue Vivendi en 1998). Il avait été aussi actionnaire du Globe (1828-1830).

S'étant ravisé, il fut nommé, le 15 février 1858, ambassadeur en Russie en remplacement du comte de Rayneval[9]. Dans ce poste, où il resta jusqu'en 1864, il eut à négocier, entre autres, la convention du 6 avril 1861 pour la garantie réciproque des œuvres d’art et d’esprit.

Un décret du 5 octobre 1864 le nomma sénateur du Second Empire. Il fut admis à la retraite comme ambassadeur le 6 janvier 1866.

Il a longtemps représenté le canton d'Ay au conseil général de la Marne, dont il fut l’un des vice-présidents.

D'Eleanor Jenkinson, sa femme, épousée en 1830, il aura 2 filles et 6 fils.

Titres[modifier | modifier le code]

Décorations[modifier | modifier le code]

Armoiries[modifier | modifier le code]

Figure Blasonnement
Orn ext Duc et pair de France (Restauration) GCLH.svg
Blason Louis Napoléon Lannes (1801-1874).svg
Armes du duc de Montebello, pair de France

De sinople à l'épée haute en pal d'or.[14],[13],[12]

Ascendance et postérité[modifier | modifier le code]

Eleonor Jenkinson (1810-1863), Claude Marie Dubufe.

Le duc de Montebello épousa, le 10 juillet 1830 à Londres, Eleonor (7 février 1810 - Londres † 14 octobre 1863 - Saint-Pétersbourg (Russie), fille de Sir Charles Jenkinson (en) (1779-1855), 10e baronet Jenkinson de Walcot et Hawkesbury (en), député de Douvres au parlement britannique (1806–1818).

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.


Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Il aurait eu pour parrain Jean VI (1767-1826 ), roi de Portugal.
    Source 
    « Napoléon Lannes de Montebello », sur roglo.eu (consulté le 23 mai 2011).
  2. André F. Borel d'Hauterive et Albert Révérend, Annuaire de la noblesse de France et des maisons souveraines de l'Europe, vol. 7, Champion (lire en ligne)
  3. « Louis Napoléon LANNES DE MONTEBELLO », sur gw1.geneanet.org (consulté le 23 mai 2011)
  4. « Louis Napoléon Lannes », dans Robert et Cougny, Dictionnaire des parlementaires français,‎ 1889 [détail de l’édition]
  5. Avec 43 438 voix sur 78 836 votants et 105 296 inscrits
  6. Composée de dix-sept membres, cette commission était chargée de préparer le projet de loi du 31 mai 1850. Elle comprenant les chefs de la majorité, que l'on surnommait « les Burgraves » : Thiers, Molé, Montalembert et Berryer. Les treize autres membres de cette commission sont : Benoist d'Azy, Beugnot, Victor de Broglie, Louis Buffet, Prudent de Chasseloup-Laubat, Napoléon Daru, Léon Faucher, Jules de Lasteyrie, Louis Napoléon Lannes de Montebello, Théobald Piscatory, Aurélien de Sèze, Saint-Priest et Antoine Lefebvre de Vatimesnil
    Source 
    Moniteur du 2 mai 1850).
    Léon Faucher est le rapporteur du projet, présenté dès le 8 mai à l'Assemblée, qui en vote l'urgence par 453 voix contre 197.
  7. Fondateurs :
  8. Assemblée générale constitutive des 23 et 27 juillet 1853.
  9. « Rayneval (Alphonse Gérard, comte de) », dans Louis-Gabriel Michaud, Biographie universelle ancienne et moderne : histoire par ordre alphabétique de la vie publique et privée de tous les hommes avec la collaboration de plus de 300 savants et littérateurs français ou étrangers, 2e édition,‎ 1843-1865 [détail de l’édition] (lire en ligne)
  10. a et b « BB/29/1052 pages 2B-3. », Napoléon Lannes, successeur à la possession des biens affectés à la dotation du majorat attaché au titre de duc de Montebello accordé à son père, le maréchal Jean Lannes., sur chan.archivesnationales.culture.gouv.fr, Centre historique des Archives nationales (France) (consulté le 4 juin 2011)
  11. Vicomte Albert Révérend (1844-1911), Armorial du Premier Empire : titres, majorats et armoiries concédés par Napoléon Ier, vol. 3, Paris, (4 vol. in 2) Au bureau de L'Annuaire de la noblesse,‎ 1894 (lire en ligne)
  12. a et b Jean Baptiste Pierre Jullien de Courcelles, Histoire généalogique et héraldique des pairs de France, vol. 7, L'auteur,‎ 1826, des grands dignitaires de la couronne, des principales familles nobles du royaume et des maisons princières de l'Europe, précédée de la généalogie de la maison de France éd. (lire en ligne)
  13. a et b (en) François Velde, « Armory of the French Hereditary Peerage (1814-30) », Lay Peers, sur www.heraldica.org,‎ 27 septembre 2005 (consulté le 25 mai 2011)
  14. Jean-Baptiste Rietstap, Armorial général, t. (tome 1 et 2), Gouda, G.B. van Goor zonen,‎ 1884-1887
  15. État-major du corps d'occupation en Italie (1863).
    Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

    Napoléon Camille Charles Jean Lannes (30 octobre 1835 - Pau30 novembre 1876 30 novembre 1876 - Pau), 3e duc de Montebello (1874), officier de marine, lieutenant de vaisseau (vers 1860), chevalier de la Légion d'honneur(« Notice no LH/1472/45 », base Léonore, ministère français de la Culture).

    Neveu du comte de Montebello, général de division commandant le Corps d'Armée de Rome, ce dernier l'a pris comme officier attaché à son état major.

    Avec une ascendance aussi prestigieuse, il n'est pas étonnant qu'il quitte le service actif. En effet, il démissionnera de la marine en décembre 1866.

    À la mort de son père, il héritera du titre de duc de Montebello, mais pour peu de temps puisqu'il décède le 30 novembre 1876 (à 41 ans), laissant à son fils posthume l'héritage du titre.

    Ci-contre, l'état major du Corps d'armée : le lieutenant de vaisseau de Montebello est le 4e en partant de la droite (visage à moitié caché).

    Source 
    « Le corps d'occupation en Italie (1863) », Napoléon Camille Charles Jean Lannes de Montebello, sur www.military-photos.com (consulté le 11 juin 2011)
  16. « Notice no LH/1472/45 », base Léonore, ministère français de la Culture
  17. a, b et c « The title of prince of Sievers, used since the 5th duke, is derived from an estate in the land endowment of Jean Lannes »
    Source 
    (en) François Velde, « Armory of the French Hereditary Peerage (1814-30) », Lay Peers, sur www.heraldica.org,‎ 27 septembre 2005 (consulté le 25 mai 2011)
  18. « Notice no LH/1472/37 », base Léonore, ministère français de la Culture
  19. « Notice no LH/1472/43 », base Léonore, ministère français de la Culture
  20. « Notice no 19800035/1366/57969 », base Léonore, ministère français de la Culture
  21. Témoins : Gustave Lannes 1804-1875, baron de Montebello, Charles Lannes (1836-1922), duc de Montebello, Alfred de Mieulle (1805-1900), Maurice de Mieulle (1842-1915).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Chronologies[modifier | modifier le code]