Louis Michel Pac

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Officier général francais 3 etoiles.svg Louis Michel Pac
Portrait de Ludwik Michał Pac, par François Gérard.
Portrait de Ludwik Michał Pac, par François Gérard.

Naissance 19 mai 1778
Strasbourg (Drapeau du Royaume de France Royaume de France)
Décès 6 août 1835 (à 57 ans)
Smyrne (Empire Ottoman Empire ottoman)
Origine Drapeau de la France France
Allégeance Drapeau de l'Empire français Empire français
Arme cavalerie
Grade Général de division
Années de service 18081831
Conflits Guerres napoléoniennes
Insurrection de novembre 1830
Commandement 1er régiment de chevau-légers lanciers polonais de la Garde impériale
Faits d'armes Bataille de Medina de Rioseco
Bataille de Wagram
Combat de Berry-au-Bac
Distinctions Commandeur de la Légion d'honneur
Commandeur de l'ordre de Virtuti Militari
Ordre de Saint-Stanislas
Croix militaire (Bavière)
Autres fonctions Sénateur

Louis Michel Pac, (Liudvikas Mykolas Pacas en lituanien, Ludwik Michał Pac en polonais), comte de Gozdawa, polono-lituanien, né le 19 mai 1778 à Strasbourg (Bas-Rhin, France) et mort le 6 août 1835 à Smyrne (Empire ottoman), est un général français de l’Empire.

Biographie[modifier | modifier le code]

Au service de la France[modifier | modifier le code]

Élevé en Pologne, le comte Louis Michel Pac entra au service du grand-duché de Varsovie et fit la campagne d’Espagne en 1808 dans les armées françaises, où il fut blessé, décoré et promu au grade de chef d’escadron. En 1809, durant la campagne d’Autriche, il se fit remarquer aux bataille d’Essling et de Wagram. En 1810, il repassa au service de la Pologne en qualité de colonel. En 1812, Napoléon étant à Vilnius l’attacha à sa maison militaire et le nomma général de brigade le 18 juillet 1812. Il participa ainsi à la campagne de Russie de la Grande Armée. Il est promu général de division le 1er janvier 1814, au début de la campagne de France, où il commande les lanciers polonais de la Garde impériale, notamment à Berry-au-Bac où il disperse à la tête de ses cavaliers un parti de cosaques[1], et à Craonne. Il est blessé à la bataille d'Arcis-sur-Aube[1].

Retour en Pologne[modifier | modifier le code]

Il retourna en Pologne lors de la restauration du royaume et se mit au service de l’empereur Alexandre Ier. Et c’est en 1816 qu’intervint entre lui et le prince Adam Jerzy Czartoryski, ministre des affaires étrangères du tsar et curateur de l’université de Vilnius, un duel qui fit beaucoup de bruit. Il eut pour cause la princesse Sapiega qui épousa finalement le prince, blessé à cette rencontre. Le comte Pac fut élu sénateur en 1825 et promu à la dignité de palatin par la diète de Varsovie. Il participa activement à l'Insurrection de novembre 1830[2], au cours de laquelle il est blessé[3]. Après cet échec il se réfugia en France.

Il mourut à Smyrne en 1835, lors d’un voyage en Grèce.

Distinctions[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Tranié et Carmigniani 1982, p. 144
  2. Louis Michel Pac
  3. Ludwik Michał Pac (1778-1835)
  4. base LEONORE

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

  • Jean Tranié et Juan-Carlos Carmigniani, Les Polonais de Napoléon, Copernic,‎ 1982, 179 p..Document utilisé pour la rédaction de l’article