Louis Michel Antoine Sahuc

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Louis Michel Antoine Sahuc
Image illustrative de l'article Louis Michel Antoine Sahuc

Naissance
Mello (Oise)
Décès (à 58 ans)
Francfort-sur-le-Main (Drapeau de l'Allemagne Allemagne)
Origine Drapeau de la France France
Arme Cavalerie
Grade Général de division
Années de service 17721813
Distinctions Baron de l'Empire
Commandeur de la Légion d'honneur
Chevalier de Saint-Louis
Hommages Nom gravé sous l'arc de triomphe de l'Étoile, 7e colonne.
Autres fonctions Député de l'Oise

Louis-Michel-Antoine Sahuc né le à Mello (Oise) et mort le à Francfort-sur-le-Main, est un général de division du Premier Empire et homme politique français.

C'est en 1772 qu'il rejoint l'armée royale où il reste vingt ans durant, avant de participer aux guerres de la Révolution française. Il s'élève rapidement dans la hiérarchie militaire, passe à la tête d'un régiment de cavalerie puis devient général de brigade. Au cours des guerres napoléoniennes, Sahuc obtient un commandement dans la cavalerie française lors de trois des campagnes militaires de Napoléon Ier.

Au début de la Révolution, Sahuc est commandant du 1er régiment de chasseurs à cheval, et peu après, de toute une brigade. Sous le Premier Empire, il mène une brigade de cavalerie en 1805, une division de dragons de 1806 à 1807, et enfin une division de cavalerie légère en Italie et à la bataille de Wagram. Quelques années plus tard, il se lance en politique, mais est bientôt rappelé à l'armée et succombe au typhus en Allemagne, en 1813. Son nom est inscrit sous l'arc de triomphe de l'Étoile.

Biographie[modifier | modifier le code]

Dans les armées royale et révolutionnaire[modifier | modifier le code]

Engagé dans l'armée le 2 août 1772, au régiment Royal-Lorraine cavalerie, et il devient lieutenant le 30 août 1789. En 1792, il est aide de camp du général Jarry à l'armée du Nord, puis dans l'armée de Sambre-et-Meuse, et participe aux campagnes de la République. Il est fait chevalier de Saint-Louis le 22 juillet 1792.

Nommé chef de brigade du 1er régiment de chasseurs à cheval, le 10 juillet 1794, puis le 21 avril 1799, général de brigade il se bat à Engen le 3 mai 1800, et à Hohenlinden le 3 décembre 1800.

Il accède au Tribunat en 1801, où il défend des positions bonapartistes enthousiastes. Il vote notamment pour l’établissement de l’Empire. Il sera ensuite questeur du Tribunat.

Chevalier de la Légion d'honneur en 1803, puis commandeur l'année suivante, il reprend du service actif en 1805 dans le corps d'armée du maréchal Augereau, et participe à la Ulm du 15 au 20 octobre 1805, et à la bataille d’Austerlitz le 2 décembre 1805. Nommé, le 4 janvier 1806, général de division, baron de l'Empire le 24 juin 1808, il participe aux campagnes de Prusse et de Pologne puis la campagne de 1809, avant d'être blessé à la veille de la bataille de Wagram.

À la dissolution du Tribunat, il devient député de l'Oise au Corps Législatif, de 1809 à 1812. Il finit sa carrière comme inspecteur général des dépôts et hôpitaux entre Rhin et Oder. Il s'installe avec son épouse, Anne Françoise Lombard, fille du chirurgien militaire Claude Antoine Lombard, à Montmagny (Val d'Oise).

Il meurt du typhus, contracté lors d'une inspection, le à Francfort-sur-le-Main. Son nom est inscrit sur la 7e colonne de l'Arc de Triomphe de l'Étoile, pilier Nord (Av. de la Grande Armée/Av. de Wagram)

Bibliographie[modifier | modifier le code]