Louis Mékarski

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Tramway, système Mékarski, expérimenté par les Tramways Nord (de Paris), en 1875

Louis Mékarski (né en 1843 à Clermont-Ferrand dans le Puy-de-Dôme- mort en 1923) est un ingénieur français[1], et inventeur du tramway à air comprimé qui porte son nom.

Biographie[modifier | modifier le code]

D'origine polonaise par son père, le comte Jean Nepomucène Mekarski, un cousin du roi Stanislas II de Pologne, réfugié en France en 1831 suite à la répression de la révolution polonaise, et d'origine française par sa mère, Jeanne-Blanche Cornelly de la Perrière[2], il est le frère de la journaliste socialiste, féministe et communarde Paule Minck.

Procédé Mékarski[modifier | modifier le code]

Le procédé Mékarski est mentionné dans l'article « Moteur à air comprimé » du Dictionnaire encyclopédique et biographique de l'industrie et des arts industriels[3], publié en 1886 :

Le faible rendement que l'on tirait des machines à air tenait à l'impossibilité de faire de la détente. Il y avait donc lieu, pour rendre les moteurs à air comprimé réellement pratiques, de trouver le moyen de faire travailler sans inconvénient à grande détente. C'est ce perfectionnement qui a été résolu de 1872 à 1875 par un ingénieur français, M. Louis Mekarski, dont le procédé « est le seul artifice qui permette d'employer rationnellement de l'air emmagasiné dans des réservoirs à des pressions très fortes. Ce procédé consiste à faire agir sur les pistons, comme fluide moteur, non pas simplement de l'air comprimé sec et froid, mais un mélange d'air comprimé et de vapeur d'eau, dont le calorique latent se trouve, pendant la détente, partiellement utilisé pour limiter l'abaissement de température. »

Automotrices Mékarski à air comprimé[modifier | modifier le code]

Tramway Mékarski de la CGO, type 1900, à la gare de l'Est (Paris).
Ces 148 automotrices de 14 T, longues de 8,32 m. et larges de 2 m, avaient 52 places (20 dans le compartiment, 4 sur la plate-forme et 28 sur l’impériale).
L'air y était stocké sous la pression maximale de 80 atmosphères dans 8 réservoirs en acier embouti de 16 mm[4].

La Société des Moteurs à Air Comprimé que Louis Mékarski a créée à Paris obtient la concession de la première ligne de tramways à traction à air comprimé à Nantes, en 1876 ; il est nommé directeur technique de la compagnie des tramways de Nantes[1]. Les premières expérimentations de la machine à air comprimé ont lieu en 1876[5] et la ligne est inaugurée le 12 février 1879. Louis Mékarski présente ce nouveau mode de locomotion à Paris lors de l'exposition universelle de 1878, devant le maréchal de Mac-Mahon, président de la République.

Des automotrices ou des locomotives selon le procédé Mékarski sont mises en exploitation sur les lignes suivantes :

Débat entre Mékarski et Francq pour la traction du métropolitain de Paris[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Léon Francq.

Le système de traction Mékarski à l'air comprimé est variant du procédé de machine à vapeur sans foyer, dite locomotive Francq à eau surchauffée, mis en œuvre par Léon Francq et la société Cail en 1875.

Le choix du mode de traction pour le métropolitain de Paris fut précédé de nombreux débats au sein de la Société des ingénieurs civils sur les mérites comparés des procédés de traction Mékarski[10] et Francq[11].. Finalement, aucun des deux procédés ne fut sélectionné, laissant la voie libre à la nouvelle technologie de traction électrique.

Galerie de photos[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Kahn et Rumin, le tramway nantais, art. cit. en bibliographie page 19
  2. François Bodinaux, Dominique Plasman, Michèle Ribourdouille, On les disait pétroleuses, courte notice biographique
  3. Eugène-Oscar Lami, Dictionnaire encyclopédique et biographique de l'industrie et des arts industriels, t. VI, Paris, Librairie des dictionnaires,‎ 1886 (lire en ligne), « Moteur à air comprimé », p. 573-576
  4. Jean Robert, Les tramways parisiens, Jean Robert (réimpr. 3e édition 1992) (1re éd. 1958), 573 p., p. 228-230
  5. L'Année scientifique et industrielle, Louis Figuier, Émile Gautier, publié par L. Hachette et cie., 1877
  6. (en) (en) John Prentice, Paris « Compressed Air Trams », sur http://www.tramwayinfo.com,‎ 2007 (consulté le 9 janvier 2010)
  7. AMTUIR – Mékarski, tramways de Saint-Maur
  8. Thierry Praud, Jean-Michel Rigal et Patrick Guérin, « Le tramway à La Rochelle », Aunis Eco,‎ octobre 2007 (lire en ligne)
  9. « Histoire des véhicules à air comprimé », sur http://www.voitureaair.com,‎ 2008 (consulté le 12 janvier 2011)
  10. Société des ingénieurs civils. Discussion sur les chemins de fer métropolitains. Observations de M. Mékarski sur la traction par l'air comprimé et par l'eau surchauffée, par Louis Mékarski, 1876
  11. Claude Berton, Alexandre Ossadrow et Christiane Filloles-Allex, Fulgence Bienvenüe et la construction du métropolitain de Paris, Presses des Ponts et Chaussées,‎ 2007 (ISBN 978-2-85978-422-5, lire en ligne), p. 45

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

  • A. Sampité, Les chemins de fer à faible trafic en France : Lignes secondaires des grands réseaux, chemins de fer d'intérêt local et tramways à vapeur - établissement et exploitation, Baudry et cie,‎ 1888 (réimpr. 2010 par BiblioLife), 467 p. (ISBN 9781145904347, lire en ligne), « Tramways à traction de locomotives sans foyer », p. 363-375
  • Claude Kahn et Marcel Rumin, « Le tramway nantais », Les Annales de Nantes et du Pays Nantais, no 294,‎ 4e trimestre 2004, p. 17-20 (ISSN 0991-7179, lire en ligne)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]