Louis Le Chatelier

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Le Chatelier.

Louis Le Chatelier

alt=Description de l'image Louis Le Chatelier.jpg.
Naissance 20 février 1815
Paris
Décès 10 novembre 1873 (à 58 ans)
Paris
Nationalité française
Profession
ingénieur des mines
Formation

Compléments

  • Pionnier français des chemins de fer

Louis Le Chatelier, né à Paris le 20 février 1815 et mort à Paris le 10 novembre 1873, est un ingénieur français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il est le fils de Louis Pierre Le Chatelier et d'Anne Madelaine Julie Graffin.

Il fait ses études à l'École polytechnique, de 1834 à 1836, et devient ingénieur des mines, puis inspecteur général des mines. Il invente des méthodes de détection du grisou et une lampe qui porte son nom. Il invente aussi le frein à contre-vapeur sur les locomotives. Il participe à la querelle qui opposa au début du XIXe siècle les « équivalentistes », dont il fait partie, aux partisans de la réalité des atomes.

Louis Le Chatelier a joué un grand rôle dans l'industrie française. Il a notamment contribué à la mise au point d'un procédé d'extraction de l'alumine de la bauxite, à l'introduction des procédés Martin-Siemens dans la sidérurgie, et à l'essor des transports ferroviaires. Ami et collaborateur d'Eugène Flachat, il est l'un des créateurs des Chemins de fer de France. Il a travaillé aussi à l'assainissement des villes et à l'épuration des eaux d'égout.

Il devient ingénieur-conseil du Crédit mobilier des frères Pereire en 1855.?

Ses fils sont le chimiste Henry Le Chatelier, l'explorateur Alfred Le Chatelier, l'ingénieur et industriel Louis Le Chatelier (1853-1928).

Hommages[modifier | modifier le code]

Principales publications[modifier | modifier le code]

  • Mémoire sur les eaux corrosives employées dans les chaudières à vapeur (1842)
  • Chemins de fer d'Allemagne, description statistique, système d'exécution, tracé, voie de fer (1845)
  • Recherches expérimentales sur les machines locomotives, avec Ernest Goüin (1845)
  • Études sur la stabilité des machines locomotives en mouvement (1849)
  • Guide du mécanicien constructeur et conducteur de machines locomotives, avec Eugène Flachat, Jules Pétiet et Camille Polonceau (2 volumes, 1851)
  • Chemins de fer d'Angleterre en 1851. Matériel fixe, matériel roulant, exploitation et administration, législation et statistique (1852)
  • Chemins de fer. Mémoire sur la marche à contre-vapeur des machines locomotives, notice historique (1869)
  • Chemins de fer. Supplément au mémoire sur la marche à contre-vapeur des machines locomotives (1869)
  • Assainissement, note sur l'épuration des eaux d'égout (1872)

Références[modifier | modifier le code]

Nécrologie dans La Nature, 1874, par P.Henry