Louis Le Chatelier

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Le Chatelier.

Louis Le Chatelier

Description de l'image  Louis Le Chatelier.jpg.
Naissance 20 février 1815
Paris
Décès 10 novembre 1873 (à 58 ans)
Paris
Nationalité française
Profession ingénieur des mines
Formation

Compléments

  • Pionnier français des chemins de fer

Louis Le Chatelier, né à Paris le 20 février 1815 et mort à Paris le 10 novembre 1873, est un ingénieur français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il est le fils de Louis Pierre Le Chatelier et d'Anne Madelaine Julie Graffin.

Il fait ses études à l'École polytechnique, de 1834 à 1836, et devient ingénieur des mines, puis inspecteur général des mines. Il invente des méthodes de détection du grisou et une lampe qui porte son nom. Il invente aussi le frein à contre-vapeur sur les locomotives. Il participe à la querelle qui opposa au début du XIXe siècle les « équivalentistes », dont il fait partie, aux partisans de la réalité des atomes.

Louis Le Chatelier a joué un grand rôle dans l'industrie française. Il a notamment contribué à la mise au point d'un procédé d'extraction de l'alumine de la bauxite, à l'introduction des procédés Martin-Siemens dans la sidérurgie, et à l'essor des transports ferroviaires. Ami et collaborateur d'Eugène Flachat, il est l'un des créateurs des Chemins de fer de France. Il a travaillé aussi à l'assainissement des villes et à l'épuration des eaux d'égout.

Il devient ingénieur-conseil du Crédit mobilier des frères Pereire en 1855.?

Ses fils sont le chimiste Henry Le Chatelier, l'explorateur Alfred Le Chatelier, l'ingénieur et industriel Louis Le Chatelier (1853-1928).

Hommages[modifier | modifier le code]

Principales publications[modifier | modifier le code]

  • Mémoire sur les eaux corrosives employées dans les chaudières à vapeur (1842)
  • Chemins de fer d'Allemagne, description statistique, système d'exécution, tracé, voie de fer (1845)
  • Recherches expérimentales sur les machines locomotives, avec Ernest Goüin (1845)
  • Études sur la stabilité des machines locomotives en mouvement (1849)
  • Guide du mécanicien constructeur et conducteur de machines locomotives, avec Eugène Flachat, Jules Pétiet et Camille Polonceau (2 volumes, 1851)
  • Chemins de fer d'Angleterre en 1851. Matériel fixe, matériel roulant, exploitation et administration, législation et statistique (1852)
  • Chemins de fer. Mémoire sur la marche à contre-vapeur des machines locomotives, notice historique (1869)
  • Chemins de fer. Supplément au mémoire sur la marche à contre-vapeur des machines locomotives (1869)
  • Assainissement, note sur l'épuration des eaux d'égout (1872)

Références[modifier | modifier le code]

Nécrologie dans La Nature, 1874, par P.Henry