Louis II de Chalon-Arlay

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Blason de la maison des Chalon d'Orange

Louis II de Chalon-Arlay (1390-1463) seigneur d'Arlay et Arguel et Prince d'Orange (Maison de Chalon-Arlay).

Biographie[modifier | modifier le code]

Louis naît en 1390, fils du seigneur et Prince d'Orange Jean III de Chalon-Arlay et de la princesse Marie des Baux (héritière de la Principauté d'Orange, fille du Prince d'Orange Raimond V des Baux et de Jeanne de Genève)

Du vivant de son père, il porte le titre de seigneur d'Arguel. Très jeune, il est chargé par Isabeau de Bavière de reprendre en Languedoc en en Guyenne les places occupées par le parti armagnac. Sa petite armée remporte des succès rapides, mais il est supplanté par le comte de Foix. Louis sert alors les intérêts des ducs de Bourgogne, loyalement, mais assez froidement semble-t-il ; il entre même en conflit contre Philippe le Bon à propos du vicariat d'empire en Bourgogne que lui avait conféré Sigismond de Luxembourg. Le Dauphin lui confisque ses fiefs en Dauphiné, mais il les reprend de force en 1428, allié au Duc de Savoie, avant de les perdre le 11 juin 1430 à la suite de la désastreuse défaite d'Anthon que lui inflige Raoul de Gaucourt, gouverneur du Dauphiné. Charles VII lui restitue ses fiefs en 1432 sur promesse de fidélité. Au lendemain du traité d'Arras, il renonce à la vie politique pour se consacrer à l'administration de ses vastes domaines.

Il épouse en 1412 Jeanne de Montbéliard, Dame de Montfaucon et de Montbéliard (fille d'Henri de Montbéliard, Comte de Montbéliard, Seigneur d'Orbe etc...) dont il a

Puis il épouse en 1446 Eléonore d'Armagnac (1423-1456) (fille de Jean IV, comte d'Armagnac et de Blanche de Bretagne, fille du duc de Bretagne) dont il a

Il meurt dans son château de Nozeroy le 3 décembre 1463. Son fils lui succède au titre de Prince d'Orange.

Titres[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Frédéric Barbey, Louis de Chalon, Prince d'Orange, Lausanne, Librairie Payot, 1926, Mémoires et documents publiés par la Société d'histoire de la Suisse romande, 2e série, t. XIII


Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Joseph Vaesen et Étienne Charavay, Lettres de Louis XI, tome VIII p.43 note n°2, Librairie Renouard, Paris 1903