Louis II d'Italie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Louis II et Louis le Jeune.
Louis II d'Italie
Titre
Roi d'Italie
Avec Lothaire Ier
15 juin 84412 août 875
Prédécesseur Lothaire Ier
Successeur Charles II le Chauve
Empereur d'Occident
Avec Lothaire Ier
85012 août 875
Prédécesseur Lothaire Ier
Successeur Charles II le Chauve
Biographie
Date de naissance 825
Date de décès 12 août 875
Lieu de décès près de Brescia
Père Lothaire Ier
Mère Ermengarde de Tours
Conjoint Engelberge
Enfant(s) Voir section

Louis II dit « le Jeune »[1] (82512 août 875), fils aîné de Lothaire Ier (795-† 855) et d'Ermengarde de Tours (804-† 851).

Biographie[modifier | modifier le code]

Détail de la gaine de l'épée impériale représentant Louis « le Jeune »

Louis II est associé à son père Lothaire Ier comme roi d'Italie en 844, puis comme empereur d'Occident en 850[2]. Il s'occupe activement de son royaume d'Italie qu'il ne quitte après 850 que trois fois seulement pour de brèves périodes jusqu'à sa mort[3].

Roi d'Italie[modifier | modifier le code]

Contrôle du nord de l'Italie[modifier | modifier le code]

Dans l'Italie du nord et centrale le roi Louis II bénéficie de l'implantation de grandes famille d'origine franque comme ses parents les Unrochides, maitres du Frioul, les Supponides dont est peut-être issue son épouse Engelberge, le duc de Toscane Adalbert Ier et de celui de Spolète issu des Widonides qui se considèrent tous comme des vassaux de l'Empire carolingien[4]

Intervention dans le sud[modifier | modifier le code]

Le sud de l'Italie est aux mains de princes Lombards avec des territoires contrôlés par l'empire byzantin comme la Calabre et le duché d'Otrante dépendance du Thème de Sicile et quelques villes côtières vassales comme Naples.C'est au cours des luttes entre Sicard de Bénévent et André II de Naples (835-840) que les Lombards font appel pour la première fois à des mercenaires musulmans en Italie du sud. Lors de la guerre civile qui déchirent à partir de 839 la principauté de Bénévent entre l'usurpateur Radelchis et Siconolf de Salerne le frère du prince Sicard assassiné les deux partis font appel aux Sarrazins. Les byzantins réduits à l'impuissance se défendent péniblement contre les envahisseurs en Sicile.

En 840 André II de Naples vassal de Byzance fait appel à Lothaire pour se défendre contre Sicard. En 844 Siconolf en lutte contre Radelchis se tourne vers Guy Ier de Spolète qui lui conseille de faire appel à Louis II auprès de qui il s'engage à payer tribut. C'est pourtant le sac de Rome en 846 qui décide l'empereur à intervenir. En octobre 846 Lothaire et Louis II déclarent qu'il est urgent de chasser les musulmans de Bénévent. Fin janvier 847 l'armée rassemblée à Pavie se dirige vers le sud et entreprend la campagne de 847-850 au cours de laquelle Louis II met fin à la guerre civile entre partageant en 849 la principauté de Bénévent entre Radelchis et Siconolf qui s'engagent à luter contre les Sarrazins. Au retour à Rome en avril 850 Louis II est couronné empereur. Pendant ce temps la Calabre qui dépendait théoriquement de Siconolf tombe entre les mains des musulmans Tarente évacuée par ses habitants était perdue depuis 840[5].

Entre 850 et 866 Louis II tente vainement de s'imposer dans l'anarchie qui règne dans les principautés lombardes alors que le musulmans de plus en plus menaçants occupent l'Apulie. Entre 866 et 871 il mène une campagne permanente dans le sud de l'Italie. L'arrivée sur le trône de Byzance de l'empereur Basile Ier permet d'envisager une possibilité d'alliance entre les deux empires et une flotte grecque se dirige vers Bari assiégée par les Francs (869-870). la ville est prise en février 871 sans l'intervention byzantine et le malentendu avec les byzantins est total lorsqu'ils affectent de considérer Louis II comme un simple « empereur des Francs » ce qui met un terme aux velléités d'alliances. Au retour du siège de Bari Louis II est capturé le 13 août et retenu prisonnier avec l'Impératrice jusqu'au 17 septembre 871 par le prince de Bénévent. Pour être libéré, il doit faire le serment de ne plus intervenir en Italie du sud sans l'accord des princes lombards. De retour à Rome Louis II est délié de son serment par le Pape Adrien II et couronné une nouvelle fois empereur en 872. la même année il mène une nouvelle campagne victorieuse contre les Sarrazins. Après sa disparition en 875 Bari sera occupée par les byzantins[6].

Relations avec la papauté[modifier | modifier le code]

Louis II est couronné roi d'Italie par le pape Serge II.Le successeur de celui-ci Léon IV fait restaurer le mur d'Aurélien qui protège Rome et construire la forteresse Saint-Ange grâce aux subventions impériales. À sa mort en 855 le « parti romain » fait élire Benoit III auquel s'oppose le prétendant Anastase. À la mort du pontife Louis II fait élire Nicolas Ier qui se révèle une forte personnalité et s'oppose à l'empereur notamment lors de l'affaire du divorce de Lothaire II lorsque Louis cherche en vain d'obtenir une sentence favorable à son frère. En 863, le pape Nicolas Ier dépose le patriarche Photios, qui riposte en décrétant la rupture avec Rome et exhorte dans une encyclique le roi Louis II à déposer le pape. Avec le successeur de Nicolas Ier, Adrien II Louis II a enfin un pape à sa dévotion qui appuie totalement et considère qu'il se dépense sans compter pour la cause de l'église et la protection de l'Italie du sud contre les musulmans. Après la prise de Bari, le pape le couronne empereur une seconde fois le 18 mai 872 à Saint-Pierre de Rome[7].

Empereur d'Occident[modifier | modifier le code]

Après la mort de son frère Charles (845863), il récupère une partie de son domaine, et devient aussi roi de Provence et de Bourgogne (seuls les comtés de Lyon, Vienne et Vivarais lui échappent, et passent sous la suzeraineté de son autre frère cadet Lothaire II, pourtant désigné par Charles comme son unique héritier).

Après la mort de son frère Lothaire II en 869, Louis II ne peut pas non plus reconstituer le royaume de Lotharingie de leur père. Le domaine de Lothaire II est finalement partagé entre leurs oncles Louis le Germanique et Charles le Chauve lors du Traité de Meerssen de 870. Malgré ses protestations et le soutien du pape Adrien II, Louis récupère pas la totalité de l'héritage de son frère.

Louis II meurt en 875 près de Brescia et ne laissant aucun héritier mâle, la couronne impériale et son domaine passent aux mains de son oncle Charles le Chauve.

Ascendance[modifier | modifier le code]

Pierre tombale de Louis II à Milan

Union et descendance[modifier | modifier le code]

Vers 851 ou 852, il épouse Engelberge (830- † 896/901) dont il a deux enfants :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Sa généalogie sur le site Medieval Lands
  2. Venance Grumel Traité d'études byzantines La Chronologie I Presses universitaires de France Paris 1958, « Empereurs d'occident (IXe-XIIIe siècle) » p. 414 et « Rois d'Italie après Charlemagne » p. 418
  3. Pierre Riché Les Carolingiens (ISBN 2010196384), Hachette Pluriel, Paris 1983 p. 179.
  4. Pierre Riché Op.cit. p. 179.
  5. Jules Gay L'Italie méridionale et l'Empire byzantin depuis l'avènement de Basile Ier jusqu'à la prise de Bari par les Normands (867-1071) Albert Fontemoing éditeur, Paris 1904 .
  6. Louis Halphen Charlemagne et l'empire carolingien Albin Michel réédition 1968 p. 353-359.
  7. Pierre Riché Op.cit. p. 180-181.

Bibliographie[modifier | modifier le code]