Louis Hubert Farabeuf

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Louis-Hubert Farabeuf

Description de cette image, également commentée ci-après

Médaille de L. H. Farabeuf par Oscar Roty

Naissance 6 mai 1841
Bannost (France)
Décès 13 août 1910 (à 69 ans)
Beton-Bazoches (France)
Nationalité Drapeau de France Français
Champs médecine, chirurgie
Institutions Faculté de Médecine de Paris

Louis-Hubert Farabeuf, né le 6 mai 1841 à Bannost et mort le 13 août 1910 à Beton-Bazoches, est un chirurgien français à qui l'on attribue l'introduction de l'hygiène dans l'enseignement médical français. Sa statue s'élève dans la cour centrale de l'École nationale de médecine de Paris, dont le Grand Amphithéâtre porte également son nom.

Biographie[modifier | modifier le code]

Fils de cultivateurs, il devient externe des hôpitaux de Paris en 1861. Il est nommé Interne des hôpitaux de Paris au concours de 1864, aide d'anatomie en 1868 et prosecteur en anatomie en 1872. Devenu professeur agrégé de médecine en 1876 et chef de travaux anatomiques en 1878, il inaugure l'enseignement de Médecine opératoire à la Faculté de Médecine de Paris. Il rédige plusieurs opuscules (précis) de chirurgie et invente un certain nombre d'instruments médicaux[1] encore utilisés aujourd'hui (pince de Farabeuf, écarteurs de Farabeuf). Il est promu professeur titulaire d'anatomie en 1887.

Il est conseiller général pour le canton de Villiers-Saint-Georges de 1878 à 1888.

Un poème est inscrit sur sa tombe à Beton-Bazoches :

  • Passant nous te plaignons si tu n’as pas pu connaître
  • Cet homme vraiment grand dans la paix endormi.
  • Ses disciples navrés ont pleuré ce bon maître.
  • Et les petits enfants leur tendre vieillard.

Farabeuf: personnage de fiction[modifier | modifier le code]

Ses textes vigoureux et ses descriptions des techniques d'amputation ont attiré l'attention de l'écrivain mexicain Salvador Elizondo. Celui-ci est l'auteur d'une biographie romancée de Farabeuf[2] dans laquelle il souligne et exagère les côtés morbides du chirurgien. C'est par ce « Classique des Secrets de l'esthétique du mal » que Farabeuf est surtout connu. Elizondo y présente Farabeuf comme un agent secret en Chine après la Guerre des Boxers, au service des jésuites français dans la mise au point d'un plan pour évangéliser la Chine. Elizondo a entremêlé, dans son livre Farabeuf ou la chronique d'un instant (1965), des évènements empruntés aux vies de Dupuytren, Muybridge, Daguerre et Nadar, parmi d'autres.

Œuvres et publications[modifier | modifier le code]

  • De la Confection des moignons, et de quelques moignons en particulier (poignet, coude, jambe) [annexes : cathétérisme oesophagien, statistique de fractures par armes à feu] , impr. de A. Parent (Paris), 1871, disponible sur Gallica
  • De l'épiderme et des épithéliums, G. Masson (Paris), 1872, disponible sur Gallica
  • Exposé des titres et travaux scientifiques, Davy (Paris), 1886, Texte intégral
  • De l'épiderme et des épithéliums, Martiet, Paris, 1872.
  • Précis de manuel opératoire, Masson (Paris), 1872, Lire en ligne
  • «De la luxation du pouce en arrière» , in: Bulletin de l'Académie de Chirurgie, 1876, vol. 2, p. 21-62, Texte disponible en ligne dans Maîtrise Orthopédique no 136 - août 2004.
  • Précis de médecine opératoire, G. Masson (Paris), 1872-1881, disponible sur Gallica
  • Principes fondamentaux d'obstétrique vérifiés, rectifiés ou établis à l'aide de l'expérimentation sur le mannequin naturel et de l'observation sur la parturiente. Introduction à l'étude clinique et à la pratique des accouchements : anatomie, présentations et positions, mécanisme, toucher, manœuvres, extraction du siège, version, forceps, G. Steinheil (Paris), 1891, disponible sur Gallica, édition de 1904 disponible sur Gallica, édition de 1909 disponible sur Gallica
  • Précis de manuel opératoire, G. Masson (Paris), 1893, disponible sur Gallica , édition de 1889 Lire en ligne
  • Précis de manuel opératoire [Nouvelle édition complètement revue et augmentée de figures nouvelles. I. Ligatures des artères. II. Amputations. III. Résections. Appendice.] (862 figures.) disponible sur Gallica
  • (Coécrit avec H.Varnier) Introduction à l'étude clinique et à la pratique des accouchements, Steinheil (Paris), 1891. Préface du Pr A. Pinard.
  • Les vaisseaux sanguins des organes génito-urinaires du périnée et du pelvis, Masson (Paris), 1905, Lire en ligne.
  • Introduction à l'étude clinique et à la pratique des accouchements , Steinheil (Paris), 1908, Lire en ligne

Éponymie[modifier | modifier le code]

Écarteur de Farabeuf

Instruments:

  • écarteur de Farabeuf
  • scie de Farabeuf : scie à amputation à lames tournantes
  • davier de Farabeuf
  • rugine droite ou courbe de Farabeuf[3]
  • cisaille de Farabeuf
  • bistouri de Farabeuf
  • pince de Farabeuf
  • clamp de Farabeuf
  • sonde cannelée de Farabeuf

Anatomie:

  • triangle de Farabeuf
  • tronc veineux de Farabeuf
  • tronc artériel de Farabeuf
  • heurtoir de Farabeuf
  • collier de Farabeuf
  • Rail plein et rail creux de Farabeuf
  • lames sacro-recto-génito-pubiennes

Signe clinique:

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Dictionnaire national des contemporains : contenant les notices des membres de l'Institut de France, du gouvernement et du parlement français, de l'Académie de médecine, T. 5, sous la dir. de C.-E. Curinier, Office général d'éd. de librairie et d'impr. (Paris), 1899-1919, p. 299-300, disponible sur Gallica
  • Marcel Guivarc’h: Louis Hubert Farabeuf (1841-1910), enseigneur de génie, rénovateur de l’anatomie pratique, notable républicain[6], Louis Pariente (Paris), 2003 ; réédition 2005. (ISBN 2840590727)
  • Marcel Guivarc’h: «La réforme Farabeuf de l'enseignement pratique de l'anatomie et de la médecine opératoire», in: Histoire des sciences médicales, 39, no 1, 2005, p. 45-57, Texte intégral
  • Bernard Fouques : «Farabeuf, entre l'anathème et l'anamorphose» In: Bulletin Hispanique, Tome 83, no 3-4, 1981. p. 399-431, Texte intégral
  • M.-L. du Sorbiers: «Contribution à la biobibliographie de Louis-Hubert Farabeuf (1841-1910)», in: Revue d'histoire des sciences, 1973, vol. 26, no 3, p. 285-286 Analyse d'ouvrage
  • Louis Binet: Figures de savants, Vigot (Paris), 1946, 116p.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Instruments de chirurgie inventés par le Professeur Farabeuf
  2. S.Elizondo : Farabeuf o la crónica de un instante, 1965.
  3. Guillot, Fernand. - Catalogue illustré d'instruments de chirurgie, d'appareils de médecine et d'orthopédie Extrait
  4. J Gynecol Obstet Biol Reprod (Paris). 1981;10(5):513.
  5. Signe de Farabeuf
  6. Analyses d'ouvrages Texte intégral

Liens externes[modifier | modifier le code]