Louis Franck

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur les redirections Pour les personnes ayant le même patronyme, voir Franck.

Louis Marie François Franck

alt=Description de l'image FranckLouis.jpg.
Naissance 28 novembre 1868
Anvers
Drapeau de la Belgique Belgique
Décès 31 décembre 1937 (à 65 ans)
Wijnegem
Drapeau de la Belgique Belgique
Nationalité belge
Profession juriste
politicien
homme d'État libéral
Formation

Louis Marie François Franck, né le 28 novembre 1868 à Anvers et mort le 31 décembre 1937 à Wijnegem, fut un juriste flamand, un homme politique et homme d'État libéral[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Éducation[modifier | modifier le code]

Il étudia à l'athénée royal d'Anvers où il subit l'influence de l'auteur flamand et homme politique libéral Jan van Beers. Il fut promu docteur en droit (1890) à l'Université libre de Bruxelles. Au cours de ses études, il fut cofondateur du Cercle universitaire laïque humaniste (1887). Il écrivit pour le Journal des étudiants (1889) et devint en 1890 président fondateur du Cercle universitaire de criminologie.

Carrière[modifier | modifier le code]

En 1890, il s'établit à Anvers comme avocat, se spécialisant dans les affaires maritimes internationales. En tant que président de la Conférence du Jeune Barreau et comme membre de la Vlaamse Conferentie der Balie (Conférence du Jeune Barreau néerlandophone), il s'attacha à promouvoir l'usage du néerlandais à la cour (qui était à cette époque forcément francophone). En 1899, il devint cofondateur du Bond der Vlaamsche Rechtsgeleerden, une association de juristes flamands dont il devint président en 1912.

Il fut membre de la Chambre des Représentants de Belgique de 1906 à 1926, élu sur la liste du Parti libéral pour l'arrondissement d'Anvers. Il tenta d'améliorer graduellement l'emploi de la langue néerlandaise en Flandre. Ainsi, avec Paul Segers, en 1910, il présenta une proposition de loi, approuvée par le parlement, qui favorisa la néerlandisation de l'enseignement secondaire en Flandre. En collaboration avec le socialiste Camille Huysmans et le catholique Frans Van Cauwelaert (surnommés, en néerlandais, les « drie kraaiende hanen » ou les « trois coqs criants »), il lança à la fin de cette même année, une campagne pour la néerlandisation de l'Université de Gand, ce qui l'amena du reste au sommet de sa popularité en Flandre. En 1912, une proposition de loi fut déposée à cette fin, mais il fallut attendre jusqu'en 1930 avant que cette néerlandisation fût achevée. En 1911, comme candidat du Parti libéral d'Anvers, il fut élu membre du conseil communal d'Anvers.

En 1915, il fut cofondateur et président du Comité voor Hulp en Voeding (Comité d'aide et de l'alimentation) de la province d'Anvers et échevin du port d'Anvers. Pendant l'occupation allemande de la Belgique]] au cours de la Première Guerre mondiale, Franck (sous l'influence du roi Albert et du gouvernement) assura la présidence de l’Intercommunale Commissie van Notabelen, le véritable organisme dirigeant d'Anvers et des communes environnantes. Il fut aussi échevin d'Anvers de 1916 à 1918. Il mena une politique prudente lorsque les différends linguistiques (néerlandais contre français) furent réprimés pendant la guerre. Il condamna ouvertement la collaboration avec les Allemands des activistes flamands, et devint la personnification de la résistance en Flandre.

Bien qu'il eût dit, en 1916, que la lutte pour les droits des Flamands devait être poursuivie après la guerre, il ne s'en occupa plus lui-même. Il se fit absorber par les cercles conservateurs franco-belges (gouvernement, le Congo, l'ULB et la Banque nationale).

Après la guerre, il devint ministre des Colonies (1918-1924) et, en 1920, il fonda l'École coloniale supérieure à Anvers (qui devint, en 1923, l'Université coloniale de Belgique). Franck organisa le réseau des chemins de fer dans les colonies belges, dont la Flandre est actuellement le seul vestige, afin d'y développer l'industrialisation.

En 1926, Franck fut nommé ministre d'État. La même année, le 27 septembre, il succéda à Fernand Hautain comme gouverneur de la Banque nationale de Belgique et, avec Paul van Zeeland, il dirigea cet institut avec résolution pendant de nombreuses années, d'une manière considérée par certains comme autocratique et présomptueuse. Gustave Sap attaqua la politique de la Banque nationale dans son discours du 16 mars 1937 ; le socialiste Henri De Man fit de même. Alors qu'une enquête s'ouvrait concernant sa gestion, il mourut à Wijnegem, peut-être suicidé.

Franck fut également l'auteur de quelques essais sur la lutte linguistique, l'activisme flamand et le Congo.

Ressources[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Publications[modifier | modifier le code]

  • (fr) L'évolution morale et la crise pessimiste à la fin du XXIX siècle, 1893
  • (nl) Taal en nationaliteit, 1896
  • (fr) Le Mouvement Flamand et von Bissing, 1922
  • (nl) De democratie en de liberale partij, 1924
  • (nl) Congo, land en volk, 1926
  • (fr) La stabilisation monétaire en Belgique et ses résultats après vingt mois, 1928
  • (fr) La question des langues au Congo, 1929
  • (nl) De Belgische nationaliteit en de Vlaamsche Beweging, 1930
  • (fr) 1914-1918. En pays occupé. L'oeuvre de secours et d'alimentation et la résistance civile, 1932

Littérature[modifier | modifier le code]

  • BUYSSE, Arthur. Louis Franck, 2 vol., 1914.
  • KAUCH, Pierre. « Louis Franck », Biographie nationale de Belgique, tome XXXIII, Bruxelles, 1966.
  • MERTENS, Jozef . « Louis Franck », Nieuwe encyclopedie van de Vlaamse Beweging, Tielt, 1998.
  • VAN MOLLE, Paul. Le Parlement belge, 1894-1972, Anvers, 1972.
  • WILS, Lode. « Louis Franck », Nationaal Biografisch Woordenboek, tome XI, Bruxelles, 1985.

Liens externes[modifier | modifier le code]