Louis François Marcot

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Louis-François Marcot
Naissance 22 août 1845
Vauvillers
Décès 4 octobre 1914
Essarts-les-Bucquoy
Mort au combat
Origine Drapeau de la France France
Arme Infanterie
Grade Général de division
Années de service 18641914
Conflits Guerre franco-allemande de 1870
Première Guerre mondiale
Commandement École militaire de Saint-Cyr (1901-1906)
Distinctions Commandeur de la Légion d’honneur

Louis-François Marcot, né le 22 août 1845 à Vauvillers et mort le 4 octobre 1914 à Essarts-lès-Bucquoy, est un général français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Élève de l’école militaire de Saint-Cyr, promotion d’Oajaca (1864-1866), il en sort sous-lieutenant au 49e régiment d’infanterie de ligne.


Lieutenant le 24 juillet 1870, il prend part à la guerre franco-allemande de 1870 et échappe de peu à la mort suite à l’explosion d’une poudrière. Il est promu capitaine le 8 décembre 1870. Il est affecté au 13e de marche, puis au 113e durant la campagne[1].

Capitaine adjudant major en 1875, chef de bataillon en 1883, il participe à la Campagne en Afrique en 1889 et promu lieutenant-colonel en 1891 et colonel en 1896.

En 1901, il passe général de brigade à l’État-major général et commandant de l'École militaire de Saint-Cyr. Il est également admis au comité technique d’infanterie.

Il est promu général de division commandant la 15e division d’infanterie en 1907.

Touché par la limite d’âge en 1910, il est rappelé en 1914. On le place à la tête de la 81e division territoriale[2]. Le 4 octobre 1914[3], durant la bataille d’Arras, il est tué à l’ennemi à Essarts-les-Bucquoy[4], après avoir réussi à contenir l’assaut durant plusieurs jours[5]. Agé de 69 ans, c’est le Saint-Cyrien le plus agé Mort pour la France[6].

Décorations[modifier | modifier le code]

Hommages[modifier | modifier le code]

Une rue de Vauvillers et une rue de Bucquoy portent son nom.

Sources[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Le 4 octobre 1914 : mort du général Marcot » sur les archives départementales du Pas-de-Calais.
  2. Adelphe Pousse, Jean-Pierre Verney,Une soutane sous la mitraille: carnets de la Grande Guerre d’un curé de campagne, p. 36, éd. Chasse au Snark, 2000, ISBN 9782914015059
  3. (en) Martin Marix-Evans , Somme 1914-18: Lessons in War, éd. The History Press, 2011 ISBN 9780752480022
  4. Historique du 11e R.I.T, p. 3, imp. Marcel Picard, Paris 1920
  5. Article sur La Voix du Nord.
  6. Le Livre d’Or des Saint-Cyriens Morts pour la France
  7. Fiche du général Marcot sur la base Léonore.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]