Louis Edmond Duranty

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Louis Edmond Duranty

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Duranty par Edgar Degas en 1879

Activités Écrivain, critique d'art
Naissance 1833
Paris
Décès 1880
Paris
Langue d'écriture Français
Mouvement Réalisme- Impressionnisme

Louis Émile Edmond Duranty est un romancier et critique d'art français du XIXe siècle (5 juin 1833 Paris, 2e ancien - 9 avril 1880[1] Paris, 10e).

Biographie[modifier | modifier le code]

Ses amis intimes pensaient que Duranty était le fils naturel de Prosper Mérimée[2]. Ce n'est qu'en 1947 que la découverte de documents ayant appartenu à Duranty a permis d'établir que son père était Louis-Edmond Anthoine[3], auditeur au Conseil d'État (1833), inspecteur de la compagnie d'assurances La Nationale, puis magistrat[4]. Sa mère, Émilie Hémart (Madame Lacoste 1798-1879, elle se fait appeler Émilie Duranty dans l'acte de naissance de son fils), a eu un fils - Félix-Joseph Lacoste (1825), de Joseph Bonaparte, le frère aîné de Napoléon Ier.

Duranty a débuté en 1853 comme employé à l'administration centrale des Domaines et Forêts de la Couronne (grâce à la protection du ministre Achille Fould) et donné sa démission en 1857 pour se consacrer à la littérature.

Il est le cofondateur de la revue Le Réalisme, publiée de juillet 1856 à mai 1957[5],« un périodique à peu près mensuel, de seize compactes pages in-4°, très combatif, consacré à la seule critique littéraire »[2], avec Champfleury, avec qui il défendra le mouvement réaliste et l'impressionnisme.

En 1861, il obtient l'autorisation d'installer au Jardin des Tuileries un théâtre de marionnettes fixe ; dont le peintre Courbet créera les décors.

Il écrit même un répertoire complet dédié à George Sand, comportant vingt quatre saynètes ayant pour héros Polichinelle, Pierrot et Arlequin.

En 1870, les marionnettes de Duranty seront saisies par des créanciers, précipitant ainsi la fin du Guignol des Tuileries.

Duranty par Marcellin Desboutin vers 1876

« Vous êtes prié d'assister aux Convoi, Service et Enterrement de Monsieur Edmond Duranty, homme de lettres, décédé le 9 avril 1880, à l'âge de 47 ans, à la maison Dubois, qui se feront le mardi 13 du courant, à 4 heures très précises, en l'église Saint-Laurent. On se réunira à la maison de santé : 200, faubourg Saint-Denis. De profundis !
De la part de tous ses amis et de la Société des Gens de lettres. »

Treize personnes suivirent le convoi funèbre d'Edmond Duranty mort dans la presque misère dont Paul Alexis, Albert Bartholomé, Henry Céard, Edgar Degas, Joris-Karl Huysmans, Edouard Manet, Eugène Moret, Camille Pissarro, Jean-François Raffaëlli, le docteur Thulié et Émile Zola, son exécuteur testamentaire. « Nous l'avons bien connu, dit Émile Zola, luttant avec un grand courage contre une des misères littéraires les plus injustes et les plus implacables que j'ai rencontrées ; mais il n'est personne de nous dont il ait fait un confident et qui puisse écrire un jour une biographie complète. Tout son passé, toute sa jeunesse est comme un livre fermé à jamais »[2].

Il fut inhumé au cimetière de Saint-Ouen avant d'être transféré le 16 décembre 1885 au Père-Lachaise. Jean Paulhan le considérait comme un « saint du roman », ajoutant: « Je ne sache pas d'écrivain plus autonome et plus strict, plus digne de servir d'exemple. Fabriquant ses couleurs lui-même en bon Primitif »[6].

Œuvres[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Déclaré le 12/4/1880 par Edgar Degas, artiste peintre et Antoine Guillemet, artiste peintre.
  2. a, b et c Félix Fénéon, Œuvres plus que complètes, vol. II, Droz,‎ 1970, p. 589-593
  3. Maurice Parturier et Albert de Luppé, « La naissance de Duranty », Le bulletin du bibliophile,‎ avril 1947, p. 161-172
  4. « Duranty, Edmond (Paris, 1833 ~ 1880) », Centre d'études du 19e siècle français Joseph Sablé,‎ 2001 (consulté le 5 octobre 2011)
  5. H.U. Forest, « "Réalisme," Journal de Danteny », Modern Philology, vol. 24,‎ mai 1927, p. 463-479
  6. Jean Paulhan, F.F. ou le critique, C. Paulhan,‎ 1998, p. 10

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Marcel Crouzet, Un méconnu du realisme : Duranty, 1833-1880 : l'homme, le critique, le romancier, Paris, Nizet,‎ 1964 (OCLC 300027322)

Liens externes[modifier | modifier le code]