Louis Durey

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Louis Durey

Description de cette image, également commentée ci-après

Louis Durey vers 1930

Naissance 27 mai 1888
Paris, Drapeau de la France France
Décès 3 juillet 1979 (à 91 ans)
Saint-Tropez, Drapeau de la France France
Activité principale Compositeur

Louis Durey est un compositeur français, né à Paris 6e le 27 mai 1888 et mort à Saint-Tropez le 3 juillet 1979[1], l'un de six membres du Groupe des six.

Biographie[modifier | modifier le code]

Issu de la bourgeoisie parisienne, il découvrit l'univers musical après avoir écouté Claude Debussy et son Pelléas et Mélisande. Sa formation fut essentiellement autodidacte, même s'il suivit les cours de la Schola Cantorum.

Il composa sa première œuvre en 1914. En 1917, avec Georges Auric, Arthur Honegger et Erik Satie, il fonda le groupe Nouveaux jeunes qui devint par la suite le groupe des Six dont il était l'aîné. En 1921, il ne participa pas pourtant à l'écriture collective de la musique pour « les Mariés de la tour Eiffel » de Jean Cocteau signant ainsi sa séparation effective avec le groupe et la fin de ce dernier, qui acheva de se dissocier en 1924.

Il fréquentait les artistes d'avant-garde : notamment les poètes Guillaume Apollinaire, Max Jacob, Paul Éluard, Louis Aragon, et les peintres Pablo Picasso, Georges Braque et Fernand Léger.

Il séjourna quelques années à Saint-Tropez où il se maria et composa son unique comédie lyrique : l'Occasion en 1923.

Au milieu des années 1930, il rejoignit le parti communiste français et participa activement à la Résistance durant la Seconde Guerre mondiale.

Durant cette période, il fit un important travail musicologique de reconstitution de chants anciens de Clément Janequin, Orlando Lassus et autres compositeurs.

Il fut également critique musical dans les années 1920, activité qu'il retrouva après-guerre pour le compte du journal L'Humanité.

Son œuvre musicale comporte 116 numéros d'opus, touchant tous les genres, mais davantage la musique chorale. Il a écrit assez peu de musiques symphoniques.

Œuvres[modifier | modifier le code]

Recueils de mélodies (dont les plus intéressants sont Le Printemps au fond de la mer, Images à Crusoë, Eloges, Le Bestiaire, Cantate de la prison, 6 Madrigaux), 3 quatuors à cordes, trio, pièces pour piano et plusieurs œuvres qui ne sont jamais sorties de ses cartons (dont l'opéra en un acte L'Occasion). On lui doit aussi des harmonisations de chants populaires.

Musique instrumentale[modifier | modifier le code]

  • 3 sonatines pour piano (1926)
  • Nocturne pour piano (1928)
  • Carillon et Neige (1916-18), deux pièces pour piano à 4 mains
  • Sonatine pour flûte et piano (1920)
  • Trio-Sérénade, trio à cordes (1955)
  • Quatuor à cordes n°1 (1917)
  • Quatuor à cordes n°2 (1919)
  • Quatuor à cordes n°3 (1928)
  • Les soirées de Valfère, pour quintette à vent (1963)
  • Fantaisie concertante, pour violoncelle et orchestre (1947)
  • Île-de-France, ouverture pour orchestre (1955)
  • Concertino pour piano, 16 instruments à vent, contrebasse et timbales (1956)
  • Mouvement symphonique pour piano et cordes (1963)
  • Octophonies, pour 8 cordes (1966)
  • Dilection pour cordes (1967)

Musique vocale[modifier | modifier le code]

Mélodies[modifier | modifier le code]

  • Épigrammes de Théocrite et trois poèmes de Pétrone (1918)
  • Vergers sur des poèmes de Rilke

Chant et orchestre[modifier | modifier le code]

  • Inscriptions sur un oranger pour chant et orchestre (1918)
  • Eloges d'après Saint-John Perse, pour quatuor vocal et orchestre de chambre (1919)
  • Le Bestiaire pour chant et orchestre (1919) d'après Guillaume Apollinaire

Cantates[modifier | modifier le code]

  • Cantate de la Prison d'après Guillaume Apollinaire
  • La Guerre et la Paix (1949)
  • La Longue Marche (1949)
  • Paix aux hommes par millions (1949)
  • Cantate à Ben Ali (1952)
  • Cantate de la rose et de l'amour (1965) pour soprano et cordes

Voix et divers instruments[modifier | modifier le code]

  • Images à Crusoë d'après Saint-John Perse, pour soprano et orchestre de chambre (1919)
  • Le Printemps au fond de la mer (1920), d'après Jean Cocteau, pour soprano et instruments à vent
  • España 63 pour chœur et piano (1963)
  • 3 polyphonies vocales et instrumentales, pour quatuor vocal et 8 instruments (1963)
  • une comédie lyrique : l'Occasion (1923) d'après Mérimée
  • Six Pièces "De l'automne 53" Opus75 (1953) pour piano

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Archives de l’état civil de Paris en ligne, 6e arrondissement, acte de naissance n° 1674, année 1888 ; avec mention marginale du décès.

Liens externes[modifier | modifier le code]