Louis Delâge

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Louis Delâge

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Louis Delâge en 1914

Naissance 22 mars 1874
Cognac
Décès 14 décembre 1947 (à 73 ans)
Nationalité Drapeau de la France France
Profession
Industriel fondateur de Delage

Louis Delâge, né à Cognac en Charente le 22 mars 1874 et mort le 14 décembre 1947, est un ingénieur et industriel français. Il fonde la marque automobile Delage en 1905.

Biographie[modifier | modifier le code]

En 1890, à l'âge de 16 ans, il entre à l'école des Arts et métiers d'Angers[1], d'où il sort diplômé en 1893. La même année, il est appelé sous les drapeaux pour servir à Bône en Algérie. De retour en métropole après deux années de service militaire, il est embauché par la Compagnie des chemins de fer du Midi, pour le compte de laquelle il effectue du suivi de travaux pendant cinq ans[2].

Passionné d'automobile, il crée en 1900 un bureau d'études qui travaille pour les principales marques de l'époque, dont Peugeot qui l'embauche en 1903. Souhaitant retrouver sa liberté entrepreneuriale, il fonde le 10 janvier 1905 la Société en commandite simple Delage et Cie, qui installe ses bureaux et ateliers à Levallois-Perret. Il invente plusieurs types de moteurs[3].

En 1911, il transfère son entreprise à Courbevoie et se lance dans la conception et la fabrication de voitures de très haut de gamme, les Automobiles Delage). Après la Première Guerre mondiale, il produit également des véhicules de course et se lance avec succès dans la compétition automobile. Il devient en 1927, champion du monde des constructeurs[4].

En 1935, il doit céder ses parts à la société Delahaye[5], qui absorbe l'entreprise Delage.

À la fin de sa vie, converti au catholicisme, il mène une vie simple et effectue de nombreux pèlerinages à pied et à bicyclette à Chartres, Lisieux et Lourdes[6]. Criblé de dettes, il divorce d'avec sa femme dans les années 40 et lui laisse leur immense propriété à Le Pecq[7].

Il est inhumé au cimetière du Pecq dans le caveau familial.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « L'histoire des Gadzarts », sur Arts et Métiers
  2. « Grandes figures gadzart », sur Patrimoine,‎ décembre 2001
  3. « Conservatoire Vivant des Arts Mécaniques », sur CVAM Saint Junien
  4. « Louis Delâge le Cognaçais qui fabriquait de véritables bijoux », sur Charente Libre
  5. « Louis DELÂGE », sur Janine Tissot
  6. Daniel Cabart et Claude Rouxel, Delage. La belle voiture française, éditions E.T.A.I.
  7. « Louis Delâge, ne faire qu'une chose, mais la bien faire », sur Histoire Vesinet

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]