Louis-Charles d'Albert de Luynes

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Portrait de Louis Charles d'Albert Duc de Luynes Pair de France

Louis-Charles d'Albert de Luynes, deuxième duc de Luynes et pair de France est un traducteur et moraliste français, né le au Louvre et mort le à Paris. Il est le premier traducteur en français de l'œuvre en latin de René Descartes.

Biographie[modifier | modifier le code]

Fils de Charles d'Albert, duc de Luynes, favori de Louis XIII et de Marie de Rohan, Louis-Charles d'Albert de Luynes fut reçu au Parlement en qualité de pair de France le 24 novembre 1639, pourvu le 6 janvier 1643 de la charge de grand fauconnier et reçu chevalier des ordres du roi le 31 décembre 1661. Il vécut longtemps en intimité avec les Solitaires de Port-Royal, faisant construire un château à Vaumurier, à proximité immédiate de l'abbaye de Port-Royal-des-Champs, y recevant Blaise Pascal et le jeune Jean Racine, participant à nombre des travaux intellectuels des savants "Messieurs de Port-Royal", dont la traduction du Nouveau Testament.

Il traduit également en français les Méditations métaphysiques de Descartes (1647) et écrivit plusieurs ouvrages de morale et de piété.

« Mestre de camp », il se distingua à la tête de son régiment attaqué par les Espagnols devant Arras le 2 août 1640 ainsi qu'en plusieurs autres occasions. Après son décès, son corps fut transporté et inhumé dans l'église de l'hôpital de Luynes qu'il avait fondé.

Mariage et descendance[modifier | modifier le code]

Il fut marié trois fois. Une première fois, le , à Louise Marie Seguier, Marquise d'O (1624 - ) avec qui il eut 9 enfants dont

Une deuxième fois le , à Anne de Rohan (1640-1684) avec qui il eut 7 enfants dont :

Enfin, un troisième fois, le , à Marguerite d'Aligre (1641 - Paris, ).

Lien externe[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens internes[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]

  • Gustave Vapereau, Dictionnaire universel des littératures, Paris, Hachette, 1876, p. 1285-6

Notes et références[modifier | modifier le code]