Louis Bonnier

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Bonnier.
Louis Bonnier
Présentation
Naissance 14 juin 1856
Templeuve (Nord)
Décès 16 septembre 1946 (à 90 ans)
Paris
Nationalité Drapeau de la France France
Activité(s) Architecte des bâtiments civils et palais nationaux
Architecte-voyer de la ville de Paris
Architecte-conseil de la Compagnie des chemins de fer du PLM
Diplôme 1886
Formation École nationale supérieure des beaux-arts, ateliers Moyaux et André
Œuvre
Réalisations Piscine de la Butte-aux-Cailles
Entourage familial
Famille Pierre Bonnier (frère)
Jules Bonnier (frère)
Charles Bonnier (frère)
Claude Bonnier (neveu)
Marc Bonnier (fils)

Louis Bernard Bonnier est un architecte français (né le 14 juin 1856 à Templeuve (Nord) et décédé le 16 septembre 1946 à Paris). Il a mené une carrière d'architecte libéral ainsi qu'une carrière d'urbaniste pour la ville de Paris.

Biographie[modifier | modifier le code]

Fils d'un représentant en vin du nord de la France et aîné de ses trois frères Jules, Pierre et Charles Bonnier, il suit des études d'art à l'École académique de Lille (ancêtre de l'École des beaux-arts de Lille) puis à l'École nationale supérieure des beaux-arts de Paris où il est admis en 1877. Élève au sein de l'atelier de Constant Moyaux et Louis-Jules André, il est diplômé en 1886.

Il répond à de nombreuses commandes privées, dans sa région natale au départ puis un peu partout en France, ainsi que des commandes publiques : écoles, piscines, immeubles HBM. Il est particulièrement actif lors de l'exposition universelle de 1900. Il devient par ailleurs architecte-conseil de la Compagnie des chemins de fer du PLM à partir de 1920.

Très marqué par l'Art nouveau, son style rationaliste est à la jonction, comme Henri Sauvage, entre l'architecture d'Eugène Viollet le Duc et l'Architecture moderne.

L'essentiel de sa carrière est marquée par son passage au poste d'architecte de la ville de Paris : il est nommé architecte-voyer dès 1884, avant même l'obtention de son diplôme. Il devient directeur du service de l'architecture et des plantations en 1910. Il est nommé par l'État Architecte des bâtiments civils et palais nationaux chargé du Palais de l'Élysée. En 1902, il est chargé de la rédaction du nouveau règlement d'urbanisme de la ville de Paris. Il dessine le premier plan d'extension de la ville en 1912 et fonde l'École supérieure d'art publique où il enseigne, qui devient, en 1925, l'Institut d'urbanisme de Paris.

Au cours de sa vie, il fréquente des artistes comme Claude Monet ou Théo van Rysselberghe, André Gide, l'écrivain dont il construit la maison ou encore le géographe anarchiste Élisée Reclus pour qui il dessine un projet de globe terrestre[1].

Son fils, Marc Bonnier, était un des pionniers de l'aviation.

Principales réalisations[modifier | modifier le code]

Hôtel de ville de Templeuve, ville natale de l'architecte.
Élément de la façade de la Piscine de la Butte-aux-Cailles

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Bernard Marrey, Louis Bonnier : 1856-1946, Bruxelles, Mardaga - Institut français d'architecture, coll. « Architectes »,‎ 1988, 335 p. (ISBN 2-87009-235-0)
  • Gérard Monnier, L'architecture moderne en France, t. 1 1889-1940, Picard,‎ 1997 (ISBN 2-7084-0449-0), p. 242-243
  • Institut français d'architecture, Archives d'architecture du vingtième siècle, p. 88-125, Pierre Mardaga éditeur, Liège, 1995 (ISBN 2-87009-446-9)
  • Gilles Candar, Les Souvenirs de Charles Bonnier, Septentrion,‎ 2001, 279 p. (ISBN 2859396349 et 9782859396343, lire en ligne), p. 16-17

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Soizic Alavoine-Muller, « Un globe terrestre pour l'exposition universelle de 1900. L'utopie géographique d'Élisée Reclus », L'Espace géographique, vol. 32, no 2,‎ 2003, p. 156-170 (lire en ligne)
  2. Cette villa fait l'objet d'une inscription au titre des monuments historiques depuis le 26 avril 2001 : « Notice no PA62000039 », base Mérimée, ministère français de la Culture
  3. Le groupe scolaire Rouelle, une architectue novatrice". Résumé d'un article de Philippe Virat in Bull. Soc. hist. & arch. du XVème arrondt de Paris – n° 43