Louis Bancel

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Bancel.

Louis Bancel (1926 - 1978) est un sculpteur français originaire de Saint-Julien-Molin-Molette, père de l'historien français Nicolas Bancel.

Biographie[modifier | modifier le code]

Bachelier précoce, il entame des études en Mathématiques supérieures au Lycée du Parc de Lyon, mais les interrompt à l'âge de 17 ans pour rejoindre la résistance.
À la libération, l'expérience de la guerre et la découverte de l'histoire de l'art le mènent à changer de voie. Après 3 ans d'apprentissage chez le sculpteur lyonnais Lucien Descombe il s'installe à Paris en 1948.

Citant les modernes comme Picasso, Matisse et Laurens, mais aussi les sculptures primitives des Cyclades, Bancel fait progressivement évoluer son travail vers des formes les plus pures et les plus simples possibles.

Le monument aux déportés de Buchenwald[modifier | modifier le code]

Par l'intermédiaire de son ami le peintre Boris Taslitzky, Louis Bancel est contacté en 1957 par l'association des déportés de Buchenwald-Dora. Il réalisera le monument dédié à la mémoire des victimes du camp, inauguré le 5 avril 1964.
La monumentale sculpture en bronze se situe aujourd'hui au Cimetière du Père-Lachaise dans la partie du cimetière consacrée aux victimes de la seconde guerre mondiale. Elle repose sur une dalle de granite de l'architecte M. Romer (lui-même déporté) gravée d'un texte de Louis Aragon:

« Qu’à jamais ceci montre comme l’Homme dut tomber
Et comment le courage et le dévouement
Lui conservent son nom d’Homme. »

Quelques autres monuments[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]

  • Bernard Gouttenoire, Dictionnaire des peintres et sculpteurs à Lyon aux XIXe et XXe siècles, Lyon, La Taillanderie, 2000.
  • Société des Amis de Louis Aragon et Elsa Triolet, Faites entrer l'infini no 26, Paris, Société des Amis de Louis Aragon et Elsa Triolet, décembre 1998.
  • Monuments à la mémoire des déporté(e)s victimes des camps de concentration et d'extermination nazis, Mairie de Paris : Musée de la Résistance nationale, 2005

Liens externes[modifier | modifier le code]