Louis Bénigne François Berthier de Sauvigny

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Bertier.
Louis Bénigne de Sauvigny.jpg

Louis Bénigne François Bertier[1] de Sauvigny, né le à Paris où il fut massacré le , est un fonctionnaire français, intendant de Paris du au .

Biographie[modifier | modifier le code]

Fils de Louis Jean Bertier de Sauvigny (1709-1788), qui a été intendant de la généralité de Moulins, puis de Grenoble avant d'être intendant de la généralité de Paris de 1744 à 1776 et a assumé la fonction de premier président du parlement de Paris entre 1771 et 1774[2], intermède des parlements Maupeou[3]. Louis Bénigne, a d'abord été avocat au parlement de Paris, en 1754, conseiller au Grand Conseil par provisions du 11 mars 1763, maître des requêtes, il est adjoint à son père à l’intendance de Paris le 24 août 1768. Il réprime avec sévérité, en 1775, la guerre des farines, avant de succéder à son père le 1er septembre 1776.

Le 3 septembre 1784 il devient membre associé de l'Académie d'agriculture de France[4]. Très actif, il entreprend de nombreuses réformes. Entre 1785 et 1787, il ordonne que les plans des différentes paroisses de la généralité de Paris soient dressés, afin d’harmoniser la répartition des impôts entre les différentes paroisses sur la bases des surfaces cultivables. Les plans des paroisses des Yvelines sont consultables sur le site des Archives départementales des Yvelines.  :

Chargé, dès le début de la Révolution, d’assurer l’approvisionnement de l’armée de siège, il est contraint de prendre des mesures qui le rendent impopulaire. Des rumeurs lancées en ces temps de disette, par les milieux proches du duc d’Orléans, futur Philippe-Égalité, l’accusaient, sans preuve aucune, de détourner les grains pour affamer le tiers. Louis Bénigne François Bertier de Sauvigny est enlevé, en dehors de toute légalité, par des émeutiers à Compiègne le 22 juillet 1789, amené à Paris et massacré (en étant dévoré par les émeutiers) ce même jour devant l’Hôtel de ville de Paris en compagnie de son beau-père Joseph Foullon de Doué.

Les papiers personnels de Louis Bénigne François Berthier de Sauvigny et de la famille Berthier de Sauvigny sont conservés aux Archives nationales sous la cote 80AP.[5]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Ou, incorrectement, Berthier. Le changement de la graphie du nom de «Berthier» en «Bertier» a été fait par Louis Jean Bertier de Sauvigny (1709-1788), père de Louis Bénigne François
  2. Archives de France - Archives privées : Fonds Bertier de Sauvigny
  3. Françoise Martin, Louis Jean Bertier de Sauvigny, premier président du «parlement Maupeou», p. 249-259, dans Mélanges offerts au professeur Maurice Gresset, Presses universitaires de Franche-Comté (série Historiques no 28), Besançon, 2007 (ISBN 978-2-84867-186-4) Extraits
  4. http://cths.fr/an/prosopo.php?id=106374
  5. Archives nationales

Sources partielles[modifier | modifier le code]