Louis Aloÿs de Hohenlohe-Waldenbourg-Bartenstein

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Maison de Hohenlohe.
Louis Aloÿs de
Hohenlohe-Waldenburg-Bartenstein
Image illustrative de l'article Louis Aloÿs de Hohenlohe-Waldenbourg-Bartenstein

Titre 4e Prince de Hohenlohe-Bartenstein (en)
(17981806)
Prédécesseur Louis Charles de Hohenlohe-Waldenbourg-Bartenstein
Allégeance Drapeau du Palatinat Palatinat du Rhin
Badge de l'armée des princes Armée des princes
Drapeau de l'Autriche Archiduché d’Autriche
Flagge Königreich Württemberg.svg Royaume de Wurtemberg
Royaume de France Royaume de France
Royal Standard of King Louis XIV.svg Royaume de France
Grade militaire Maréchal de France
Commandement Régiment de Hohenlohe
Conflits Guerres révolutionnaires
Guerres napoléoniennes
Campagne d'Espagne (1823)
Distinctions Chevalier du Saint-Esprit
Officier de la Légion d'honneur
Autres fonctions Membre de la Chambre des pairs
Biographie
Dynastie Maison de Hohenlohe
Nom de naissance « Ludwig Aloys Joachim zu Hohenlohe-Bartenstein »
Naissance 18 août 1765
Château de Bartenstein
Décès 30 mai 1829 (à 63 ans)
Lunéville
Père Louis Charles de Hohenlohe-Waldenbourg-Bartenstein

Orn ext maréchal-prince SERG OSE.svg
Hohenlohe-Bartenstein.PNG

Ludwig Aloysius Joachim, prince de Hohenlohe-Waldenburg-Bartenstein, né le 18 août 1765 à Bartenstein (en Souabe, où la branche catholique des Hohenlohe possède un château) et mort à Lunéville le 30 mai 1829, est un général autrichien, puis un maréchal et pair de France.

Biographie[modifier | modifier le code]

En 1784, il entre au service du Palatinat qu’il quitte en 1792 pour prendre le commandement d’un régiment levé par son père au service des princes émigrés de France. Dans l’armée des émigrés, il se distingue particulièrement sous Condé dans les campagnes de 1792-1793, notamment en défense devant Wissembourg en France.

Puis il entre au service des Pays-Bas quand, encerclé par l’armée du général Pichegru, il dirige une retraite magistrale vers l’île de Bommelerwaard. De 1797 à 1799, il sert comme colonel dans les campagnes autrichiennes. En 1799 il est nommé général-major par l’archiduc Charles.

Puis, après avoir obtenu le grade de lieutenant général, Napoléon Ier souhaite le rencontrer pour lui confier la charge des deux Galicie. L’Empereur lui offre de lui rendre sa principauté à condition qu’il intègre la Confédération du Rhin, mais il refuse et entre au service du royaume de Wurtemberg.

Après la chute de Napoléon Ier en 1814, il entre au service de la France des Bourbons, et en 1815, il prend le commandement d’un régiment levé par lui-même (le régiment de Hohenlohe, l’un des régiments dont est issue la Légion étrangère). Il est naturalisé français en 1823 et son régiment tient sa place dans la campagne d’Espagne. En 1827, il est fait maréchal et pair de France.

Récapitulatif[modifier | modifier le code]

Titres[modifier | modifier le code]

Décorations[modifier | modifier le code]

Chevalier du Saint-Esprit Officier de la Légion d'honneur

Armoiries[modifier | modifier le code]

Figure Blasonnement
Blason Conrad VI de Hohenlohe-Brauneck (selon Gelre).svg Armes des Hohenlohe

D'argent, à deux léopards couards de sable.[3]

Hohenlohe-Bartenstein.PNG Armes du prince de Hohenlohe (Waldenburg) Bartenstein (en)

Parti d'un trait, coupé de deux autres qui font six quartiers : au 1, d'or, à l'aigle éployée de sable ; au 2, d'azur à trois fleurs de lys d'argent ; au 3, d'argent, à deux léopards de sable, l'un sur l'autre ; au 4, coupé, a : de sable au lion léopardé d'or, couronné du même ; b : losangé de sable et d'or ; au 5, d'azur à cinq têtes de massue d'argent, 3 et 2 ; au 6, coupé emmenché de gueules sur argent. À la champagne de gueules, sur le tout. Sur le tout du tout un écusson de gueules, à la champagne d'argent, timbré d'un bonnet de gueules retroussé d'hermine. [1]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]