Louis-René Beaudoin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour l’article homonyme, voir Beaudoin

Louis-René Beaudoin, né le 5 mai 1912 à Montréal et décédé le 21 février 1970 dans la même ville, était un avocat et homme politique fédéral du Québec.

Biographie[modifier | modifier le code]

Provenant d'une famille ouvrière montréalaise, Louis-René Beaudoin travaille comme chauffeur d'autobus et ouvrier pour payer ses études. Devenu avocat, il travaille pour la Fédération québécoise du travail et comme bénévole pour le Parti libéral du Québec. Vers 1957, il fonde avec Maurice Riel, le cabinet d'avocats Beaudoin, Riel, Geoffrion, Vermette.

Il est élu député du Parti libéral du Canada dans la circonscription fédérale de Vaudreuil-Soulanges en 1945. Il est réélu en 1949, 1953 et en 1957. Il ne se représente pas en 1958.

Il devient Président de la Chambre des communes en 1953. Sa candidature à ce poste est appuyée par le chef de l'Opposition officielle, le progressiste-conservateur George Drew, une première dans l'histoire parlementaire canadienne. Sa réputation s'affermit lors du Débat sur le pipeline en 1956 durant lequel le gouvernement tente à plusieurs reprises de forcer la législature à voter avec un minimum de débat.

Au cours du débat, Beaudoin applique le principe qu'un débat doit avoir lieu si le Président le juge nécessaire. Cependant, il revient sur sa décision et permet le vote sans débat, provoquant la colère de l'Opposition. Au cours de la semaine, Drew introduit une motion de censure à l'encontre de Beaudoin en l'accusant de nuire au pouvoir du Président. Cette motion est défaite par la majorité libérale . Moins d'un mois plus tard, Drew présente à l'attention des journaux une lettre de Beaudoin dans laquelle il critiqua le comportement des députés de l'Opposition durant le débat concernant le pipeline. Beaudoin se défend en mentionnant qu'il s'agit d'une lettre privée non destinée à être publiée. Toutefois le lendemain, Beaudoin présente sa démission au premier ministre Louis St-Laurent, alors absent du pays, lequel persuade Beaudoin de rester jusqu'à la fin de la législature.

La réputation de Beaudoin est néanmoins largement entachée. Après sa réélection en 1957, il décide de se retirer en 1958. Il immigre ensuite aux États-Unis où il tente de compléter une thèse de doctorat à l'Université Columbia, mais ne la complète pas. Par après jusqu'à sa mort en 1970, il occupe différents emplois précaires, jusqu'à celui de serveur dans une taverne. De retour à Montréal, il meurt d'une crise cardiaque à l'âge de 57 ans, presque sans ressources et seul, sur le siège arrière d'une voiture de taxi.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Précédé par Louis-René Beaudoin Suivi par
Parti libéral du Canada
Joseph Thauvette
Député de Vaudreuil-Soulanges
1945-1958
Parti libéral du Canada
Marcel Bourbonnais