Louis-Marie Aubert du Petit-Thouars

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Aubert du Petit-Thouars.

Louis-Marie Aubert du Petit-Thouars

Description de cette image, également commentée ci-après

Portrait de Louis-Marie Aubert du Petit-Thouars

Naissance 5 novembre 1758
au château de Boumais près de Saumur (France)
Décès 12 mai 1831
à Paris (France)
Nationalité Français
Champs Botanique
Diplôme Collège royal militaire de La Flèche

Louis Marie Aubert du Petit-Thouars, ou Du Petit Thouars ou Dupetit-Thouars, est un botaniste français né le 5 novembre 1758 au château de Boumais près de Saumur et mort le 12 mai 1831 à Paris.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il fait des études au Collège royal militaire de La Flèche. Il devait accompagner son frère Aristide à la recherche de Jean-François de La Pérouse, mais, parti après lui, il tenta inutilement de le rejoindre à l'île de France, où il arriva trop tard et fut obligé de séjourner. En route, en 1793, il manqua de se retrouver abandonné involontairement sur l'archipel Tristan da Cunha, où il passa une nuit seul en pensant son navire parti sans lui[1].

Une planche représentant Angraecum crassum dessinée par Louis-Marie Aubert du Petit-Thouars.

Bloqué dans le sud-ouest de l'océan Indien par les circonstances, il étudia la flore de la région. Pendant cette période, il reçut la visite de l'expédition Baudin et conduisit pour ses membres une herborisation trois jours après leur arrivée pour une escale de quelques jours. Membre du voyage d'exploration scientifique, Jean-Baptiste Bory de Saint-Vincent y participa et se lia d'amitié avec le commissaire civil du gouvernement Joseph Pierre Leboux-Dumorier à cette occasion[1].

Après l'île de France, il passa ainsi quelques mois à Madagascar avant de visiter à nouveau les îles Mascareignes adjacentes. Il revient en France en 1802 avec un herbier de 2 000 plantes.

Il publia en 1804 son Histoire des végétaux recueillis dans les îles de France, de Bourbon et de Madagascar[2] où 55 espèces ainsi qu'une clef de détermination sont brièvement décrites. Il fut admis cette même année à l'Académie des sciences le 10 avril 1820.

À partir de 1806, il dirige la pépinière du Roule. Outre l'ouvrage déjà cité, il publie plusieurs écrits sur la botanique et l'agriculture : il soutient à l'Académie des sciences, sur la formation des couches du bois, une théorie célèbre, qui est vivement débattue.

Pierre Flourens a prononcé son Éloge à l'Institut de France. Une allée du jardin botanique de Pamplemousses à l'île Maurice lui est dédiée.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sources et bibliographie[modifier | modifier le code]

Marie-Nicolas Bouillet et Alexis Chassang (dir.), « Louis-Marie Aubert du Petit-Thouars » dans Dictionnaire universel d’histoire et de géographie,‎ 1878 (Wikisource)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]

Thouars est l’abréviation botanique officielle de Louis-Marie Aubert du Petit-Thouars.
Consulter la liste des abréviations d'auteur ou la liste des plantes assignées à cet auteur par l'IPNI