Louis-Herman de Koninck

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Louis Herman de Koninck, né le 31 mars 1896 à Saint-Gilles et décédé le 21 octobre 1984 à Uccle est un architecte belge. Il est un des principaux représentants de l’architecture rationnelle.

Il entre en 1911 à l’Académie royale des beaux-arts de Bruxelles. Diplômé, il axe ses recherches sur la normalisation industrielle et la préfabrication.

Vers 1928, il introduit la construction en voiles minces de béton, matériau qui sera le tremplin de sa démarche architecturale, centrée sur la rigueur formelle résultant de la seule logique constructive et l’économie. Sa période d’intense recherche se situe entre 1924 et 1936.

De 1940 à 1974, il enseigne à l’École nationale supérieure d’architecture et des arts visuels de Bruxelles.

Recherche[modifier | modifier le code]

  • 1917 : premiers éléments préfabriqués en pierre artificielle ;
  • 1919 : système de constructions préfabriquées, légères, démontables ;
  • 1921 : système d’habitations préfabriquées économiques; teste la normalisation de portiques en béton pour la construction de hangars ;
  • 1925 : brique de verre à réfraction normalisée ;
  • 1930 : prototype métallique d’habitation minimum; cuisine standard industrialisée ;
  • 1939 : jeu d’éléments modulaires en bois (système Metrikos); projet de construction modulée en bois (S.A. Tecta) ;
  • 1945 : bungalow à ossature démontable entièrement préfabriqué en acier, incluant le mobilier; prototype d’habitation de transition; système de préfabrication pour le montage rapide de maisons unifamiliales.

Distinction[modifier | modifier le code]

  • 1936 : prix Van de Ven pour l’habitation du docteur Ley (1934) ;
  • 1937 : Grand Prix à l’exposition des Arts et des Techniques (Paris).

Œuvres principales[modifier | modifier le code]

Elles se situent en région bruxelloise:

  • sa maison personnelle (1924) ;
  • la maison du peintre Lenglet (1926) ;
  • première maison belge avec voile de béton armé (1928) (Auderghem) ;
  • la maison[1] du collectionneur d’art Philippe Dotremont ;
  • un ensemble d’habitations square Coghen (1934-1936) aussi pour Dotremont ;
  • la maison Canneel (la maison belge la plus publiée[réf. nécessaire]).

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. un des premiers immeubles contemporains à être classé par la Commission Royale des Monuments et Sites

Voir aussi[modifier | modifier le code]