Louis-Gabriel Le Brun

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Le Brun.

Louis-Gabriel Le Brun

Naissance 13 septembre 1825
Décès 23 mars 1905 (à 79 ans)
Paris
Nationalité Drapeau de la France France
Activité principale
Ingénieur

Louis-Gabriel Le Brun (1825–1905) est un ingénieur constructeur français, distingué par une médaille d'or lors de l'Exposition universelle de 1878 à Paris. Il est également maire de la ville de Creil, dans le département de l'Oise, de 1882 à 1883, puis de 1886 à 1891.

Biographie[modifier | modifier le code]

Le Brun est né le 13 septembre 1825. Il entre en 1839 à l'école royale d'arts et métiers d'Angers, dont il sort diplômé en 1842. En 1846, il est l'un des fondateurs de la Société des ingénieurs Arts et Métiers, dont il est vice-président de 1857 à 1859 puis de 1872 à 1874.

Après une courte activité de construction de machines de manufacture, à Paris pour la maison Duméry, il travaille plusieurs années pour Eugène Bourdon, constructeur de machines à vapeur. Il entre ensuite aux Établissements Cavé[1], « les plus importants de France à cette époque »[2], où il travaille de 1846 à 1858[3]. Malgré leur importance considérable pour l'époque, les établissements Cavé, après avoir été transformés en société anonyme, périclitèrent et furent absorbés par la Société Ch. Derosne et Cail.

.

En 1858, Le Brun fonde avec un de ses amis M. Lévêque, ingénieur aux forges de Vierzon et ancien élève de l'École d'Arts et Métiers de Châlons, une usine de construction mécanique, dite "Ateliers de construction de Creil", dont il reste à la tête pendant trente ans. Il a ainsi à concevoir des machines pour différents usages[1], notamment pour l’établissement des services des eaux. Ses machines ont servi à faire le service hydraulique du Trocadéro et de l’exposition universelle de 1878[4],[5].

En 1886, il crée la société Le Brun, Pillé & Daydé, en association avec Henri Daydé et Auguste Pillé, son neveu[6]. Les Établissements Le Brun sont l'une des six sociétés créées au XIXe siècle qui donneront naissance à la société Eiffel. connue depuis 1992 sous le nom de Eiffage constructions métalliques.

Louis-Gabriel Le Brun
Tombe de Louis-Gabriel Le Brun

Louis-Gabriel Le Brun est mort à Paris le 23 mars 1905, âgé de presque 80 ans[3]. Il est enterré au cimetière du Père-Lachaise.

Louis-Gabriel est maire de la ville de Creil de 1882 à 1883, puis de 1886 à 1891. En mémoire, une rue de la ville porte son nom depuis 1910.

Famille[modifier | modifier le code]

Louis-Gabriel Le Brun a épousé le 23 mars 1881, Caroline Alphonsine Suzor. Avec elle, il aura deux fils :

Récompenses[modifier | modifier le code]

Lors de différentes expositions, Le Brun reçoit plusieurs récompenses : Médaille d'or (1851) et Grand prix (1869) à Beauvais, médaille d'or lors de l'Exposition universelle de 1878 à Paris, ainsi qu'un Diplôme d'Honneur en 1885 (Angers) et 1887 (Le Havre et Toulouse)[2].

Louis-Gabriel Le Brun est chevalier de la Légion d'honneur depuis 1887.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Le Brun (Louis-Gabriel) » [PDF], CNRS (consulté le 7 mars 2013)
  2. a et b www.culture.gouv.fr (Archives nationales)
  3. a et b « Le Brun, Louis, Gabriel », Patrons de France (consulté le 7 mars 2013)
  4. « Les moteurs de M. Le Brun, de Creil. Les transmissions », Le Le constructeur : revue technique de l'exposition universelle de 1878,‎ 1878, p. 5
  5. Études sur l’exposition de 1878 : Annales et archives de l’industrie au XIXe siècle, vol. 6e, Paris, Eugène Lacroix, imprimeur-éditeur (lire en ligne), partie 2, p. 530
  6. « Accès thématique : les usines de métallurgie et de petite métallurgie », inventaire.picardie.fr (consulté le 7 mars 2013)

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Société des anciens élèves des écoles nationales d'arts et métiers, Bulletin administratif, 1900, no 3, mars 1905, p. 246-248

Sur les autres projets Wikimedia :