Louis-Claude Daquin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Daquin.
Louis-Claude Daquin

Louis-Claude Daquin (ou D'Aquin), né à Paris le , et mort à Paris le , est un compositeur, organiste et claveciniste français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Louis-Claude Daquin est le fils de Claude Daquin, bourgeois de Paris d'origine juive, et d’Anne Tiersant. Les Daquin sont des d'Aquino venus d'Italie. Un de ses grands oncles est professeur d'hébreu au Collège de France. Il débute une carrière d’enfant prodige en étant présenté à la cour de Louis XIV à l’âge de six ans, comme avant lui Élisabeth Jacquet, sa marraine, et Jean-François Dandrieu.

Il épousa en 1722 Denise-Thérèse Quirot, fille d'un greffier des bâtiments. Il était alors organiste du roi en la chapelle royale du Palais et ordinaire de la musique du prince de Conti.

Il cumula les titres prestigieux : préféré à Rameau au poste d'organiste de l'église Saint-Paul, il succède à son ancien maître Louis Marchand en 1732 à l'orgue des Cordeliers, à Jean-François Dandrieu en 1739 à la Chapelle Royale, puis devient titulaire des orgues de Notre-Dame en 1755 comme successeur de Guillaume-Antoine Calvière. Virtuose éblouissant aux claviers, il est hautement apprécié de l'aristocratie et son jeu à l'orgue attire des foules considérables.

L’œuvre[modifier | modifier le code]

De nombreuses œuvres vocales et instrumentales connues par les documents d'époque sont actuellement perdues. Seuls nous sont parvenus :

  • en 1735, un livre de Premier Livre de Pièces de Clavecin (en 4 suites) qui juxtapose des airs de danse dans la grande tradition française, des « pièces de caractère » dans la manière de Couperin, des pièces imitatives (Le coucou, Les vents en courroux, etc.) ou à programme (Les plaisirs de la chasse) qui en appellent parfois à de grandes difficultés d'exécution : celles-ci évoquent plutôt la manière de Rameau ;
  • pour l'orgue, un recueil de noëls variés Nouveau Livre de noëls (1757) qui est le plus abouti de ce genre typiquement français ;
  • une cantate.

Il existe aussi sous forme manuscrite, deux messes, un Te Deum, un Miserere et des Leçons de Ténèbres.

Les noëls[modifier | modifier le code]

  • I. Noël sur les jeux d’Anches, sans tremblant. « À la venue de Noël »
  • II. Noël en dialogue, Duo, Trio, sur le cornet de récit, les tierces du positif et la Pédalle de Flûte. « Or nous dites Marie »
  • III. Noël en Musette, en Dialogue, et en Duo. « Une bergère jolie »
  • IV. Noël en Duo, sur les jeux d’Anches, sans tremblant. « Noël, cette journée »
  • V. Noël en Duo. « Je me suis levé » ou « Ô jour glorieux »
  • VI. Noël sur les jeux d’Anches, sans tremblant, et en Duo. « Qu’Adam fut un pauvre homme »
  • VII. Noël en Trio et en Dialogue, le Cornet de récit de la main droite, la Tierce du Positif de la main gauche. « Chrétiens qui suivez l’Église »
  • VIII. Noël étranger, sur les jeux d’Anches, sans tremblant et en Duo. « ? »
  • IX. Noël sur les Flûtes. « Noël pour l’amour de Marie »
  • X. Noël, Grand Jeu et Duo. « Quand Jésus naquit à Noël » ou « Bon Joseph, écoutez-moi »
  • XI. Noël en récit en taille, sur la tierce du Positif, avec la Pédalle de flûte, et en Duo. « Une Vierge pucelle »
  • XII. Noël suisse, Grand Jeu et Duo. « Il est un petit l’ange » ou « Ô Dieu de clémence ».

Liens externes[modifier | modifier le code]

Exemples sonores[modifier | modifier le code]

Fichier audio
Noël sur les anches (info)

Des difficultés  pour  écouter le fichier ? Des problèmes pour écouter le fichier ?
  • Noël X. sur les jeux d'anches, pour orgue. De nombreux changements de registrations font entendre tour à tour, sur trois claviers et pédalier, la Voix Humaine, le Régale, le Cromorne, la Trompette, le Hautbois, la petite batterie d'anches (Trompette et Clairon), le Cornet, le Basson, la grande batterie d'anches (Bombarde, Trompette, Clairon) auxquelles s'ajoutent les Chamades à la dernière cadence.

Le Coucou des Pièces de clavecin est devenu un grand succès auprès du public comme rappel (bis), même chez les plus grands virtuoses du piano:

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  • Nouveau livre de noëls…, Archives des Maîtres de l’Orgue, vol. 3, éd. Alexandre Guilmant. Paris: Durand, 1901.
  • Nouveau livre de noëls…, éd. Norbert Dufourcq. Paris: Schola Cantorum, v. 1950.
  • Noëls pour l’Orgue ou le Clavecin, éd. Christopher Hogwood. New York: Schirmer, 1984.
  • Nouveau livre de noëls…, fac-similé. New York: Performers’ Facsimiles, 1989/1740.
  • Nouveau livre de noëls…, fac-similé, éd. Philippe Lescat et Jean Saint-Arroman. Courlay, France: Fuzeau, 1989/1757.

Partitions gratuites[modifier | modifier le code]

Précédé par Louis-Claude Daquin Suivi par
René Drouard du Bousset
Organiste, Cathédrale Notre-Dame de Paris
1755-1772
Charles-Alexandre Jollage