Louis-Aimé Maillart

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Maillart.
Louis-Aimé Maillart (1817-1871).

Louis-Aimé Maillart est un compositeur français né le 24 mars 1817 à Montpellier et mort le 26 mai 1871 à Moulins[1]. Il est célèbre pour ses opéras, en particulier Les Dragons de Villars (1856) et Lara (1864).

Biographie[modifier | modifier le code]

Louis-Aimé Maillart naît en 1817 à Montpellier (Hérault). Il entre en 1833 au Conservatoire de Paris et suit les cours de violon auprès de Grétry. Il étudie l'harmonie et la composition avec Aimé-Ambroise-Simon Leborne, Jacques Fromental Halévy, et Antoine Elwart. Il remporte le Prix de Rome en 1841 avec la cantate Lionel Foscari. S'ensuivent trois années en Italie. Puis il rentre en France et présentera six opéras à Paris.

Gastibelza ou le Fou de Tolède, opéra en trois actes d'après Hugo, est créé le 15 novembre 1847 à l'initiative d'Adolphe Adam pour l'ouverture du Théâtre-National (plus tard Théâtre-Lyrique). Ni le livret ni l'interprétation ne semblait prévoir le succès qu'il connaîtra. En 1849, il présente Le Moulin des tilleuls, opéra en un acte. La première a lieu le 9 novembre à l'Opéra-Comique qui accueillera trois ans plus tard la Croix-de-Marie. Son opéra le plus célèbre reste Les Dragons de Villars dont la première fut donnée au Théâtre Lyrique le 19 septembre 1856.

Malgré la reconnaissance de son talent de mélodiste et l'enthousiasme du public, deux opéras semblent perdus : Les Pêcheurs de Catane (19 décembre 1860, Théâtre-Lyrique) et Lara (21 mars 1864, Opéra-Comique), dont le héros éponyme vient du poème homonyme de Lord Byron. Il se retire de Paris en 1870 à l'arrivée des troupes allemandes et meurt l'année suivante à Moulins (Allier) à l'âge de cinquante-quatre ans. Il est enterré au Cimetière du Père-Lachaise.

Louis-Aimé Maillart est reconnu pour son talent de mélodiste, et sa force à enthousiasmer un large public dépassant les frontières françaises : sa musique a été aussi jouée en Allemagne (Das Glöckchen des Eremiten) et à New York. Il laisse derrière lui six opéras, trois cantates et des messes.

En 1931, la place Aimé-Maillart dans le 17e arrondissement de Paris prend son nom en hommage.

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • Lionel Foscari (1841) (cantate)
  • Messes
Opéras
  • Gastilbelza ou le Fou de Tolède (1847)
  • Le Moulin des Tilleuls (1849)
  • La Croix de Marie (1852)
  • Les Dragons de Villars (en) (1856)
  • Les Pêcheurs de Catane (1860)
  • Lara (1864)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Nécrologie, The New York Times du 8 juin 1871.

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie et sources[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]