Lou Albert-Lasard

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Lou Albert-Lasard (10 novembre 1885 à Metz - 21 juillet 1969 à Paris), est une artiste peintre franco-allemande[1]. Entre 1914 et 1916, elle côtoya le poète autrichien Rainer Maria Rilke.

Biographie[modifier | modifier le code]

Issue de la bourgeoisie juive allemande, Louise Lasard, ou Lazard[2], naît le 10 novembre 1885[3], à Metz, une ville de garnison animée du Reichsland Elsaß-Lothringen[4]. En 1904, comme Louyot, Pellon et bien d'autres artistes de cette génération, elle part à Munich pour suivre des études artistiques. Habitant dans la capitale du Land de Bavière avec sa sœur ainée Ilse Heller-Lazard, qui suit la même voie, Lou rencontre de nombreux peintres parmi lesquelles se distinguent Franz Marc et Vassily Kandinsky.

En 1909, elle épouse Eugène Albert (1856–1929) et prend le nom de son époux Albert-Lasard. De cette union, naît une fille, Ingo de Croux-Albert (1911–1997). Après un séjour à Paris, où elle rencontre Fernand Léger, Lou doit quitter la France à la veille de la Grande Guerre. De retour en Allemagne, elle ne tarde pas à rencontrer le poète Rainer Maria Rilke, avec lequel elle a une relation riche et passionnée de 1914 à 1916. Ils vivent ensemble à Rodaun près de Vienne, puis à Munich.

Pendant toutes ses années, elle baigne dans un milieu artistique fécond, où évoluent Romain Rolland, Stefan Zweig, Paul Klee ou encore Oskar Kokoschka. Après un séjour de deux années en Suisse, où elle expose, Lou Albert-Lasard rejoint l’association d’artistes expressionnistes du Novembergruppe à Berlin. Ses travaux sont alors essentiellement composés de portraits dessinés de ses amis.

En 1928, elle s’établit avec sa fille à Paris, où elle fait partie de la communauté des artistes de Montparnasse. Elle se lie d’amitié avec Henri Matisse, Alberto Giacometti et Robert Delaunay[5].

Albert-Lasard part souvent en voyage avec sa fille en Afrique du Nord, en Inde, au Tibet et dans d’autres contrées. Les dessins et aquarelles qu’elle en rapporte seront exposés dès 1939.

En mai 1940, comme leur compatriote Adrienne Thomas, Lou Albert-Lasard et sa fille sont internées au camp de Gurs[6] pendant six mois, en tant que citoyennes d'un pays ennemi. Au cours de cette période à Gurs, Lou réalise des dessins et des portraits représentant leur arrivée et des scènes de la vie du camp. Après leur renvoi, Albert-Lasard retourne à Paris et parvient à échapper aux rafles allemandes et françaises. Dans les années 1950, elle passe la plupart de son temps à voyager avec sa fille, dans une caravane. Elle en reproduit ses impressions à travers des aquarelles et des lithographies.

Lou Albert-Lasard s'éteignit à Paris le 21 juillet 1969[3].

Publications personnelles[modifier | modifier le code]

  • Die Mappe, Ed. Goldbeck-Löwe, Berlin, 2010.
  • Wege mit Rilke, Fischer-Taschenbuch-Verlag, Frankfurt am Main, 1985.
  • Une Image de Rilke, Mercure de France, Paris, 1953.
  • Wege mit Rilke, S. Fischer, Frankfurt am Main, 1952.

Œuvres dans les collections publiques[modifier | modifier le code]

Expositions[modifier | modifier le code]

Personnelles
  • 1925 Galerie Flechtheim, Berlin (avec Emil van Hauth)[8]
  • 1983, « Lou Albert-Lasard 1885-1969 », Berlinische Galerie, Berlin
  • 1998, Galerie Lux, Berlin
  • 2001, Galerie Lux, Berlin
  • Zeit-Galerie dans la librairie de livres anciens Brendel, Berlin
  • 2002, « Arbeiten auf Papier », Das verborgene Museum, Berlin
  • 2014, « Exposition Lou Albert-Lasard », Château de Courcelles, Montigny-lès-Metz[9]
Collectives

Sources[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Lou Albert-Lazard, Gemälde, Aquarelle, Grafik Berlinische Galerie, Berlin, 1983
  • Lou Albert-Lasard, Wege mit Rilke Fischer Verlag, Francfort, 1952
  • Gabriele Mittag, Es gibt nur Verdammte in Gurs. Literatur, Kultur und Alltag in einen Südfranzösischen Internierungslager, 1940-1941. Attempto-Verlag, Tübingen, 1996
  • Gabriele Mittag (Hg.), Gurs - Deutsche Emigranten im Französischen Exil, Argon Verlag, Berlin, 1990
  • Miriam Novitch, Spiritual Resistance : 120 Drawings from Concentration Camps and Ghettos, 1940-1945, The Commune of Milan, Mailand, 1979
  • Hanna Schramm et Barbara Vormeier, Vivre à Gurs : Un camp de concentration français, Maspero, Paris, 1979
  • Nicole Schneegans, Une image de Lou, coll. « Page blanche », Gallimard, 1996. (Biographie de Lou Albert-Lasard)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Albert-Lasard, Lo sur Katalog der Deutschen Nationalbibliothek
  2. Notice d'autorité Katalog der Deutschen Nationalbibliothek.
  3. a et b Lou Albert-Lasard (1885-1969) sur bnf.fr
  4. L’Express, n° 2937, du 18 au 24 octobre 2007, dossier « Metz en 1900 »
  5. Albert-Lasard est publiée par la revue belge d’avant-garde Het Overzicht dirigée par Michel Seuphor et Jozef Peeters.
  6. Jacques Gandebeuf: Adrienne Thomas, le fantôme oublié de la gare de Metz, éd. Serpenoise, Marly, 2009.
  7. Liste des œuvres sur la Base Joconde.
  8. Besprechung in: Das Kunstblatt, IX. Jahrgang, 1925 (p.156).
  9. [1]

Liens externes[modifier | modifier le code]