Lotier corniculé

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Lotus corniculatus


Le Lotier corniculé (Lotus corniculatus L.) est une plante herbacée vivace de la famille des Fabaceae couramment cultivée comme plante fourragère.

Origine du nom[modifier | modifier le code]

Lotier vient de lotos, un mot qui désignait plusieurs plantes chez les Anciens Grecs, dont le lotier corniculé. Corniculé vient de cornu qui signifiait corne, une allusion aux gousses de la plante qui ressemblent à de petites cornes[1]. Le lotier est communément connu sous le nom de Pied de poule.

Description[modifier | modifier le code]

C'est une plante basse, plutôt couchée, aux feuilles à cinq folioles, ovales, les basales ressemblant à des stipules.

Les fleurs jaunes ou jaune-orangé sont en petites têtes.

Caractéristiques[modifier | modifier le code]

Organes reproducteurs

Graine

Habitat et répartition[modifier | modifier le code]

  • habitat type : pelouses basophiles médioeuropéennes occidentales, mésohydriques
  • aire de répartition : originaire d'Eurasie méridionale ; en Amérique du Nord, elle s'est échappée des cultures et colonise maintenant les lieux ouverts.

Usages[modifier | modifier le code]

Utilisation économique[modifier | modifier le code]

C'est une plante fourragère cultivée qui entre dans la composition des mélanges de semences pour prairies mixtes graminées-légumineuses.

Utilisation médicale[modifier | modifier le code]

Autrefois, on utilisait le lotier corniculé comme calmant ou somnifère. La posologie était de 1 c. à thé de fleurs séchées par tasse, 3 tasses par jour. Aujourd'hui, nous savons que la substance active est l'acide cyanhydrique, toxique pour l'homme et même mortel à dose assez faible (15 tasses d'infusion par jour). La dose thérapeutique utilisée autrefois pouvait être mortelle lorsque prise durant une longue période[1]. Quelques auteurs ont avancé l'idée que le lotier corniculé était la fleur des Lotophages dont Homère décrit les effets amnésiants sur les compagnons d'Ulysse. Toutefois, sur ce sujet, l'hypothèse la plus admise est plutôt celle du jujubier sauvage.[réf. à confirmer]

Lotus corniculatus var. Japonica[modifier | modifier le code]

Lotus corniculatus var. Japonica (synonyme Lotus japonicus) est une variété de lotier corniculé devenue une plante modèle pour les études du génome des légumineuses, en particulier en ce qui concerne la symbiose mycorhizienne à arbuscules et à rhizobium. La petite taille (environ 470 Mb) de son génome, diploïde avec six chromosomes haploïdes, et un cycle de vie court (environ deux à trois mois) en font une plante facile à étudier[2].

Lotus corniculatus var. Japonica possède plusieurs caractéristiques similaires à celles de Medicago truncatula, mais les deux espèces sont phylogénétiquement différentes et présentent deux systèmes différents pour le développement de leurs nodosités.

Intérêt entomologique[modifier | modifier le code]

Ses petites feuilles nourrissent les chenilles de douze espèces de papillons, dont quatre azurés parmi lesquels certains sont menacés. Il est butiné par les abeilles. Sa présence est donc utile à la préservation de cette diversité entomologique.

Photos[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

  1. a et b Plantes sauvages des villes et des champs, Fleurbec, 1977, page 124
  2. (en) Shusei Sato, Yasukazu Nakamura, Takakazu Kaneko, Erika Asamizu, Tomohiko Kato, Mitsuteru Nakao, Shigemi Sasamoto, Akiko Watanabe et Akiko Ono, « Genome Structure of the Legume, Lotus japonicus », DNA Research, vol. 15, no 4,‎ 2008, p. 227–39 (PMID 18511435, PMCID 2575887, DOI 10.1093/dnares/dsn008)