Lothar von Arnauld de La Perière

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Arnauld et Périère.
Lothar von Arnauld de La Perière
Naissance 18 mars 1886
Posen (Empire allemand)
Décès 24 février 1941 (à 54 ans)
Le Bourget (France)
Origine Flag of the German Empire.svg Allemagne
Arme War Ensign of Germany 1903-1918.svg Kaiserliche Marine
War Ensign of Germany 1938-1945.svg Kriegsmarine
Grade 1922 Korvetten Kapitän
1928 Fregatten Kapitän
1930 Kapitän zur See
Conflits Première Guerre mondiale
Seconde Guerre mondiale
Commandement U-35
U-139
Distinctions Pour le mérite

Lothar von Arnauld de La Perière, né le 18 mars 1886 à Posen (aujourd'hui Poznań, en Pologne) et mort le 24 février 1941 au Bourget, est un officier allemand. Il fut commandant d’unterseeboot durant la Première Guerre mondiale. Avec à son actif 194 navires coulés représentant 453 716 tonneaux, il est le plus grand des as des sous-marins de tous les temps. Il remporta la plupart de ses victoires à la surface, en Méditerranée.

Arnauld de La Perière resta dans la marine allemande après la fin de la guerre. Il reprit du service actif durant la Seconde Guerre mondiale comme vice-amiral, mais fut tué dans un accident d'avion près de Paris en 1941 alors qu'il participait à des négociations secrètes avec le gouvernement de Vichy.

Ascendance et début de carrière[modifier | modifier le code]

Lothar von Arnauld de La Perière porte un patronyme d'origine française[1], car son arrière-grand-père Jean Gabriel Arnauld, né en 1731, était originaire de Saint-Plantaire dans le Berry. Lieutenant d’artillerie, il s’était mis — comme de nombreux officiers français en mal d’aventure et d’avancement rapide — au service[2] du roi de Prusse Frédéric le Grand voire, comme le dit une légende familiale, à la suite d’un duel malheureux avec un prince de Bourbon[3] au sujet duquel l’histoire reste muette[4]... Dans l’armée prussienne, il était parvenu au grade de général et avait fondé une famille admise à la noblesse prussienne dans laquelle le service des armes était devenu une tradition. C’est ainsi que le jeune Lothar entre dans la marine impériale allemande en 1903 où il sert comme officier à bord de différents navires de guerre, le SMS Kurfürst Friedrich Wilhelm, le SMS Schlesien et le SMS Schleswig-Holstein. De 1911 à 1913 il est embarqué sur le SMS Emden avant d’être affecté à l’amirauté allemande[5].

La Première Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Le sous-marin U-35 patrouillant en mer Méditerranée en 1915.

Lorsqu’éclate la Première Guerre mondiale, Arnauld de La Perière est aide de camp au service de l’amiral Hugo von Pohl à Berlin. Il est d’abord mobilisé à un poste dans la division des dirigeables de la marine (Marine Luftschiff Abteilung).

En 1915, Arnauld de La Perière est transféré dans les U-boot. Après une formation à Pula, en Istrie, il se voit confier le commandement de l’U-35 en novembre 1915. Il effectuera avec ce sous-marin 14 missions au cours desquelles il enverra par le fond 189 navires marchands et deux canonnières, totalisant 446 708 tonneaux.

Arnauld de La Perière utilisait l’artillerie de pont de 88 mm de préférence aux torpilles, et faisait alors descendre l'équipage dans les canots de sauvetage. La plupart des bateaux qu'il coula étaient des navires de ravitaillement alliés.

La blauer Max (médaille Pour le Mérite).

En mai 1918 il est affecté à l'U-boot U-139 avec lequel il coule encore 5 autres navires d'un tonnage combiné de 7008 tonneaux. Ce nombre record de bateaux coulés et ce tonnage n'ont jamais été surpassés. Il sera récompensé pour ses états de service par la croix de fer de deuxième et de première classe, par la médaille Pour le Mérite, la plus haute décoration militaire prussienne, en 1916 et par la croix de chevalier de l'ordre impérial de Léopold, la plus haute décoration autrichienne.

L'entre-deux-guerres[modifier | modifier le code]

Après la fin de la guerre, Arnauld de La Perière reste dans une marine allemande considérablement réduite.

À la suite des mutineries à Kiel, des corps francs (Freikorps) de volontaires se constituent. Il rejoint alors la 3e Marinebrigade formée le 1er mars 1919 par le Korvetten Kapitän Wilfried von Löwenfeld où il prend le commandement d’un bataillon d’assaut qui portera son nom, le Sturmbataillon Arnauld de la Perière.

Le 31 mai 1920, le corps franc est dissous et il rejoint la nouvelle Reichsmarine. Il prend le commandement de la 11e Flottille de la Baltique.

Dans les années 1920, il est officier navigateur à bord des anciens cuirassés (pre-dreadnoughts) SMS Hannover et SMS Elsass. De 1928 à 1930, il est commandant du croiseur léger Emden. Promu capitaine de vaisseau (Kapitän zur See) en 1931, il est inscrit sur la liste des retraités des cadres de l’armée. Il sera ensuite enseignant à l'école de la marine turque de 1932 à 1938.

La Seconde Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

La tombe de Lothar von Arnauld de La Perière au cimetière des Invalides de Berlin.

Au début de la Seconde Guerre mondiale Arnauld de La Perière est appelé à reprendre un service actif. Jusqu’en mars 1940, il sert en qualité de mandataire de la marine (Marinebevollmächtigter) à Dantzig. Puis, il est envoyé comme commandant de la marine (Marinebefehlshaber) en Belgique et aux Pays-Bas. Nommé Contre-amiral (Konteradmiral), Arnauld de La Perière prend le commandement de la marine allemande en Bretagne puis de tout l’ouest du littoral français. Il est promu au rang de vice-amiral (Vizeadmiral) le 1er février 1941. C’est au moment de son transfert à son nouveau poste dans le sud-ouest, qu’il est tué lorsque son avion s’écrase au décollage à l’aéroport du Bourget.

Il repose au cimetière militaire berlinois des Invalides (Invalidenfriedhof).

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Lowell Thomas. Raiders of the Deep. Doubleday, Doran & Co., Garden City, NY, 1929.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Contrairement à ce qui est parfois affirmé, la famille Arnauld de la Perrière ne fait pas partie des familles huguenotes ayant émigré lors de la révocation de l'édit de Nantes (1685). La famille était catholique mais ne semble pas avoir de relation avec l’illustre famille de noblesse de robe des Arnauld dont certains membres s’étaient illustrés lors des querelles jansénistes au XVIIe siècle
  2. À la même époque de nombreux officiers prussiens comme Friedrich Wilhelm von Steuben faisaient le voyage inverse et allaient se mettre au service de la France.
  3. Les origines de Lothar von Arnauld La Perière, sur le site francophone « Histomar.net » dédié à l’histoire maritime.
  4. Aucun prince du sang contemporain n’est mort en duel...
  5. William H. Langenberg, Sea Classics, Mai 2004, page 2.

Sources[modifier | modifier le code]