Loterie Romande

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Loterie Romande

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Logo Société de la Loterie de la Suisse Romande[1]

Création 21 août 1937[2]
Forme juridique association
Slogan Un lien essentiel pour le bien public
Siège social Drapeau de Suisse Lausanne (Suisse)
Activité loterie
Produits jeux de loterie et paris sportifs
Effectif 285[3]
Site web www.loro.ch
Chiffre d’affaires CHF 370 millions (revenu brut des jeux) en 2011
Résultat net CHF 205.2 millions (reversés à l'utilité publique) en 2011

La Loterie Romande (LoRo) est une société d’utilité publique qui assure l’organisation et l’exploitation des jeux de loterie et de paris sportifs sur l'ensemble des cantons romands. Elle distribue l'intégralité de ses bénéfices à des associations sans but lucratif.

Histoire[modifier | modifier le code]

La Société de la Loterie de la Suisse Romande - la Loterie Romande - a été fondée en 1937 par les cantons de Vaud, Fribourg, Valais, Neuchâtel et Genève[4]. Elle est fondée sur une convention intercantonale[5], dans le but d'organiser une loterie en Suisse romande, dont le bénéfice serait redistribué au profit de l'utilité publique, à l'époque en particulier pour des besoins sociaux et de bienfaisance[6]. La même année est lancée, au Tessin et en Suisse alémanique, l’Interkantonale Landeslotterie (ILL), désormais Swisslos. À sa création en 1979, le canton du Jura a rejoint les autres cantons romands au sein de la Loterie Romande.

En 1978, la Loterie Romande introduit le premier billet à gratter en Europe avec résultat instantané[7].

Jusqu'en 1984, la Loterie Romande organise une loterie à numéros dont les tirages, moyennant des boules numérotées de 1 à 9, ont lieu une à deux fois par mois et sont organisés dans une localité de Suisse romande.

En 1985 naît le Tribolo ; il connaît immédiatement un grand succès. Il est désormais devenu un classique et continue d’être vendu. Ce billet à gratter a changé plus de 430 fois d’image, toujours dans l’esprit du temps.

Dès 1987, la palette de jeux offerts aux Romands s'est élargie. Aujourd'hui, ce sont plus de trente billets instantanés, un jeu de pronostics hippiques (PMU Romand), des jeux de Loterie Électronique (billets à gratter sur écran tactile), le SWISS LOTTO PLUS (loterie à numéros), l’Euro Millions (loterie transnationale) et des paris sportifs (Sporttip et TOTOgoal) qui composent l’offre de l’institution.

En 2010, une nouvelle plateforme de jeux en ligne a été mise en place, laquelle offre la possibilité de participer aux jeux de tirage et aux paris sportifs. En 2012, l'offre sur Internet a été étendue à des billets à gratter (jeux instantanés).

Selon différents classements, la Loterie Romande est aujourd'hui l’une des sociétés de loterie les plus performantes d’Europe[8].

Mission[modifier | modifier le code]

Siège social à Lausanne

La Loterie Romande est une société d’utilité publique qui organise et exploite les jeux de loterie et de paris sportifs dans les six cantons romands (Vaud, Fribourg, Valais, Neuchâtel, Genève et Jura). Elle est soumise à l'impôt anticipé (35 %) pour tous les gains supérieurs à 1000 francs, même ceux réalisés sur Internet.

Par le biais de ses activités, la Loterie Romande remplit une mission d'utilité publique sur la base d'un modèle unique en son genre : la totalité du bénéfice est redistribuée à des associations sans but lucratif, œuvrant dans les domaines de l'action sociale et des personnes âgées, de la jeunesse et de l'éducation, de la santé et du handicap, de la culture, de la formation et de la recherche, de la conservation du patrimoine et de l'environnement[9].

Près de CHF 2,5 milliards ont été versés à l’utilité publique depuis 1998. Actuellement, la Loterie Romande redistribue CHF 500'000.- par jour à des milliers d’associations romandes.

La distribution des bénéfices[modifier | modifier le code]

La Loterie Romande verse l’intégralité de ses bénéfices à l’utilité publique. Depuis 2006, une convention intercantonale, élargie à toute la Suisse, règlemente la surveillance et l'affectation des bénéfices aux différents projets associatifs.

Des règles précises dictent l'attribution des dons : 5/6 sont destinés aux six Organes de répartition cantonaux; 1/6 est attribué au sport.

La majeure partie, soit les 5/6, des bénéfices dégagés par la Loterie Romande (après paiement des lots et déduction des frais généraux) est entièrement mise à disposition des six cantons romands (Vaud, Fribourg, Valais, Neuchâtel, Genève et Jura) par l’intermédiaire des Organes de répartition. Ces organismes indépendants sont chargés de distribuer sur leurs territoires respectifs la part de bénéfice qui leur revient. Ce sont eux qui sélectionnent, selon des critères définis dans leurs conditions-cadres, les institutions ou projets qu’ils entendent soutenir (action sociale, éducation, santé, culture, recherche, environnement, etc.).

La part confiée à chaque Organe est calculée en fonction de la population et du chiffre d’affaires réalisé dans le canton correspondant.

Le montant alloué au sport, soit 1/6 du bénéfice, est réparti entre 3 acteurs : les Commissions cantonales du sport, qui soutiennent le sport amateur (infrastructures, relèves sportives, manifestations locales) ; la Société du Sport-Toto, qui soutient avec le montant reçu Swiss Olympic, l’Association suisse de football, les Ligues nationales suisses de football et de hockey sur glace ; l’Association pour le développement de l’élevage et des courses (ADEC), active dans le sport hippique.

Le "Jeu Responsable"[modifier | modifier le code]

Stand de la Loterie Romande dans un centre commercial à Neuchâtel.

Depuis 1999, la Loterie Romande a mis en place, à l'aide de spécialistes externes, différentes actions et programmes "Jeu Responsable", destinés à prévenir et lutter contre le jeu excessif. Des mesures concrètes sont élaborées et appliquées pour tous les jeux de la Loterie Romande, qui a obtenu plusieurs certifications dans ce domaine, octroyées notamment par European Lotteries (EL), l’association des loteries européennes, et par la World Lottery Association (WLA), l’association des loteries mondiales[10].

En plus des mesures prises dans le cadre du programme "Jeu Responsable", une taxe de 0,5 % est prélevée sur le revenu brut des jeux des deux loteries suisses, Swisslos et la Loterie Romande, pour financer la prévention et la lutte contre le jeu excessif par le biais des cantons. Cette taxe représente environ CHF 4,5 millions par an, uniquement destinés à financer des programmes de prévention, de formation et de traitement de l’addiction au jeu.

Jeux de grattage (liste de 2012)[modifier | modifier le code]

  • Aloha
  • Astro
  • Baraka
  • Billet Le Million
  • Bingo
  • Carnet de la Chance
  • Carton !
  • Carton Bonus 10 ans
  • Cash
  • Celsius
  • Dico
  • Dico Bonus
  • Eldorado
  • Hawaii
  • Igloo
  • Jeu de Mots sans frontières
  • Jour de Chance
  • Joyeux Anniversaire
  • Koh-Lanta
  • La Poule aux Œufs d'Or
  • Le Chanceux
  • Le Gratteux
  • Le Magot
  • Le Pactole
  • Les Clés de la Fortune
  • Lingots 2012
  • Loterie Électronique
  • Maxi Magot
  • Médaille d'Or
  • Mégalo
  • Mégalo Bonus
  • Panorama
  • Podium
  • Podium Bonus
  • Rento
  • Serpents et échelles
  • Solo
  • Solo Bonus
  • Super 7
  • Super Dico
  • Super Igloo
  • Super Magot
  • Top 50.-
  • Toutou Minou
  • Tribolo

Jeux de tirage[modifier | modifier le code]

  • Swiss Lotto
  • Euro Millions
  • Banco
  • Banco Jass
  • Loto Express
  • Trio Magic

Jeux de pronostics[modifier | modifier le code]

  • PMU
  • TOTOgoal
  • Sporttip

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Registre du Commerce du Canton de Vaud, [1]
  2. Date d'inscription dans le Registre du Commerce du Canton de Vaud.
  3. Rapport annuel et Bilan social 2011, Loterie Romande, 2012, p. 4, [2]
  4. Loterie Romande, 1937-1962: plaquette commémorative, s.n., 1962, p. 11.
  5. https://www.loro.ch/fr/bases-legales
  6. Jean-Pierre Beuret, Le premier mécène romand en péril, Lausanne: Presses polytechniques et universitaires romandes, 2009 (2006), pp. 24-29.
  7. https://www.loro.ch/fr/histoire
  8. Rapport annuel et Bilan social 2010, Loterie Romande, 2011, p. 5, [3]
  9. https://www.loro.ch/fr/chiffres-cles
  10. Rapport annuel et Bilan social 2011, Loterie Romande, 2012, pp. 28-29, [4]

Liens externes[modifier | modifier le code]