Loreto (Italie)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Loreto.
Loreto
Basilique Notre-Dame
Basilique Notre-Dame
Administration
Pays Drapeau de l'Italie Italie
Région Coat of arms of Marche.svg Marches 
Province Ancône 
Code postal 60025
Code ISTAT 042022
Code cadastral E690
Préfixe tel. 071
Démographie
Gentilé Lauretani ou Loretani
Population 12 543 hab. (31-12-2010[1])
Densité 738 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 26′ 00″ N 13° 37′ 00″ E / 43.43333, 13.6166743° 26′ 00″ Nord 13° 37′ 00″ Est / 43.43333, 13.61667  
Altitude Min. 125 m – Max. 125 m
Superficie 1 700 ha = 17 km2
Divers
Saint patron Natività di Maria Vergine
Fête patronale 8 septembre
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Marches

Voir sur la carte administrative des Marches
City locator 14.svg
Loreto

Géolocalisation sur la carte : Italie

Voir la carte administrative d'Italie
City locator 14.svg
Loreto

Géolocalisation sur la carte : Italie

Voir la carte topographique d'Italie
City locator 14.svg
Loreto
Liens
Site web http://www.comune.loreto.an.it/home.htm


Loreto (parfois francisé en Lorette) est une commune italienne d'environ 12 300 habitants, située dans la province d'Ancône, dans la région Marches, en Italie centrale.

Loreto est l'un des plus célèbres sanctuaires dédié à la Vierge Marie.

Géographie[modifier | modifier le code]

La ville de Loreto a pris naissance au sommet d'une colline en pente douce, qui surplombe la campagne environnante.

Histoire[modifier | modifier le code]

Vue de Loreto
Le dôme de la basilique et le campanile

La cité s'est développée autour de la basilique qui abrite la Santa Casa, c'est-à-dire la maison où naquit la Vierge Marie, où elle vécut et reçut l'Annonciation de la naissance miraculeuse de Jésus. D'après une légende, quand Nazareth (où se trouvait la maison de Marie), fut sur le point d'être conquise par les Musulmans, un cortège d'anges souleva la maison au cours de la nuit du 9 au 10 décembre 1294, et la transporta au-delà des mers à Loreto en cette seule nuit. Pour cette raison, la Vierge de Lorette fut plus tard adoptée comme patronne par les aviateurs.

En réalité, c'est un prince byzantin, Nicéphore I Doukas Commène, qui prit en 1290 l'initiative de transférer une maison typique de Palestine depuis Nazareth jusque dans les Marches italiennes (sans doute contre rémunération, puisque cela avait réussi quelques décennies plus tôt avec le roi de France Louis IX). La maison fut démontée à Nazareth en 1291, débarquée ensuite sur les côtes de Dalmatie et finalement réassemblée à Loreto en 1294.

La construction de la basilique commence en 1468 et s'achève en 1587 (le campanile, dû à Luigi Vanvitelli fut érigé entre 1750 et 1754). À partir de 1480, le rayonnement du sanctuaire attire un nombre croissant d'habitants et de travailleurs, et l'on construit un hôpital pour les pèlerins venus de toute l'Europe. La cité est enceinte de murailles dessinées par Antonio da Sangallo le Jeune et érigées en 1518, puis flanquées de quatre bastions en 1600.

Le 12 septembre 1920 eurent lieu des festivités pour proclamer Notre-Dame de Lorette sainte patronne des aviateurs, au terme d'un bref du pape Benoît XV, prononcé le 24 mars de cette même année. Une conséquence de cette décision fut la construction de l'École d'Aviation Militaire italienne (S.P.S.A.M.). Un institut d'études linguistiques lui fut adjoint plus récemment.

Le 4 octobre 2012, le pape Benoît XVI y effectue le dernier voyage officiel de son pontificat[2].

Économie[modifier | modifier le code]

Culture[modifier | modifier le code]

Monuments et patrimoine[modifier | modifier le code]

Le sanctuaire[modifier | modifier le code]

La maison de la Vierge, la Santa Casa, consistait en un ensemble de trois murs adossés à une grotte creusée dans un rocher (laquelle se trouve à Nazareth, dans la basilique dite de l'Annonciation). L'analyse pétrographique et architectonique a démenti l'origine palestinienne de l'édifice, dont les éléments rappellent fortement la taille de pierre des Nabatéens, une peuplade voisine des Hébreux. Les graffitis trouvés sur certains blocs de maçonnerie ont été datés du IIe au Ve siècle apr. J. C. En outre, l'étude des moellons a confirmé qu'ils épousent parfaitement les traces repérées sur la grotte de Nazareth.

La basilique[modifier | modifier le code]

Basilique Notre-Dame de Lorette

C'est d'abord une petite construction rectangulaire encadrée d'un portique, puis d'une église, et finalement de l'édifice actuel. Sa construction fut l'œuvre des Toscans Giuliano da Maiano et Baccio Pontelli, avec le Vénitien Marino di Marco da Cedrino. La basilique est du gothique de la Renaissance, à plan en croix hérité d'une structure antérieure à trois nefs, combinée à un centre en croix grecque. La coupole octogonale fut érigée entre 1498 et 1500 par Giuliano da Sangallo. Bramante lui-même prit part à la construction de la façade, mais l'œuvre de ce maître n'est plus très visible après le parachèvement de Giovanni Boccalini. À l'intérieur, les trois nefs sont séparées par des colonnes carrées jointes par des croisées d'ogive.

Chapellenie nationale de France[modifier | modifier le code]

Depuis un legs du cardinal de Joyeuse, ambassadeur du roi Henri IV près le Saint-Siège, et d'Anne d'Autriche, la France dispose à Lorette d'une chapellenie nationale qui fait partie actuellement des Pieux Établissements de la France à Rome et Lorette et dont le révérend père Marc Flichy du diocèse de Versailles est le chapelain. Cette Chapellenie se situe au 77 via Brancondi, dans le centre ville de Lorette, sur la route qui monte à Recanati.


Administration[modifier | modifier le code]

Les maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
30 mai 2006 en cours Moreno Pieroni Lista Civica  
Les données manquantes sont à compléter.

Hameaux[modifier | modifier le code]

  • Quartiers : le Mura, la Costa, il Pozzo, la Piana e Montereale;
  • Frazioni: Villa Musone, Villa Costantina, Stazione e Villa Berghigna, Costabianca e Grotte

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Castelfidardo, Porto Recanati, Recanati

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

Habitants recensés

Jumelages[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (it) Popolazione residente e bilancio demografico sur le site de l'ISTAT.
  2. http://www.vatican.va/holy_father/benedict_xvi/travels/index_italy_fr.htm

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]