Lorenzo da Ponte

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Da Ponte.
Lorenzo da Ponte.

Lorenzo da Ponte, né Emmanuele Conegliano le 10 mars 1749 à Ceneda (commune de Vittorio Veneto, province de Trévise), mort le 17 août 1838 à New York, était un poète et librettiste italien. Il eut une vie riche en péripéties. On lui doit les livrets des principaux opéras de Mozart.

Biographie[modifier | modifier le code]

Da Ponte est né dans une famille juive à Ceneda (aujourd’hui Vittorio Veneto) où son père était cordonnier. Après la mort de sa mère et le remariage de son père avec une jeune catholique de vingt ans sa cadette, toute la famille se convertit au catholicisme et prend le nom de da Ponte, celui de l'évêque de Ceneda. Répondant aux instances de l'évêque et de son père, il entre au séminaire et est ordonné prêtre mais, après avoir été quelques années précepteur à Trévise, il s'installe à Venise où il mène une vie rocambolesque et donjuanesque, ce qui le fait poursuivre par les autorités.

En 1781 il s'établit à Vienne où, protégé par l'empereur Joseph II, il est nommé « poète impérial », fonction littéraire importante à la cour, succédant au grand Métastase. Il écrit notamment des livrets pour le théâtre italien, livrets qu'il rédige pour de nombreux compositeurs dont les célèbres compositeurs du temps Martín y Soler (notamment Una cosa rara et l'arbori di Diana) et Salieri (entre autres Axur re d’Ormus d'après Tarare de Beaumarchais); mais il est surtout connu aujourd'hui pour sa collaboration fructueuse avec Wolfgang Amadeus Mozart pour trois de ses plus fameux opéras  : Les Noces de Figaro (1786), Don Giovanni (1787) et Così fan tutte (1790).

En 1790, à la mort de l'empereur Joseph II, il quitte Vienne pour Prague et Dresde où il retrouve Casanova qu'il avait connu à Venise et revu à Prague lors de la création de Don Giovanni. En 1792, il s'installe à Londres, où il enseigne l'italien et écrit des livrets pour une compagnie d'opéra italienne, le King's Theatre.

En 1805, pour échapper à ses créanciers à la suite d'opérations financières douteuses, il émigre à 56 ans en Amérique avec sa femme Nancy Grahl (dont il eut 5 enfants). Il tente de gagner sa vie dans le commerce du tabac, l'épicerie et la librairie avant de devenir professeur de langue et de littérature italiennes au Columbia College de New York (qui deviendra l'université de Columbia) où il eut de nombreux élèves.

En 1826, il organise à New York avec Manuel Garcia, le célèbre ténor, la première américaine de Don Giovanni, (avec Maria Malibran dans le rôle de Zerlina). En 1833, il lève des fonds pour la création d'un opéra italien à New York et fait venir Pietro Maroncelli mais ce sera un échec.

À partir de 1830, âgé de 81 ans, il écrit ses Mémoires, régulièrement réédités, dans lesquelles il raconte, en l'enjolivant et en se donnant le beau rôle, mais avec beaucoup de talent sa vie aventureuse. Il meurt à New York en 1838 et aura droit à des funérailles imposantes dans la cathédrale Saint Patrick de Mulberry Street.

Homme de lettres et aventurier, ami de Casanova, il fut également l'introducteur et le propagateur de la langue, de la littérature et de l'opéra italien en Amérique.

Œuvres[modifier | modifier le code]

Livrets d'opéras[modifier | modifier le code]

Composés par Antonio Salieri
Composés par Vicente Martín y Soler
Composé par Vincenzo Righini
  • 1786 : Il burbero di buon cuore
Composé par Giuseppe Gazzaniga
  • 1786 : Il finto cieco
Composés par Wolfgang Amadeus Mozart
Composé par Stephen Storace
Composé par Antonio Brunetti (it)
  • 1788 : Il Bertoldo
Composé par Joseph Weigl
  • 1790 : La Caffettiera bizzarra
Composés par Francesco Bianchi
  • 1796 : Antigona
  • 1796 : Il consiglio imprudente
  • 1797 : Merope
  • 1798 : Cinna
  • 1802 : Armida
Composés par Peter von Winter
  • 1803 : La grotta di Calipso
  • 1804 : Il trionfo dell'amor fraterno
  • 1804 : Il ratto di Proserpina

Cantates et oratorios[modifier | modifier le code]

Poésie[modifier | modifier le code]

Autre[modifier | modifier le code]

  • Diverses traductions de l'Anglais vers l'Italien
  • 1830 : Memorie, autobiographie
  • 1833 : Histoire de la République Florentine et des Medicis, deux volumes[2].

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Lorenzo della Chà (dir.), Lorenzo da Ponte. Libretti viennesi, Milano-Parma: Fondazione Bembo-Ugo Guanda Editore, 1999, due volumi (ISBN 88-8246-060-6).
  • Lorenzo della Chà (dir.), Lorenzo da Ponte. Estratto delle Memorie, Milano: Edizioni Il Polifilo, 1999 (ISBN 88-7050-438-7).
  • Lorenzo della Chà (dir.), Lorenzo da Ponte. Il Mezenzio, Milano: Edizioni Il Polifilo, 2000 (ISBN 88-7050-310-0).
  • Lorenzo della Chà (dir.), Lorenzo da Ponte. Saggio di traduzione libera di Gil Blas, Milano: Edizioni Il Polifilo, 2002 (ISBN 88-7050-461-1).
  • Lorenzo della Chà (dir.), Lorenzo da Ponte. Dante Alighieri, Milano: Edizioni Il Polifilo, 2004 (ISBN 88-7050-462-X).
  • Lorenzo della Chà (dir.), Lorenzo da Ponte. Saggi poetici, Milano: Edizioni Il Polifilo, 2005 (ISBN 88-7050-463-8).
  • Lorenzo della Chà (dir.), Lorenzo da Ponte. Libretti londinesi, Milano: Edizioni Il Polifilo, 2007 (ISBN 88-7050-464-6).
  • Cyrille Piot, Lorenzo da Ponte, Paris, l'Harmattan, 2008, (ISBN 978-2-296-06326-6)
  • Mémoires de Lorenzo Da Ponte, librettiste de Mozart, Paris, Mercure de France, 2000.

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) The Man Who Wrote Mozart: The Extraordinary Life of Lorenzo Da Ponte, Anthony Holden, London: Orion Publishing Company, 2007, p. 113-116.
  2. Appletons' Cyclopædia of American Biography , James Grant Wilson, John Fiske, New York : D. Appleton, 1900

Liens externes[modifier | modifier le code]