Lorenzo Tiepolo (peintre)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Tiepolo et Lorenzo Tiepolo (homonymie).
Rinaldo et Armida observés par deux soldats, gravure d'après un tableau de Giambattista son père

Lorenzo Tiepolo (Venise, - Madrid, 1776) est un peintre et un graveur italien rococo du XVIIIe siècle appartenant à la famille d'artistes italiens des Tiepolo.

Biographie[modifier | modifier le code]

Lorenzo est le fils cadet de Giambattista Tiepolo et le frère de Giandomenico Tiepolo et neveu de Francesco Guardi et Gianantonio Guardi.

À 15 ans il accompagne son père et son frère dans leur séjour auprès du Prince-évêque Carl Philipp von Greiffenklau, à Wurtzbourg où il a travaillé avec eux sur le cycle de fresques décoratives de la Résidence (1750). Un certain nombre de dessins de ces années d'apprentissage lui ont été attribués.

En 1761, il intègre la confraternité des peintres vénitiens de la Fraglia.

En 1762, il quitte définitivement Venise pour Madrid, accompagnant son père pour ses travaux auprès du roi Charles III d'Espagne.

En 1768, il peint les fresques d'un plafond au palais royal et un portrait de la famille régnante.

Après la mort de son père en 1770, il obtient de la maison royale, une petite pension jusqu'à sa mort.

Œuvres[modifier | modifier le code]

Peintures[modifier | modifier le code]

  • Le Menuet[1]
  • Le Vendeur de limonade, Palacio Real de Madrid
  • Couple élégant à Madrid, Palacio Real de Madrid
  • Dessin préparatoire, études : Deux mains (recto) et étude de draperie avec deux mains tenant une lyre (verso)

Beaucoup de ses portraits sont attribués indifféremment entre lui, son frère et son père comme :

  • Les Portraits de philosophes (le cinquième serait de sa main[2]), Mainfränkisches Museum, forteresse de Marienberg à Würzburg.

Gravures[modifier | modifier le code]

De son activité de graveur ne subsistent que 9 eau-fortes à traits serrés rarement croisés, sur les 10 effectuées d'après les peintures de son père Giambattista :

  • Monument à la gloire des héros, eau-forte et burin, 666 × 495 mm, collection particulière
  • Renaud se mirant dans le bouclier de diamant, eau-forte et burin, 265 × 88 mm
  • Sainte Thècle implorant le Père éternel en faveur de la ville d'Este ravagée par la peste, eau-forte et burin, 706 × 401 mm
  • Une déesse apparaissant à un guerrier, eau-forte et burin, 555 × 400 mm, d'après une toile de Gimbattista pour une des résidences estivales de la cour impériale russe (peinture perdue)
  • Le Triomphe de Vénus, eau-forte et burin, 665 × 507 mm
  • Rinaldo et Armida observés par deux soldats

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Giovanni Muneratti, Mario Esposito, Luca Luise, Mirano Terra dei Tiepolo. I Tiepolo nel territorio di Mirano, Centro Studi Documentazione Tiepolo, Comune di Mirano, 2007.
  • Jean Cailleux, Peintures, dessins et pastels de Giambattista Tiepolo, Domenico Tiepolo et Lorenzo Tiepolo, catalogue de l'exposition de la Galerie Cailleux, du 4/06/1974 au 12/07/1974 - Paru en 1974
  • Exposition en 2005 au cabinet des estampes cantonal : Une Venise de papier, La cité des Doges à l’époque de Canaletto et Tiepolo, musée Jenisch, Vevey, Suisse, (ISBN 88 7439 231 1)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

  • x

Sources[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Knox George - Van Schoor Jacques : Le Menuet de Lorenzo Tiepolo, Bruxelles, 2001
  2. Burlington Magazine[1]